Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Camus Nobel Pinter »

:Discours de Suède d’Albert Camus

Discours d’une grande justesse sur les limites de l’influence littéraire dans les sociétés, mais prophétique sur un monde privé de ses dieux et victime d’une technologie ayant pris l’ascendant sur les personnes, discours courageux, alors que Camus était l’objet d’attaques de toutes parts du fait de son engagement pour une Algérie pacifiée, le discours de Stockholm résonne encore aujourd’hui d’un impératif absolu : la transmission de valeurs humanistes dans un monde menacé par les liens défaits entre les hommes et la destruction.
En appelant à se débarrasser des fatalités et résignations réductrices, Camus pose un véritable défi. Pour que tout homme puisse “ se grandir ” dans la dignité, il doit unir plutôt que diviser, devenir davantage maître de son destin et tenter d’inaugurer un nouveau cycle de comportements responsables, notamment envers les plus faibles, les opprimés.
Plaidant ainsi pour une plus grande justice entre les peuples, cet exilé perpétuel a dit inlassablement la condition de l’homme moderne, humblement, sincèrement, posant en ce 10 décembre 1957 les bases d’une réflexion destinée à forger une communauté à venir, où il serait possible de “ réconcilier travail et culture ”.
Comme le relevait George Orwell dans l’un de ses essais : “ La littérature est condamnée si la liberté de pensée disparaît. ” Avec ce discours, la littérature prouvait une nouvelle fois – du fait même de la liberté qu’exerçait son auteur – que si une conviction suffisante l’anime, elle peut donner naissance à une vision du monde.
J’imagine pour faire entendre ce texte un dispositif où différentes sources de lumière suivraient la comédienne dans ses avancées au plateau. Prenant appui sur la dimension protocolaire des remises de prix - pour les acteurs à Cannes, lors du Festival par exemple - je tenterai de mettre en relation la profondeur d’un propos « philosophique » avec l’apparente frivolité d’une soirée mondaine. Car c’est parfois au coeur du jeu et de la représentation que peuvent s’exprimer les vérités les plus universelles.

Stéphane Laudier

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.