theatre-contemporain.net

Accueil de « Ahmed revient »

Ahmed revient

+ d'infos sur le texte de Alain Badiou
mise en scène Didier Galas

:Dossier Pièce (dé)montée

Télécharger le dossier en PDF

Auteures de ce dossier

Marion Chopinet, enseignante histoire-géographie et théâtre, lycée Antonin-Artaud, Marseille
Isabelle Rainaldi, enseignante anglais et théâtre, lycée Antonin-Artaud, Marseille

Sommaire

Édito

Plus de 30 ans après sa première apparition sous la plume d’Alain Badiou, le personnage d’Ahmed revient. Il est seul cette fois, mais n’a rien perdu de sa verve, et semble s’adresser plus directement au public.

Qui suis-je? Suis-je ou n’est-ce qu’un rêve? Qu’est-ce que la laïcité? La transcendance ? Voici quelques-unes des questions soulevées par Alain Badiou avec cette cinquième pièce mettant en scène le personnage d’Ahmed et dont l’ambition affichée, depuis Ahmed philosophe, est de présenter une réflexion philosophique dans une forme théâtrale.

Alain Badiou interroge le lien entre théâtre et philosophie. Lui qui se décrit comme «sartrien jusqu’à la moelle», présente néanmoins son entreprise comme radicalement différente de celle de Sartre : il ne s’agit pas de faire de la scène le lieu d’une didactique philosophique, mais plutôt de concevoir le théâtre comme une action de la pensée. La philosophie se met donc au service du jeu. C’est la forme philosophique qui impose une forme théâtrale très épurée, un théâtre qui se montre comme tel.

L’histoire de la tétralogie d’Ahmed (Ahmed le subtil, Ahmed philosophe, Ahmed se fâche, Les Citrouilles) est aussi l’histoire d’un compagnonnage de l’auteur avec la scène qui débute avec Antoine Vitez en 1987 et se poursuit avec Christian Schiaretti, pour la mise en scène, et Didier Galas, dans le rôle d’Ahmed, en 1994. En 2018, pour la 72e édition du festival, c’est à la fois en tant que metteur en scène et comédien que Didier Galas retrouve ce personnage. Fondateur du collectif Les Hauts Parleurs, il effectue une recherche au plateau sur la figure du valet de comédie depuis de nombreuses années.

Ahmed est un héritier de cette tradition des valets de la farce et de la comédie. Le premier volet de la tétralogie, Ahmed le subtil, est une transposition des Fourberies de Scapin de Molière, dont le sous-titre est d’ailleurs « Scapin 84 ». Mais on entend aussi résonner les voix d’autres valets de la farce et de la comédie: Arlequin, Figaro et bien d’autres encore, y compris des figures cinématographiques telles que le Vagabond créé par Charlie Chaplin.

Pour Alain Badiou, la farce permet une agressivité politique dont seul le comique est capable. Ahmed se pose ainsi en diseur de vérités qui dérangent. Si la forme théâtrale semble rappeler la commedia dell’arte, les personnages types ici ne sont pas des héritiers des personnages de la comédie italienne, ils nous renvoient à une réalité contemporaine pour la questionner, en montrer les faux-semblants.

Nous allons dans ce dossier proposer des pistes de réflexion et des activités concrètes afin de permettre aux enseignants d’aborder puis d’étudier la représentation avec leurs élèves. Nous nous intéresserons notamment au personnage d’Ahmed à travers ses héritages et la question du masque. Nous interrogerons avec Alain Badiou les conventions théâtrales et le jeu, ainsi que leur lien avec la philosophie.

Avant de voir le spectacle

  • Un théâtre de tréteaux itinérant
  • Ahmed, un personnage qui avance masqué
  • Un personnage issu de la tradition de la farce et du valet de comédie ?
  • Un texte qui questionne le je par le jeu



Pièce (dé)montée, présentation

« Pièce (dé)montée » est une collection nationale du CNDP, coordonnée par le Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Paris avec le soutien de l'Inspection Générale Lettres-Théâtre et en partenariat avec de nombreux théâtres en France. Elle a pour objectif de faciliter la compréhension des enjeux spécifiques du théâtre en confrontant les textes à leur représentation. En ligne et en libre accès, la collection suit l’actualité théâtrale et permet de faire découvrir de nouveaux auteurs et metteurs en scène.

« Pièce (dé)montée » est reconnue pour la très grande qualité de ses dossiers par la communauté éducative et les services des relations publiques au sein des théâtres.

Voir la présentation complète