Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Accueil de « Angelus Novissimus »

Angelus Novissimus

mise en scène Alain Béhar

:Présentation

Dans la continuité de ses travaux précédents – , Até – Alain Béhar se met à l’écoute des communautés virtuelles. En compagnie du “sociologue de l’imaginaire” Vincenzo Susca, il s’interroge sur les mutations qui affectent les individus dans un contexte de révolution technique sans précédent. À partir d’une méditation sur l’Angelus Novus – ce fameux tableau de Paul Klee, brillamment commenté par Walter Benjamin – nous sommes immergés sur le mode de la télé-présence dans une “histoire d’anges”. Soit des “avatars”, des “profils”, des personnages solitaires, mais toujours interconnectés. Un seul et même spectacle s’offre à notre regard selon trois points de vue simultanés, inscrits dans des lieux plus ou moins distants. Reliées entre elles par internet, les trois scènes accueillent chacune un seul acteur entouré, à l’image, par de nombreux “amis”. Or, dans cet univers virtuel, tous les hommes sont devenus des anges. Comme dans la peinture de Paul Klee, ils représentent des figures liées au destin de la collectivité. Au premier acte, l’ange du passé bataille contre les Lumières sans pouvoir se tourner vers le futur. Au deuxième, l’ange du futur est un reporter omniscient qui marque la fin de la mémoire. Enfin, au troisième et dernier acte, un ange tombe dans le présent grâce à l’entrée soudaine d’un autre véritable. En travaillant la tension qu’exacerbent les nouveaux médias entre solitude et communauté, Angelus novissimus nous questionne ainsi sur ce qui fait, plutôt que sur ce qui fonde, notre expérience de la réalité.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.