theatre-contemporain.net


Mon Tétras-Lyre

:Quand l'ordre des choses est inversé

Par Bernard Thinat
publié le 2017-03-20

Mohamed El Khatib n’a pas peur d’affronter la mort, il la regarde en face. En 2015, il se mettait en scène, parlant de la mort de sa mère dans « Finir en beauté », spectacle présenté dans le OFF en Avignon, et salué par la critique....

Lien vers l'article :

On en parle dans la presse et sur le web

La Parafe

Image de la critique de La Parafe

lundi 27 novembre 2017

Human Zoo

Par F

Avec Finir en beauté, il y a eu un avant et un après dans la trajectoire de Mohamed El Khatib. A partir de ce texte devenu spectacle, dans lequel il consigne les derniers moments de sa mère avant d’entreprendre son travail de deuil, son geste artistique change. Désormais, il lui paraît anecdotique de monter des des œuvres écrites par d’autres, de raconter des histoires, et même de faire jouer des acteurs....

Lire l'article sur La Parafe

Attractions Visuelles

Image de la critique de Attractions Visuelles

mardi 21 novembre 2017

Les mots pour le deuil

Par Karminhaka

Il semblerait, ici et là, que la dernière proposition de Mohamed El Khatib, "C'est la vie", suscite quelques réserves, tout simplement parce mettre en scène deux personnes ayant perdu leur enfant empêcherait quelque part de trouver la bonne distance pour se le représenter comme simple spectacle. D'aucuns mettent en avant la question de la compassion, seule réaction possible devant un témoignage réel, qui plus est avec les protagonistes...

Lire l'article sur Attractions Visuelles

Les Inrocks

Image de la critique de Les Inrocks

jeudi 09 novembre 2017

“C’est la vie” de Mohamed El Khatib: les mots pour le pire

Par Fabienne Arvers

Dans C’est la vie, Mohamed El Khatib réunit deux acteurs qui ont en commun la perte d’un enfant. Paroles “d’orphelins à l’envers”....

Lire l'article sur Les Inrocks

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

lundi 06 novembre 2017

« C’est la vie » : paroles de parents « orphelins à l’envers »

Par Brigitte Salino

En 2014, Mohamed El Khatib a fait un très beau spectacle sur la mort de sa mère, Finir en beauté. Fanny Catel et Daniel Kenigsberg sont venus le voir. Ils ne se connaissaient pas, mais l’une et l’autre connaissaient Mohamed El Khatib. Ils ont passé une soirée ensemble, à parler. Tous les deux sont comédiens, et ils ont perdu un enfant : elle, une petite fille, Joséphine, morte à 5 ans d’une maladie orpheline ; lui, un fils, Sam, qui s’est...

Lire l'article sur Le Monde.fr

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

dimanche 05 novembre 2017

La vie après la vie

Par Mathias Daval

Dans cette vallée de larmes qu’est le monde, que chercher d’autre que l’apaisement d’avant la chute ? Et quand la chute c’est la perte d’un enfant, on fait comment ? Fidèle à son traitement semi-documentaire des passions et de la détresse humaine, Mohamed El Khatib s’est lancé avec « C’est la vie » dans un projet épineux. Car faire......

Lire l'article sur I/O Gazette

I/O Gazette

Image de la critique de I/O Gazette

dimanche 05 novembre 2017

Conflit interne du spectateur

Par Audrey Santacroce

Voici un spectacle dont le thème et la forme font entrer en conflit notre empathie et notre œil de spectateur. On s’est senti coincé entre la délicatesse du sujet et un léger malaise. On a pourtant retrouvé dans l’écriture la voix de Mohamed El Khatib qu’on aime tant, ces pointes d’humour parfois noir, jamais amer, lancées......

Lire l'article sur I/O Gazette

Libération.fr

Image de la critique de Libération.fr

jeudi 02 novembre 2017

«C'™est la vie», deuil pour deuil

Par Anne Diatkine

«Ça t’a plu ?» : Voici une question qu’on ne peut pas poser lorsqu’on sort de C’est la vie, le dernier spectacle de Mohamed El Khatib, joué peu de temps après la création de Stadium (qui suscite des débats passionnés), et juste avant celle de Conversation entre Mohamed El Khatib et Alain Cavalier où les deux documentaristes interrogeront sur scène leur pratique...

Lire l'article sur Libération.fr

unfauteuilpourlorchestre.com

Image de la critique de unfauteuilpourlorchestre.com

jeudi 02 novembre 2017

On glisse ainsi de l’intime à l’universel.

Par Denis Sanglard

Pour qui perd ses parents il existe dans la langue française le mot orphelin. Pour qui perd un enfant, il n’y a rien. Un vide sémantique comme si justement une telle expérience ne pouvait avoir de définition, être représentée, n’être que de l’ordre de l’innommable. Et c’est dans ce vide sémantique que s’engouffre avec beaucoup de tact et d’humour – celui du désespoir ? – Mohamed El Khatib qui après Finir en beauté, pièce intime sur la perte de sa...

Lire l'article sur unfauteuilpourlorchestre.com

Toute La Culture.com

Image de la critique de Toute La Culture.com

mercredi 01 novembre 2017

« C’est la vie », les survivants de Mohamed El Khatib au Festival d’automne

Par Amelie Blaustein Niddam

Hier c’était la deuxième. Pour la deuxième fois, sous les sunlights du Festival d’Automne, Fanny Catel et Daniel Kenigsberg jouaient leur vie, jouaient leur drame : ils ont chacun perdu un enfant. C’est la vie est la nouvelle preuve, par les larmes, que Mohamed El Khatib sait transcender le réel comme aucun autre metteur en scène actuellement....

Lire l'article sur Toute La Culture.com

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

mercredi 01 novembre 2017

Qu’est-ce que chercher la vérité, au théâtre ?

Par Christine Friedel

On a envie d’ajouter tout de suite : avec Fanny Catel et Daniel Kenigsberg. La pièce  n’existe pas sans eux qui en sont la substance, la chair et le souffle, et ils sont acteurs. Jamais un « avec » n’aura été aussi plein. Ils jouent leur propre tragédie, leur propre deuil, impossible à faire : chacun a perdu un enfant. Leurs histoires sont différentes et pourtant ils connaissent ensemble un...

Lire l'article sur Théâtre du blog