theatre-contemporain.net

Accueil de « Cap au pire »

Cap au pire

+ d'infos sur le texte de Samuel Beckett
mise en scène Jacques Osinski

PublikArt - Webzine Culturel

:Denis Lavant : un phénix au bord du vide dans "Cap au pire" de Beckett

Par Amaury18
publié le 2017-12-23

Cap au Pire de Samuel Beckett pour une plongée radicale dans l’univers beckettien et son insondable vertige....

Lien vers l'article :

On en parle dans la presse et sur le web

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

lundi 04 décembre 2017

« Cap au pire » : Denis Lavant, sombre génie

Par Vincent Bouquet

« Cap au pire » est de ces oeuvres qui mettent au défi. Plus, sans doute, que n'importe quel autre texte de Beckett, cet écrit crépusculaire......

Lire l'article sur lesechos.fr

froggydelight.com

Image de la critique de froggydelight.com

dimanche 03 décembre 2017

Une voix caverneuse, à la fois chaleureuse et monocorde.

Par Philippe Person

Une expérience à la fois pour l'acteur, Denis Lavant, droit, constamment immobile dans la pénombre, et pour le spectateur, recevant ce texte énigmatique destiné à être lu et non dit par une voix caverneuse, à la fois chaleureuse et monocorde....

Lire l'article sur froggydelight.com

Le Bruit du Off Tribune

Image de la critique de Le Bruit du Off Tribune

samedi 28 octobre 2017

"Cap au pire" Denis Lavant sublime Beckett

Par Yves kafka

Immobile, les pieds rivés au sol, les bras collés au corps, la tête très légèrement inclinée vers cet étroit rectangle blanc lumineux – contrastant avec l’obscurité l’englobant – où les mots, comme un précipité chimique, après s’être frayés un passage entre les lèvres de l’homme qui a « fin » de vie vont être engloutis pour rebondir à l’envi dans une litanie quasi névrotique,

Lire l'article sur Le Bruit du Off Tribune

Théâtre au Vent

Image de la critique de Théâtre au Vent

samedi 22 juillet 2017

Les mots pourraient-ils vous clouer au sol ?

Par Evelyne Tran

Foutue manne cérébrale ! Evidemment, il y a cette effervescence mentale qui s’empare du langage avec ce désir toujours, plus dévorant de comprendre, expliquer, donner un sens à toutes choses…

Lire l'article sur Théâtre au Vent

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

vendredi 21 juillet 2017

Cap au pire”, Beckett par Lavant, pour le meilleur

Par Emmanuelle Bouchez

Denis Lavant apprivoise l'un des textes les plus extrêmes et les plus noirs de Samuel Beckett, et nous convie à une aventure métaphysique particulièrement intense....

Lire l'article sur Télérama.fr

L'insensé

Image de la critique de L'insensé

jeudi 20 juillet 2017

Mieux rater le plus mal dire. La voix sensée de Denis Lavant

Par Chloé Larmet

Mis en scène par Jacques Osinski, Denis Lavant s’empare de l’avant-dernier texte de Samuel Beckett Cap au pire. Avec une sobriété et une précision remarquable, il fait entendre jusqu’aux moindres silences de ce texte d’une aridité et d’une complexité certaine. Une performance qui, paradoxalement, ne rate pas assez....

Lire l'article sur L'insensé

L'Humanité

Image de la critique de L'Humanité

jeudi 06 juillet 2017

La violence inouïe des mots, du tout et du reste

Par Gérald Rossi

La mise en scène vertigineuse de Jacques Osinski pour Cap au pire met Denis Lavant devant la responsabilité physique de donner corps à ce roman-testament d’un Samuel Beckett flamboyant dans le désespoir....

Lire l'article sur L'Humanité