Accueil de « Calderón »

Calderón

+ d'infos sur le texte de Pier Paolo Pasolini traduit par Michèle Fabien
mise en scène Laurent Fréchuret

:Notes de travail

• Un théâtre de l’éveil, une place pour le corps, le poème et les voix humaines.
• Pasolini pose cette question : Qui au moment de mourir peut dire : « Ma vie a été une vraie vie » ?
• Le but du voyage : soi-même.
• Le jeu comme arme contre le mensonge. Jouer pour atteindre la vraie vie.
• Fuyant de rêves en rêves, tombant de vies en vies dans des mondes étrangers, traversant des temps déraisonnables, de douleurs oubliées en douleurs nouvelles, seul persiste le souvenir d’une rencontre imprévue.
• Rosaura : celle qui questionne. Celle qui refuse ces noms, ces titres, ces dates, cet anneau, ces vêtements, cette bouche, ces yeux, ce visage qui lui collent dessus. Celle qui dit non aux vies de cauchemars, qui se méfie des rêves imposés, qui fuit vers son seul amour, la réalité.
• Au coeur de nos rêves, Pasolini déroule devant nos yeux une banderolle : Réveillez-vous !
• Un cri qui traverse l’espace et le temps. Cri dans une chute horizontale de milliers d’années. Cri d’étonnement dans le lit du nouveau né, cri de révolte dans le dernier lit, cri sourd de l’angoisse, cri instinctif de l’animal, cri de joie, de libération. Avec Calderón, Pasolini écrit un Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaah qui ne s’arrête pas.
• Ulysse voguait vers Ithaque, Quichotte combattait contre des moulins, Jeanne suivait ses voix, Alice tombait de merveilles en merveilles… Rosaura ou la quête de soi.
• Rosaura : rêveuse perpétuelle, voyageuse têtue toujours en quête d’un autre lieu où l’on pourrait se réveiller.

Laurent Fréchuret

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.