Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Ulises Alvarez

France

Dernières critiques

Image de Ligne de crête

Attractions Visuelles

samedi 29 septembre 2018

Ballet mécanique

Par Karminhaka

La précédente pièce de Maguy Marin "Deux mille dix sept", nous avait laissés ici sur notre faim. Si Maguy Marin ancre de plus en plus ses spectacles sur des interrogations contemporaines (en l’occurrence une critique de la mondialisation), la trop grande lisibilité critique de celle-ci l'empêchait, selon nous, de donner une véritable impulsion à sa mise en scène. En cela, "Ligne de crête" ne déroge aucunement à cette approche...

Lire l'article sur Attractions Visuelles

Image de Ligne de crête

Profession Spectacle

samedi 29 septembre 2018

Maguy Marin danse sur une délicate "ligne de crête"

Par Vincent Pavageau

"Ligne de Crête", de Maguy Marin, un chemin possible à travers une société de consommation toujours plus envahissante ? De cette performance d’une heure, nous sortons épuisés, lessivés et soulagés, tels des coureurs à la fin d’un parcours, de cette ligne de crête, tentant toujours de ne pas basculer dans l’un de ses versants....

Lire l'article sur Profession Spectacle

Image de Ligne de crête

Le Bruit du off tribune

mardi 25 septembre 2018

« Ligne de crête », la violence lucide de Maguy Marin

Par Emmanuel Serafini

La 18ème Biennale de Lyon continue de battre son plein depuis le 11 septembre dernier, une date toujours effrayante, vive dans nos mémoires depuis 2001, année qui a vu les tours du World Trade Center de New York ni plus ni moins disparaitre.

Lire l'article sur Le Bruit du off tribune

BiT
Image de BiT

L'alchimie du verbe

lundi 23 mai 2016

Un cri de révolte !

Par David Pauget

On préfère voir BIT comme avant tout un hymne à l’art, capable de changer et de sauver des vies, et d’offrir un droit à la transcendance…à défaut d’une révolution....

Lire l'article sur L'alchimie du verbe

BiT
Image de BiT

cyborg theatre

jeudi 15 octobre 2015

Différence et Répétition

Par Mathieu Méric

Choisir ses amis, admettre ses dégoûts, revendiquer sa propre intolérance. Ne pas aimer tout et tout le monde et aimer mieux, de fait, nos préférés. Avoir quelques inimités discutables et des tendresses inavouées. Ne pas toujours dire notre amour, ne pas en être capable, ou trop compliqué, ou trop risqué, oui, pas doués, mais par contre, plus facile et pourtant rarement saisi, s’offrir ce petit luxe d’affirmer quelques hargnes de temps à autre....

Lire l'article sur cyborg theatre