Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Nicoleta Esinencu

Nicoleta Esinencu

Moldavie – Né(e) en 1978

Dernières critiques

Image de Mensonges

Les Trois Coups

dimanche 24 juillet 2016

Quentin Baillot, brillant interprète

Par Lorène de Bonnay

En 2014, la metteuse en scène Veronique Bellegarde a commandé de courtes pièces sur le mensonge public à six jeunes auteurs européens. Sur scène, le jeu surréaliste du cadavre exquis inspire l’articulation des textes : un motif présent à la fin d’une saynète se retrouve dans la suivante. « Mensonges » forme ainsi une variation hétérogène, ludique et vivifiante autour d’un...

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de Mères sans chatte et A (II) Rh +

Mediapart - Les dits du théâtre

jeudi 12 novembre 2015

Nicoleta Esinencu, une dramaturge moldave inspirée

Par Dashiell Donello

La compagnie de briques et de craie, dirigée par Camille Hazard, propose deux monologues de l’auteure Moldave Nicoleta Esinencu, Mères sans chatte, et A (II) Rh+. Deux textes qui accusent à travers le quotidien d’une famille, l’inertie d’un peuple qui devrait se construire autrement, afin de trouver en eux les ressources d’hommes nouveaux....

Lire l'article sur Mediapart - Les dits du théâtre

Image de Mères sans chatte et A (II) Rh +

Théâtre au Vent

jeudi 12 novembre 2015

Ces paroles sont comme des vipères

Par Evelyne Trân

Dans Mères sans chatte, une jeune fille devenue la caisse de résonance, bien malgré elle, de son environnement familial, laisse jaillir toutes les phrases que lui ont assenées sa mère, sa tante, sa grand mère comme autant de coups de marteau destinés à lui enfoncer dans le crâne des règles de bonne conduite. En réalité, ces phrases « ordinaires » trahissent l'énervement,

Lire l'article sur Théâtre au Vent

Image de Le Septième Kafana

Théâtre au Vent

dimanche 28 avril 2013

«Comment parler de la traite des femmes dans nos société consuméristes » ?

Par Evelyne Trân

«Comment parler de la traite des femmes dans nos société consuméristes » ? telle est la question de Nathalie PIVAIN adaptatrice et metteure en scène du « Septième Kafana » de Mihai FUSU, Nicoleta ESINECU et Dimitru CRUDU, trois artistes engagés en République de Moldavie, en Europe de l’est.

Lire l'article sur Théâtre au Vent

Image de Le Septième Kafana

Le Souffleur

lundi 25 février 2013

Le Septième Kafana

Par Amandine Pilaudeau

« Kafana » est un mot d’origine est-européenne qui signifie « bar » ou « bar à café ». Derrière cette neutralité du terme, la kafana désigne les lieux d’exploitation de nombreuses femmes. Enlevées à leur famille, bien souvent vendues par celle-ci, les femmes deviennent un objet de marchandise, que des proxénètes très organisés se vendent et s’échangent jusqu’à l’usure. Prises dans le contexte mercantiliste et consumériste de notre siècle, les femmes ne naissent plus que pour devenir produit. L’adage de Simon de Beauvoir – On ne naît pas femme : on le devient- s’est perverti pour devenir un « On ne naît pas produit : on le devient ».

Lire l'article sur Le Souffleur