Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Break your leg ! »

Break your leg !

+ d'infos sur le texte de Marc Lainé
mise en scène Marc Lainé

:La Pièce

Les règles du patinage artistique établissent une hiérarchie des chutes qui va de la simple réception manquée à la « vraie » chute. Dans le système de notation des concours, une vraie chute équivaut au retrait d’un point sur un total de six. Mais pour établir sa note, le jury doit prendre en compte la capacité de l’athlète à se relever et à se rétablir. Ainsi, la chute offre à l’athlète la possibilité de montrer sa force de caractère et sa détermination…

Les effets comiques d’une chute ne sont plus à démontrer. Mais la chute de la patineuse mérite qu’on s’y attarde. Il convient d’interroger la nature du rire qui nous prend à voir une patineuse le cul sur la glace… Dans son livre LE RIRE, ESSAI SUR LA SIGNIFICATION DU COMIQUE, HENRI BERGSON écrivait : « Une chute est une chute, mais autre chose est de (…) tomber parce qu’on visait une étoile. » Il est intéressant de remarquer que le patinage est la seule discipline sportive que l’on gratifie, en français, du qualificatif d’« artistique ». Si on prend le temps d’y penser, ce n’est pas rien d’élever au rang d’oeuvre d’art des performances sportives sur glace. Ainsi, tous les efforts de la patineuse tendraient à une forme d’ « Art » d’une conception romantique et que l’on pourrait autrement nommer Beauté ou Grâce. Sa chute en est d’autant plus cruelle et jubilatoire : des heures d’entraînement intensif, des années d’abnégation se voient d’un coup réduites à néant et le corps gracieux et athlétique que la patineuse s’est évertuée à maîtriser ne ressemble soudain plus à rien d’autre qu’à un corps humain, fait d’os fragiles et de chairs molles… Une humanité monstrueuse et déchirante se révèle dans cette chute. Et l’« Art » existe sans doute plus dans la grimace de la patineuse qui tombe que dans le sourire figé de celle qui réussit parfaitement le saut le plus difficile. Ce qui nous apparaît brusquement et avec violence, c’est le vivant, la « beauté convulsive » du vivant. Et notre rire, trivial et féroce, se confond avec une émotion esthétique trouble et profonde.

Que dire alors, du destin de TONYA HARDING ? Sa vie n’est qu’une succession de chutes. C’est l’histoire d’une déchéance qui nous apparaît tour à tour comme grotesque ou tragique, risible ou bouleversante… Certaines « vérités » nous sont révélées par des êtres qui les portent sans le savoir. TONYA HARDING est de ceux-la. Dans toutes ses interviews, elle n’a de cesse d’affirmer qu’elle a tiré les leçons de son passé et de ses erreurs. Pourtant, elle continue de s’enfoncer, vouée à l’échec et ignorante de la vraie nature tragique de sa condition. Très loin d’un récit moralisateur, c’est une histoire métaphysique qui se joue dans BREAK YOUR LEG !.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.