Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Comme tu me veux »

Comme tu me veux

On en parle dans la presse et sur le web

Le Bruit du off tribune

Image de la critique de Le Bruit du off tribune

lundi 20 septembre 2021

Un Thriller haletant

Par Emmanuelle Picard

Comme tu me veux : quel étrange titre ! L’œuvre de Pirandello intrigue et n’en finit pas de susciter des questions. Stéphane Braunschweig lance la saison de l’Odéon avec cette pièce, maintes fois reportée depuis l’an dernier, dans sa propre mise en scène. Le résultat est une réussite, avec un suspens tenu de bout en bout par une femme fatale incarnée par Chloé Réjon.

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

PublikArt

Image de la critique de PublikArt

dimanche 19 septembre 2021

“Comme tu me veux”: le beau geste Pirandellien de Stéphane Braunschweig

Par Amaury Jacquet

Stéphane Braunschweig est pirandellien dans l’âme : il se confronte au dramaturge pour la quatrième fois avec ”Comme tu me veux”. On y retrouve dans cet opus les thèmes déjà abordés dans ”Soudain l’été dernier” de Tennessee Williams et ”Nous pour un moment d’Arne Lygre qui sont les énigmes de l’identité, l’impact des traumatismes et les jeux de simulacres grâce auxquels on survit....

Lire l'article sur PublikArt

M La Scène

Image de la critique de M La Scène

vendredi 17 septembre 2021

"N'être qu'un corps sans nom"

Par Marie-Laure Barbaud

Comme tu me veux de Luigi Pirandello, mis en scène par Stéphane Braunschweig, ouvre la saison du Théâtre de L’Odéon. Sur les ruines traumatiques laissées par la première guerre mondiale, une femme, magnifiquement interprétée par Chloé Réjon, trébuche dans la reconstruction de son identité perdue. (Voir l’interview vidéo de Stéphane Braunschweig par M La Scène)...

Lire l'article sur M La Scène

critiquetheatreclau.com

Image de la critique de critiquetheatreclau.com

jeudi 16 septembre 2021

L’imaginaire est-il plus fort que la réalité ?

Par Claudine Arrazat

Captivant, Attrayant, Bellissime. Nous sommes à Berlin, 10 ans après la fin de la première guerre mondiale, bientôt Hitler prendra le pouvoir. D’autre part en Italie le fascisme triomphe. Pirandello s'intéresse ici aux traumatismes liés à......

Lire l'article sur critiquetheatreclau.com

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

jeudi 16 septembre 2021

Stéphane Braunschweig dans les vertiges pirandelliens de l’identité

Par Fabienne Darge

Au théâtre de l’Odéon, le metteur en scène mêle jeu de simulacre et contexte historique dans « Comme tu me veux », entre drame policier et fable existentielle....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Toutelaculture

Image de la critique de Toutelaculture

jeudi 16 septembre 2021

Stéphane Braunschweig restitue la perplexité pirandellienne à l'Odéon

Par David Rofé-Sarfati

Pour la réouverture de la saison, à l’Odéon Théâtre de l’Europe, Stéphane Braunschweig restitue la perplexité glaçante de Luigi Pirandello dans une mise en scène ......

Lire l'article sur Toutelaculture

Un Fauteuil pour l'orchestre

Image de la critique de Un Fauteuil pour l'orchestre

mercredi 15 septembre 2021

Est-ce elle ou pas ?

Par Nicolas Brizault

Pirandello place Comme tu me veux en 1928, dix ans après la première guerre mondiale, à Berlin tout d’abord, en plein cœur des soirées monstres, avec Hitler en arrière-plan, puis à Udine, dans la beaucoup plus austère Italie du Nord, détruite à la fin de la guerre par les troupes austro-hongroises. Un italien pense avoir retrouvé son épouse, perdue depuis dix ans. Il ne savait pas si elle avait été exécutée après avoir été violée, pire peut-être...

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'orchestre

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

mardi 14 septembre 2021

Nouvelle confrontation entre le français Braunschweig et le sicilien Pirandello

Par Jean-Pierre Thibaudat

Quatrième round théâtral entre Luigi Pirandello et Stéphane Braunschweig sur le ring de l’Odéon. On se souvient du KO de "Six personnages en quête d’auteur". Avec "Comme tu me veux", le match, plus équilibré, va à son terme. A la fin, ce sont toujours les actrices et les acteurs qui marquent les points. C’est aussi la pièce qui veut ça avec ses jeux de jambes et ses uppercuts identitaires....

Lire l'article sur Club de Mediapart

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

lundi 13 septembre 2021

Comme tu me veux : chez Pirandello, les désirs font désordre

Par Vincent Bouquet

Pour sa nouvelle création au Théâtre de l’Odéon, Stéphane Braunschweig s’empare de l’une des pièces les plus troublantes du dramaturge italien. Jeu de dupes en terrain historique, elle est portée avec force et finesse par l’imperturbable Chloé Réjon. D’un art à l’autre, il existe parfois des résonances qui, loin d’être de pures coïncidences, traduisent le […]...

Lire l'article sur Sceneweb

Les Echos

Image de la critique de Les Echos

lundi 13 septembre 2021

« Comme tu me veux » : une femme en éclats à l'Odéon

Par Philippe Chevilley

Chloé Réjon est magistrale dans la pièce de Pirandello qui ouvre la saison de l'Odéon-Théâtre de l'Europe. Entre trop-plein de paroles et vide intérieur, elle campe avec superbe une héroïne violentée par l'histoire qui refuse toute résilience ou rédemption. L'actrice et ses partenaires sont mis en scène avec rigueur par un Stéphane Braunschweig particulièrement inspiré....

Lire l'article sur Les Echos

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)