Photo de Sylvain Levitte

Sylvain Levitte

France

Suivre aussi Sylvain Levitte sur :

Ajoutez un lien vers site personnel, facebook, instagram

Dernières critiques

Image de La Fuite !

L'Alchimie du Verbe

mardi 16 janvier 2018

Un rêve qui se détraque avec violence et dissonance : métaphore du monde moderne ?

Par Louise Rulh

Une voix prophétique semble s’élever de ce spectacle mystérieux, et tandis qu’on assiste à la difficulté de la misère, du déclassement social brutal, du confinement dans des zones ghettoïsées, du détraquement progressif d’un rêve qui se casse la figure comme une musique dissonante se désaccorde......

Lire l'article sur L'Alchimie du Verbe

Image de La Fuite !
Image de La Fuite !

Bigorre.org

mardi 14 novembre 2017

Une fuite aussi ébouriffante qu’émouvante

Par Stéphane Boularand

C’est à la confluence de la grande histoire et d’une histoire intime que le public du Parvis était convié mardi et mercredi. Les livres d’histoire nous raconte souvent l’histoire des vainqueurs, laissant de côté les perdants, ceux que les événements ont été jeté sur les routes pour trouver des terres plus clémentes. Au moins l’espèrent-ils. C’est à ceux-là que Mikhaïl Boulgakov s’intéresse dans La fuite qu’il écrit quelques années après...

Lire l'article sur Bigorre.org

Image de La Fuite !

Le Bruit du Off Tribune

dimanche 12 novembre 2017

Au secours camarades, fuyons !

Par Annick et Emmanuel Bienassis

Macha Makeïeff a ouvert la saison de la Criée à Marseille avec « La Fuite » de Mikhaïl Boulgakov, programmée en ce début Novembre au Théâtre National de Nice. L’histoire des russes blancs, chassés par les rouges bolcheviks, qui fuient vers la Crimée, Constantinople et Paris à l’aube des années 20. La pièce est présentée en 8 songes avec entracte pour une durée de 3h30 au total.

Lire l'article sur Le Bruit du Off Tribune

Image de La Fuite !

lesechos.fr

mercredi 18 octobre 2017

« La Fuite ! » : le rêve noir de Bougalkov et Makeïeff

Par Philippe Chevilley

« La Fuite ! » est sans doute le spectacle le plus ambitieux de Macha Makeïeff. D'abord parce que la pièce de Mikhaïl Boulgakov est un......

Lire l'article sur lesechos.fr

Image de La Fuite !

DestiMed

lundi 16 octobre 2017

"La fuite" de Boulgakov magnifiée par Macha Makeïeff

Par Jean-Rémi Barland

"La fuite" tout d’abord un travail magnifique sur le son confié à Sébastien Trouvé qui contribue par des bruits profonds, inquiétants et sourds à rendre l’atmosphère de cette plongée en enfer particulièrement oppressante. Ensuite une prodigieuse performance à la lumière de Jean Bellorini (metteur en scène lui aussi qui avait enchanté La Criée avec son spectacle "Tempête sous un crâne" tiré des Misérables de Victor Hugo),

Lire l'article sur DestiMed

Image de La Fuite !

Sceneweb

lundi 09 octobre 2017

La Fuite de Boulgakov ressuscitée par Macha Makeïeff

Par Stéphane Capron

S’il y a un spectacle qui va marquer la carrière de Macha Makeïeff, c’est bien celui là. La directrice de La Criée à Marseille fait redécouvrir une pièce oubliée de Boulgakov sur l’exil des russes blancs en 1920. Une pièce de troupe entre la farce et le drame....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de La Fuite !

La Marseillaise

lundi 09 octobre 2017

Empathie de « La Fuite » et accents farcesques

Par Philippe Amsellem

Macha Makeïeff signe au THéâtre de la Criée à Marseille, l’adaptation et la mise en scène de cette pièce de Boulgakov. Une fresque constituée de huit songes sur l’exil des Russes Blancs partis en 1920 après la guerre civile....

Lire l'article sur La Marseillaise

Image de Le Tartuffe

PublikArt

samedi 06 février 2016

Retour du Tartuffe de Luc Bondy ou l'imposture finement revisitée

Par Amaury Jacquet

Une histoire de clan pour une grande famille d’acteurs où l’intrus se révèle l’élément révélateur et perturbateur du malaise qui y règne...

Lire l'article sur PublikArt

Image de Les Fausses confidences

Pianopanier

jeudi 04 juin 2015

Une distribution impeccable

Par Sabine Aznar

En s’installant, les spectateurs découvrent des dizaines de paires de chaussures sur l’immense plateau de l’Odéon. A faire pâlir n’importe quelle fashionista. En fond de scène, toute fine, quasi juvénile, souple et gracieuse, attentive aux gestes de son professeur de taï-chi, elle est là. Une star s’apprête à brûler les planches sous nos yeux, deux heures durant. Pendant ces deux heures que vont se nouer les intrigues, au rythme des fameuses confidences, Isabelle Huppert va tour à tour piétiner, sautiller, virevolter. Jusqu’à s’effondrer quasiment, ses jambes se dérobant

Lire l'article sur Pianopanier