theatre-contemporain.net

Accueil de « Antoine m'a vendu son destin »

Antoine m'a vendu son destin

mise en scène Dieudonné Niangouna

On en parle dans la presse et sur le web

Attractions Visuelles

Image de la critique de Attractions Visuelles

lundi 06 mars 2017

Aboyer la révolte

Par Karminhaka

De la figure de l'écrivain congolais Sony Labou Tansi, Dieudonné Niangouna semble ne pas pouvoir s'écarter. Inspiration majeure pour lui, jeté dans la sphère de l'écriture par la puissance d'attraction de son écriture, Niangouna tourne encore et toujours autour de l'univers de celui qui, dans son univers, n'a pas arrêté de fustiger les puissants. Niangouna s'est magistralement fait l'écho de ces personnages de dictature dans son rôle de "Machin...

Lire l'article sur Attractions Visuelles

Sceneweb

Image de la critique de Sceneweb

mardi 28 février 2017

Dido dans la peau de Sony

Par Stéphane Capron

Dieudonné Niangouna rend hommage à son maître, Sony Labou Tansi, en adaptant l’une de ses pièces les plus célèbres, Antoine m’a vendu son destin, et en y mêlant ses propres textes. Un condensé de l’Afrique en un temps record, 1h30, il y a longtemps que Dieudonné Niangouna n'avait pas présenté un spectacle aussi resserré....

Lire l'article sur Sceneweb

Club de Mediapart

Image de la critique de Club de Mediapart

lundi 27 février 2017

Dieudonné Niangouna et Sony Labou Tansi aboient quand passe le théâtre

Par Jean-Pierre Thibaudat

En montant « Antoine m’a vendu son destin » de Sony Labou Tansi, en écrivant « Sony chez les chiens » et en mettant en scène ces deux pièces tout en les jouant, Dieudonné Niangouna honore son maître en l’offrant aux chiens. C’est un jeu, c’est du théâtre chien...

Lire l'article sur Club de Mediapart

ThéâToile

Image de la critique de ThéâToile

mercredi 22 février 2017

Antoine m’a vendu son destin – Sony chez les chiens : rendre la parole

Par Sonia Bos-Jucquin

Après N’kenguégi créé en 2016, Dieudonné Niangouna gravit La Colline en donnant à voir au Petit Théâtre, du 21 février au 18 mars, Antoine m’a vendu son destin et Sony chez les chiens, un montage déstabilisant entre sa propre écriture et celle du congolais Sony Labou Tansi....

Lire l'article sur ThéâToile

Journal La Terrasse.fr

Image de la critique de Journal La Terrasse.fr

mardi 21 février 2017

Triangle réparateur

Par Anaïs Heluin

« Sommes-nous sortis du monde ? ». Dans chacune de ses pièces et à la tête du Festival Mantsina sur scène à Brazzaville qu’il a créé en 2003, Dieudonné Niangouna répond à sa manière à la question liminaire de Antoine m’a vendu son destin du dramaturge congolais Sony Labou Tansi (1947-1995). Il n’avait pourtant jusque-là jamais porté sur scène ce texte fondateur de son théâtre de colère et de sueur nourri des violences de son pays....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

vendredi 17 février 2017

Je fais mon œuvre mais je termine la tienne

Par Mireille Davidovici

Antoine m'a vendu son destin / Sony chez les chiens, textes de Sony Labou Tansi et "J'ai dit à Sony Labou Tansi : t'inquiète pas mon vieux, je fais mon œuvre mais je termine la tienne ", ainsi s’adresse Dieudonné Niangouna, alias Dido, à son illustre prédécesseur, puis au personnage de sa pièce, Antoine, en mettant en jeu ses propres talents d’auteur, metteur en scène et comédien. "...

Lire l'article sur Théâtre du blog

coma.revues.org

Image de la critique de coma.revues.org

mardi 27 janvier 2015

Dieudonné Niangouna parle de Sony

Par Dyclo Pomos

Entretien repris du blog du festival Mantsina sur scène. La 12e édition s'est tenue du 10 au 30 décembre 2015, à Pointe Noire et Brazzaville, Congo. Direction : Dieudonné Niangouna et Sylvie Dyclo...

Lire l'article sur coma.revues.org

Masquer la bannière