theatre-contemporain.net

Accueil de « Bobby Fischer vit à Pasadena »

Bobby Fischer vit à Pasadena

+ d'infos sur le texte de Lars Norén
mise en scène Philippe Baronnet

Journal La Terrasse.fr

:Le risque incessant du chaos

Par Manuel Piolat Soleymat
publié le 2013-09-28

Le comédien Philippe Baronnet signe sa deuxième mise en scène. Il crée Bobby Fischer vit à Pasadena, de Lars Norén, au Théâtre de Sartrouville. Une réussi...

Lien vers l'article :

On en parle dans la presse et sur le web

Image de la critique de Rue du Théâtre

mercredi 23 octobre 2013

Jusqu'ici tout va bien

Par Aurore Chery

La mise en scène de Philippe Baronnet réussit le tour de force de vous donner l'envie de partir pour mieux apprécier de rester. Dans un intérieur feutré de Stockholm, une famille se déchire mais sauve les apparences. Le choix d'un dispositif quadrifrontal renforce le caractère cathartique de la pièce de Norén....

Lire l'article sur Rue du Théâtre

Image de la critique de Théâtre du blog

samedi 19 octobre 2013

Un drame familial

Par Edith Rappoport

Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Noren, mise en scène de Philippe Baronnet. Philippe Baronnet avait mis en scène deux textes de Danil Harms, avant de devenir comédien permanent au Théâtre de Sartrouville, aux côtés de Laurent Fréchuret. Bobby Fischer vit à Pasadena est un drame familial qu'il a campé dans un vaste salon, où les premiers rangs de spectateurs sont assis sur des canapés, et donc intégrés au nœud de vipères. Les parents et...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de la critique de Webthea.com

mardi 23 octobre 2012

Révélation d’un metteur en scène

Par Gilles Costaz

Quand il dirigeait le théâtre de Sartrouville, Laurent Fréchuret a donné à l’un des acteurs permanents de la structure, Philippe Baronnet, l’occasion de faire une mise en scène à partir d’un texte qu’il choisirait lui-même. Le choix de Baronnet s’est porté sur Bobby Fischer vit à Pasadena, qui, dans l’œuvre de Lars Norén, relève de la critique bourgeoise. Franchement, à cette inspiration gentiment cogneuse on préfère...

Lire l'article sur Webthea.com