Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Rodriguez Vangama

France

Dernières critiques

Image de Coup fatal

Action parallèle

samedi 10 octobre 2015

Du baroque congolais ?

Par Adeline Thulard

Mettez ensemble un contre-ténor congolais, des musiciens congolais de jazz, de musique populaire et traditionnelle et des partitions baroques, le tout dirigé par un chorégraphe belge de renom et vous obtenez… non, ceci n’est pas la recette du « Gloubi-boulga » mais bien la composition de l’équipe du dernier spectacle d’Alain Platel.

Lire l'article sur Action parallèle

Image de Coup fatal

Les Inrocks

mercredi 09 juillet 2014

Coup de cœur pour le “Coup fatal” d'Alain Platel

Par Fabienne Arvers

Alain Platel fait vibrer Avignon au son de la musique baroque et de la rumba congolaise....

Lire l'article sur Les Inrocks

Image de Coup fatal

Télérama

mercredi 09 juillet 2014

Un Platel et ça repart

Par Fabienne Pascaud

Enthousiaste, frénétique, fantaisiste, le dernier spectacle d'Alain Platel, de la compagnie C de la B célèbre les noces de l'Europe et de......

Lire l'article sur Télérama

Image de Coup fatal

Le Figaro

lundi 07 juillet 2014

les noces surprenantes du baroque et de l'Afrique

Par Armelle Heliot

Avec Coup fatal, le festival tient son coup de poing et son coup de cœur. L'alliance des musiciens-chanteurs de Kinshasa et du répertoire européen donne un époustouflant spectacle, acclamé debout tous les soirs....

Lire l'article sur Le Figaro

Image de Coup fatal

Liberation.fr

lundi 07 juillet 2014

Bach décalé au Congo

Par Marie-Christine Vernay

Porté par le contre-ténor classique Serge Kakudji, le chorégraphe flamand Alain Platel a créé un spectacle lumineux qui glisse du répertoire baroque aux sons africains....

Lire l'article sur Liberation.fr

Image de Coup fatal

Rue89

dimanche 06 juillet 2014

Des artistes de Kinshasa et Alain Platel portent un « Coup fatal » à notre morosité

Par Jean-Pierre Thibaudat

Avez-vous déjà vu un contre-ténor tortiller du cul dos au public, un musicien faire le saut périlleux arrière aux saluts tellement il est heureux qu’on applaudisse si fort ? Avez-vous vu un orchestre de treize musiciens prendre les chaises en plastique bleu sur lesquelles ils sont assis et s’en servir comme projectile et partenaire...

Lire l'article sur Rue89