Théâtre de l'Entre-Deux

Type de structure : Compagnie dramatique

Présentation

La Compagnie Théâtres de l’entre-deux a été créée en 2007 à l’initiative de Philippe Mangenot, comédien et metteur en scène. Jusqu’en 2006, Philippe Mangenot a presque exclusivement travaillé au Théâtre les Ateliers à Lyon. Pendant plus de 10 ans, il consacra toute son énergie aux écritures contemporaines en tant que comédien, metteur en scène, pédagogue mais aussi en tant qu’administrateur pour inventer et développer de nouveaux projets et conquérir de nouveaux publics. Ainsi, il participa activement à la décentralisation de certaines créations dans de petites communes avec le projet « Auteurs en vue ». Les spectacles Boucherie de l’Espérance de Kateb Yacine et Nina, c’est autre chose de Michel Vinaver, dont il fut metteur en scène, tournèrent pendant plus de quatre ans dans toute la région Rhône-Alpes avec plus de 150 représentations. Il s’engagea également dans l’insertion professionnelle de jeunes metteurs en scène issus de l’ENSATT en soutenant les projets d’Emmanuel Daumas, Simon Delétang ou encore Olivier Rey. Il fut aussi l’un des piliers du festival Les européennes où il mit en scène des textes de Fabrice Melquiot, Rodrigo Garcia, Claus Beck-Nielsen ou encore Marc Becker. Toujours aux Ateliers, il imagina des « chantiers de formation » en faisant intervenir des auteurs comme Joel Jouanneau, Lionel Spycher, Jean-Pierre Sarrazac, Jean Yves Picq…

Cette aventure prit fin en 2006. La création de la Compagnie Théâtres de l’entre-deux s’inscrit dans la continuité de ce travail et de cette passion.

Aujourd’hui, la Compagnie a tissé de nouvelles collaborations, notamment avec le Théâtre du Point du Jour et avec le Théâtre de l’Iris à Villeurbanne. Philippe Mangenot met en scène : Chaise d’ E.Bond, Grammaire des mammifères de W. Pellier, Ceux qui marchent dans l’obscurité de Hanokh Levin, Hamlet or A piece of him… Hamlet 60 est créé à Avignon en 2013 au Théâtre du Petit Louvre.

Pour la Compagnie, la création d’auteurs contemporains ne trouve sa finalité que s’il y aussi, conjointement, un travail d’éducation artistique, de sensibilisation et de renouvellement des publics. La Compagnie affirme que l’exigence artistique n’est pas incompatible avec ces enjeux sociaux et politiques.