« Khaled Kelkal, une expérience de la banlieue »

Aucune information sur le lieu et la date

Dans la nuit du 29 septembre 1995, M6 diffusait, en différé d’une vingtaine de minutes, les images de l’exécution de Khaled Kelkal (« l’ennemi public n° 1 » de ces années sombres du milieu des années 1990) par un escadron de quelques 200 gendarmes du corps d’élite de l’EPIGN. Le lendemain, France 3 rediffusait les images… avec quelques coupes dans la bande-son… Puis, le 7 octobre, Le Monde publiait une série d’articles sur la banlieue, l’immigration, les mesures institutionnelles, etc. qui encadraient la transcription d’un entretien que Kelkal avait donné en 1992, trois ans avant les attentats de Saint-Michel, à un sociologue allemand descendu à Vaulx-en-Velin, en banlieue lyonnaise, enquêter sur « l’intégration à la française ». C’est cet entretien que je voulais restituer dès 1995… aux pieds des cités !!! A l’époque, ma proposition de mise en scène a fait dresser beaucoup de cheveux… sans doute autant que lors des premières émeutes « de banlieue » à la fin des années 1980, autant qu’après les attentats de Saint-Michel en 1995, etc. J’abandonnai l’idée, alors… En 2006, j’étais retombé sur ces pages du journal Le Monde. Mais, tant pis, après le 21 avril 2002, les émeutes de 2005… il fallait faire quelque chose, même en version théâtrale ! J’en étais pourtant fort peu motivé, mais le soir de la première de la création en 2006 dans mon favela-théâtre, grâce à la coproduction de notre grand voisin, le CDN des Amandiers, il y avait du très beau monde, et je me suis demandé combien d’icelui avait pris 50 minutes de son temps à entendre une parole de lascar….
Il y avait eu une synergie impressionnante autour de cette création et, pour la première fois dans l’Histoire de la Ferme du Bonheur, le spectacle a été acheté !!! Mais aujourd’hui, j’ai encore faim ! Et le sujet est loin d’être clos, je dirai même que ça ne s’est pas arrangé ! Vous pourrez lire plus loin, la lettre que des lycéens « de banlieue » ont écrite à Jacques Chirac en 2005 dont vous vous souviendrez peut-être qu’elle fut publiée dans Libération. C’est bouleversant comme on y trouve des propos identiques à ceux que Khaled Kelkal avait émis… en 1992 ! Et la Ferme du Bonheur, contre vents et marées, ne se sera jamais contentée de gloser, elle affirme des choix précis et pourtant simples, avance des propositions concrètes et simples, accomplit des actes justes… et simples ! J’insiste sur cette simplicité, au risque de paraître prétentieux, mais parce que ça marche ! On n’a pas résolu la cruauté du monde, loin s’en faut, mais on a au moins accueilli à notre table « les mendiants et les rois, le flic et le voyou, le jeune et le vieux… » Que ce soit lors de l’opération CUCS - Politique de la Ville où nous habitions 24h/24, 7j/7, pendant tout le mois d’août 2004, sous une tente au cœur des cités du quartier Université de Nanterre, que ce soit lors des expositions d’arts plastiques dans mon appartement au 35ème étage d’une des tours-nuages d’Émile Aillaud dans le quartier du Parc figurant parmi les « 24 quartiers les plus criminogènes de France »… ou encore à la Ferme du Bonheur même, lieu ouvert s’il en est, où entre poules, cochon, chevaux, chèvres…, on fait du théâtre, de la musique, de la danse, du cinéma, de l’art plastique… mais aussi de l’action sociale avec la foule de galériens de la ville, et enfin de l’agro-poésie sur les friches sauvages du projet urbain du Grand Axe de la Défense…

Aussi, cette reprise n’aura-t-elle de sens qu’à susciter une tournée pour diffuser, échanger des expériences d’actions et de pratiques… espérer un monde ! Pour exemple, après le spectacle (une mise en scène simple de l’entretien entre l’interprète de Khaled Kelkal et celui du sociologue dans un décor constitué d’un écran où l’on projette un film à partir d’images de l’exécution de Kelkal, des heures suivant l’attentat de Saint-Michel et des émeutes de 2005) chaque vendredi, quelques acteurs des nombreux sujets soulevés dans les propos de Khaled Kelkal sont invités à discuter avec le public.

OPTIMISTES ACTIVISTES, au travail !

Roger des Prés

Lieu : La Ferme du Bonheur

Horaire : 21:00 h