Accueil de « 2666 »

2666

d'après 2666 de Roberto Bolaño
mise en scène Julien Gosselin

On en parle dans la presse et sur le web

Rumeur d'espace

Image de la critique de Rumeur d'espace

mardi 17 janvier 2017

2666 ou combattre la barbarie qui vient

Par Alain L.

que voulaient dire ces troix « six » accolés après un « deux ». Etait-ce vraiment comme suggéré par le programme une entrée vers le XXIème siècle ? Mais cela n’expliquait pas tous ces « six »…...

Lire l'article sur Rumeur d'espace

Attractions Visuelles

Image de la critique de Attractions Visuelles

jeudi 15 septembre 2016

Vers la disparition

Par Karminhaka

Après le franc succès critique et public remporté avec son adaptation des "Particules élémentaires" du controversé Michel Houellebecq, rien ne semble pouvoir arrêter Julien Gosselin, pourtant jeune metteur en scène, à l'aube de ses trente ans. En choisissant de s'attaquer à l’œuvre monstre de l'écrivain chilien Roberto Bolaño (ni plus ni moins que 1300 pages d'un roman fleuve, et encore... resté inachevé), Gosselin trace son ambition (...)...

Lire l'article sur Attractions Visuelles

Le Monde.fr

Image de la critique de Le Monde.fr

mercredi 14 septembre 2016

« 2666 », une odyssée théâtrale

Par La rédaction

Dans un spectacle de onze heures, dévoilé à Avignon avant de partir en tournée cet automne, le jeune metteur en scène Julien Gosselin adapte avec une intensité exceptionnelle le roman-monstre du Chilien Roberto Bolaño....

Lire l'article sur Le Monde.fr

lesechos.fr

Image de la critique de lesechos.fr

vendredi 09 septembre 2016

Livre-fleuve pour théâtre de combat

Par Philippe Chevilley

Dans la seconde partie de « 2666 », l'universitaire fantasque Amalfitano suspend un livre à la corde à linge devant sa maison, histoire de voir......

Lire l'article sur lesechos.fr

Télérama.fr

Image de la critique de Télérama.fr

jeudi 08 septembre 2016

La lumière au bout du mal

Par Fabienne Pascaud

La mort et la vie lui vont si bien. Le metteur en scène Julien Gosselin plonge les spectateurs dans un fascinant maelström, dont ils ressortent essorés et ravis....

Lire l'article sur Télérama.fr

Nonfiction.fr

Image de la critique de Nonfiction.fr

dimanche 24 juillet 2016

Autour de « 2666 » : entretien avec Julien Gosselin

Par Régis Bardon

Après avoir déjà mis sur scène un roman il y a trois ans, avec Les Particules élémentaires, Julien Gosselin et son collectif Si vous pouviez lécher mon coeur s’attaquent cette année à un monument de la littérature contemporaine, 2666 de Roberto Bolaño. Au prix d’un spectacle en cinq parties qui dure douze heures, dont trois pour les entractes. La perspective de passer un après-midi et une partie de la nuit au théâtre pourrait décourager, mais......

Lire l'article sur Nonfiction.fr

Rhinocéros

Image de la critique de Rhinocéros

mercredi 20 juillet 2016

L’Art, le Mal et l’histoire des Hommes

Par Clémence Gros

Parfois en lisant un livre, en regardant un film ou un spectacle, on a le sentiment intime de vivre quelque chose de puissant, d’être porté par une immense vague de force et de beauté. C’est peut-être ce qui fait les chefs-d’œuvres… Avec l’épopée phénomène de Julien Gosselin au festival d’Avignon 2016, ce sentiment n’a fait que croître pendant et après la pièce....

Lire l'article sur Rhinocéros

L'Insensé

Image de la critique de L'Insensé

mardi 19 juillet 2016

Au risque du nihilisme

Par Jérémie Majorel

"2666", utilise quasiment en continu pendant 11h30 la vidéo réalisée en direct et à vue par un cameraman, ce qui peut être rapproché du travail d’Ivo van Hove ("Les Damnés") et de Katie Mitchell ("Voyage à travers la nuit"). Mais chacun s'approprie singulièrement ce procédé....

Lire l'article sur L'Insensé

Les Trois Coups

Image de la critique de Les Trois Coups

dimanche 17 juillet 2016

Monumental !

Par Maud Sérusclat‑Natale

Quand l’œuvre de deux génies se rencontre, la terre n’a plus qu’à trembler. « 2666 » est une odyssée théâtrale remarquable aussi folle que brutale, d’une intensité et d’une qualité inégalée. Les superlatifs vont manquer....

Lire l'article sur Les Trois Coups

Théâtre du blog

Image de la critique de Théâtre du blog

dimanche 17 juillet 2016

On entend alors la langue dense de Roberto Bolaño,

Par Mireille Davidovici

Les cinq romans, imposants et touffus, de l’auteur chilien disparu en 2003, avant leur publication en 2004, annoncent par le titre qui les réunit en un seul volume, le triomphe du mal, dans un troisième millénaire apocalyptique (666 étant le chiffre du mal, 2 celui du siècle). « J’ai été frappé, écrit Julien Gosselin par le passage dont le titre...

Lire l'article sur Théâtre du blog