Photo de Naomi Wallace

Naomi Wallace

Etats Unis – Né(e) en 1960

Dernières critiques

Image de La Carte du temps

murielgandois

mercredi 20 mai 2015

Un triptyque de pièces courtes

Par Muriel Gandois

La Carte du temps est un triptyque de pièces courtes : Entre ce souffle et toi, Un état d'innocence et Un monde qui s'efface, écrites par Naomi Wallace. Elles mettent en lumière des histoires individuelles dans l’Histoire du Moyen-Orient. Théâtre 13. Le protocole théâtral semble effacé. Le plateau est vivant avant que la salle ne soit éteinte....

Lire l'article sur murielgandois

Image de La Carte du temps

Critiques de théâtre

samedi 02 mai 2015

Trois histoires douloureuses

Par Philippe Chavernac

Trois histoires douloureuses sur ce qui se passe au Moyen Orient. Une pièce qui donne à réfléchir sur les atrocités de la guerre. Que l’action se passe dans une salle d’attente, dans un zoo désaffecté ou dans un no man’s land nous comprenons, au-delà des mots (maux) et c’est la force du théâtre, que ce conflit (tous les conflits) est une absurdité. Dans la première partie, dans une quelconque salle d’attente,

Lire l'article sur Critiques de théâtre

Image de La Carte du temps

Sceneweb

mercredi 29 avril 2015

Le regard humain de Naomi Wallace sur le Moyen-Orient

Par Stéphane Capron

La dramaturge américaine a écrit une pièce forte autour de trois histoires qui se déroulent au Moyen-Orient. Loin des clichés des journaux télévisés, c’est l’humanité qui se dégage de ce spectacle.

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Au Pont de Pope Lick

danslateteduspectateur

samedi 30 novembre 2013

La dimension poétique prend le dessus

Par Saad

Sur le papier, la présentation de la pièce Au pont de Pope Lick parait bien noire. Sur le plateau, la dimension poétique prend heureusement le dessus....

Lire l'article sur danslateteduspectateur

Image de Une puce, épargnez-la

Les Trois Coups

mercredi 02 mai 2012

Une robe moutarde au milieu des corbeaux

Par Ingrid Gasparini

« Une puce, épargnez‑la » est un huis clos qui suit la mise en quarantaine d’une maison de l’aristocratie londonienne en pleine épidémie de Grande Peste. Volets fermés, langue capiteuse et poétique, haleine fétide de la mort qui se complaît dans un dernier baiser. Le plateau se fait peu à peu envahir de corbeaux, et le public balance, tout à la fois captif et captivé...

Lire l'article sur Les Trois Coups