Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Tamara Al Saadi

France

Dernières critiques

Image de Place

Un Fauteuil pour l'Orchestre

lundi 25 novembre 2019

Place choisit résolument le parti du théâtre.

Par Nicolas Thevenot

Un sol laqué noir, intense, dont la brillance assourdie épouse la dureté. Quelques chaises, coques blanches sur tubes noires, formant constellation. On est saisi par l’économie rigoureuse et vigoureuse que recouvre cet espace minimaliste, lieu intime d’une écriture, celle en l’occurrence de Tamara Al Saadi, qui signe la mise en scène de son propre texte, Place, lauréat du Prix du Jury et Prix des Lycéens du Festival Impatience 2018....

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'Orchestre

Image de Place

RFI

dimanche 10 novembre 2019

En sol majeur - Tamara Al Saadi, l’Irak sur le bout de la langue

Par Yasmine Chouaki

Brune et cérébrale, Tamara Al Saadi se promène avec un gros dictionnaire sous le bras. Un dictionnaire français-arabe, mais avec des mots ar......

Lire l'article sur RFI

Image de Place

Un certain regard sur la culture

lundi 28 octobre 2019

"Place", les exilé.es à la lisière du monde

Par Guillaume Lasserre

Comment se construit-on dans le déracinement de l'™exil? Comment grandir avec un héritage culturel nourri de larmes ? Quelle place accorde-t-on dans notre société aux enfants de la guerre nés ailleurs ? "Place" de Tamara Al Saadi conte l'apprentissage de Yasmine, jeune adolescente dont la famille est réfugiée à  Paris depuis la Guerre du Golfe . Formidable et nécessaire....

Lire l'article sur Un certain regard sur la culture

Image de Place

La Parafe

samedi 19 octobre 2019

Art-thérapie pour schizophrénie avérée

Par Floriane Toussaint

Pour quelques dates seulement, est repris au T2G un spectacle présenté l’an dernier au Festival Impatience, consacré au théâtre émergent, récompensé du prix du jury et de celui des lycéen.ne.s. Il s’agit de Place de Tamara Al Saadi, qui s’interroge sur celle que les « étrangers » cherchent à occuper dans notre société française. Le terme entre guillemets désigne des individus issus d’immigrations plus ou moins récentes, profondément déchirés entr...

Lire l'article sur La Parafe

Image de Place

Inferno

mercredi 16 octobre 2019

« Place », Tamara Al Saadi en quête d'identité

Par Jean-Louis Blanc

Qui suis-je ? Quelle est ma place dans ma famille, dans la Société ? Questions …...

Lire l'article sur Inferno

Image de Place

Libération.fr

mercredi 24 juillet 2019

«Place», l’exil entre deux langues

Par Anne Diatkine

Emouvante et drôle, la pièce de Tamara Al-Saadi met en scène la dualité d’une jeune fille tiraillée par son désir d’intégration et le renvoi constant à ses origines irakiennes....

Lire l'article sur Libération.fr

Image de Place

l-echo-des-planches

samedi 20 juillet 2019

Entretien avec Tamara Al Saadi

Par Sarah Authesserre

" Pour moi le théâtre, c'est un moyen efficace pour dé-invisibiliser ce qui est invisible entre les gens. Je pense vraiment que par le sensible, par les corps, par l'humain, il nous est donné un moyen de dire aux autres ce qu'on sait pas dire avec des mots. [...] Il n'y a que l'art qui soit capable de tuer les egos dans les échanges. "...

Lire l'article sur l-echo-des-planches

Image de Place

lesechos.fr

vendredi 14 décembre 2018

Festival Impatience : une « Place » de choix

Par Philippe Chevilley

Double prime à l'émotion : « Place », le sobre et poignant spectacle de Tamara Al Saadi a été couronné à la fois par le jury......

Lire l'article sur lesechos.fr

Image de Place

Télérama.fr

jeudi 13 décembre 2018

Le festival Impatience consacre les femmes de théâtre

Par Fabienne Pascaud

Pour la première fois de ses dix années d’existence, le palmarès du festival Impatience aura été exclusivement féminin, décernant ses prix à trois jeunes artistes graves, drôles et singulières tout ensemble : Tamara Al Saadi, Justine Lequette et Anne Sibran....

Lire l'article sur Télérama.fr

Image de Un riche, Trois pauvres

Théâtre au Vent

dimanche 29 avril 2018

Des âmes se cherchent désespérément

Par Evelyne Trân

D’entrée de jeu, le côté trash domine chez tous les personnages de cette pièce baroque de Louis Calaferte qui semble tirer la poignée d’une corde élastique sans jamais la lâcher pour les propulser sur une scène.

Lire l'article sur Théâtre au Vent