Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Au moins j'aurai laissé un beau cadavre »

Au moins j'aurai laissé un beau cadavre

+ d'infos sur le texte de Vincent Macaigne
mise en scène Vincent Macaigne

On en parle dans la presse et sur le web

Le beau cadavre sans miracle
Image de la critique de
Vincent Macaigne et son équipe nous offrent un spectacle où le lyrisme a quitté les mots et "pris" les corps, et l'espace, le son, dans un spectacle total comme un opéra, un spectacle prenant, envoûtant, qui nous transporte....

Lire la critique

Image de la critique de Les Trois Coups

samedi 16 juillet 2011

Macaigne or not Macaigne

Par Olivier Pansieri

L’un des évènements de ce 65e Festival d’Avignon : Vincent Macaigne dialoguant avec Shakespeare, et plus précisément « Hamlet », dans sa dernière création « Au moins j’aurai laissé un beau cadavre ». Un beau bordel aussi, disent ses détracteurs. Moi, j’ai bien aimé...

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de la critique de L'insensé

mercredi 13 juillet 2011

Festin de sexe et de sang

Par Céline Pitavy

Au cloître des Carmes, la dernière pièce de Vincent Macaigne d’après Hamlet de William Shakespeare avec Samuel Achache, Laure Calamy, Jean-Charles Clichet, Julie Lesgages, Emmanuel Matte, Rodolphe Poulain, Pascal Rénéric et Sylvain Sounier, est un combat joyeux, sans souci de préservation de l’original du vieux barde. Un théâtre comme un champ de bataille, ou une aire de jeu pour enfants, auquel tous participent furieusement, jusqu’aux...

Lire l'article sur L'insensé

Image de la critique de L'insensé

dimanche 10 juillet 2011

Macaigne met en scène le cadavre de la société du spectacle

Par Antonin Ménard

Au cloître des Carmes, Vincent Macaigne présente une adaptation d’Hamlet qui s’appelle « Au moins j’aurai laissé un beau cadavre ». Plus qu’adapter, l’auteur metteur en scène, imagine un dialogue avec l’œuvre de Shakespeare. Ce dialogue se veut dans l’urgence de faire du théâtre, de rester debout dans un monde en crise. Mettant en scène une variation autour, d’Hamlet, Macaigne, tente une représentation du chaos, du bruyant, utilisant tous les...

Lire l'article sur L'insensé

Image de la critique de L'insensé

dimanche 10 juillet 2011

Macaigne en propriétaire des Carmes

Par Yannick Butel

« I Destroy, I destroy, I destroy » lançait Angelica Lidell dans le Cloître des Carmes l’an dernier. Vincent Macaigne, qui occupe le lieu aujourd’hui, pourrait bien avec Au moins j’aurai laissé un beau cadavre faire écho à ce cri de guerre où les « words, words, words » d’Hamlet sont balayés. Scandale ? Le petit Prince a trouvé à qui parler… Pas certain toutefois que ça parle à tout le monde… même au bout de 3H40, avec entracte...

Lire l'article sur L'insensé

Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)