Photo de Peter Handke

Peter Handke

Autriche – Né(e) en 1942

Présentation

Né en 1942 à Griffin en Autriche, de père inconnu, Peter Handke est élevé par sa mère d'origine slovène et un beau-père alcoolique qu'il déteste. De son origine modeste, il gardera une fascination des vies misérables et étriquées : « Pour écrire, la seule envie ne suffit pas : il faut que s'y ajoute la détresse ». Peter Handke est sans doute un des auteurs les plus importants de la littérature autrichienne contemporaine à la fois poète, romancier, essayiste, auteur de théâtre et cinéaste.
Il devient célèbre au théâtre avec Outrage au public qui déclenche un scandale lors de sa représentation à Francfort. Son goût de la provocation s'exprime notamment à travers une opposition à l'esthétique du « nouveau réalisme » qu'il refuse obstinément.
Il s'inscrit également en faux contre Brecht, car pour lui c'est uniquement en exerçant en toute rigueur son activité d'écrivain que l'auteur peut influencer la société qui l'entoure. Dès lors, toute oeuvre doit rendre « consciente une nouvelle possibilité du réel encore inconsciente, une nouvelle possibilité de voir, de parler, de penser, d'exister ». « Il ne m'intéresse ni de montrer ni de maîtriser la réalité, ce qui m'importe, c'est de montrer (pas de maîtriser) ma réalité ».

Le théâtre de Handke refuse l'héritage du spectacle traditionnel et du théâtre mimétique. « Jamais, je n'aurais pensé que j'écrirai des pièces de théâtre. Le théâtre tel qu'il existait était pour moi un reliquat d'un temps passé. Même Beckett et Brecht n'avaient rien à voir avec moi ». « La littérature transforme tout ce qui est réel, y compris l'engagement, en style. Elle rend tous les mots inutilisables et les corrompt plus ou moins ». Au delà de toute visée politique, l'oeuvre de Handke est avant tout un réquisitoire contre la condition humaine.

Austère et hermétique pour certains, il accorde une importance essentielle à la langue : « On méconnaît en effet que la littérature est faite avec la langue, et non avec les objets décrits par la langue ». La parole doit rendre visible ce qui était perdu, faire « revenir » ce qui était oublié, enfoui sous le quotidien. Axée sur des thèmes apparemment rebattus (la solitude, l'incommunicabilité, l'absence de tout recours transcendant... ) l'oeuvre de Handke renouvelle le genre théâtral. Par une extraordinaire intensité de la vision, et à force de froideur et de distance, l'émotion jaillit et submerge tout. Son oeuvre reste marquée par un goût de la simplicité et de la dérision. On y découvre des personnages à la fois quotidiens et énigmatiques, transpirant le malaise d'exister.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.