Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Nicole Calfan

Nicole Calfan

France

Présentation

Après le Conservatoire où elle est formée par Raymond Girard, Nicole Calfan, née le 4 mars 1947 à Paris, intègre la troupe de la Comédie-Française pendant six ans, jusqu’en 1968. La même année, la jolie brune au regard azur fait une première apparition au cinéma dans Le Grand amour, de Pierre Etaix et, l’année suivante, dans Borsalino de Jacques Deray.

Elle fait rapidement sa spécialité des personnages de jeunes filles légères dans les films de Jean Yann (Moi y’en a vouloir des sous (1972), Les Chinois à Paris (1974)), ou de petites amies de voyous dans les polars (Le Casse de Henri Verneuil (1970), Le Gang à nouveau de Jacques Deray (1975)).

A partir de 1972, elle fait une entrée remarquée dans le cinéma américain, se voyant confier le rôle de Kitty dans Les Trois Mousquetaires (1972) et dans sa suite, On l’appelait Milady (1974). Après avoir mis pendant des années sa carrière entre parenthèses (de 1989 à 2001), elle est choisie pour incarner une belle-mère bourgeoise dans, surprise… La Vérité si je mens ! 2 de Thomas Gilou (2001).

Elle réitère l’expérience en 2012 dans le troisième volet du film, après avoir joué dans les films de Jacques Otmezguine (Une employée modèle, 2003), Daniel Colas (Nuit Noire, 2004) et Francis Huster (Un homme et son chien, 2009). En parallèle, elle multiplie, depuis le début des années 2000, les rôles dans les séries télévisées (Femmes de loi (2004), Navarro (2002–2004), Commissaire Valence (2004), Le Proc (2005), Femmes de loi (2005), Trois femmes… un soir d’été (2005)) ou les films diffusés sur le petit écran et téléfilms français (La Promeneuse d’oiseaux (2006), Vieilles Canailles (2010), La Résidence (2011), La croisière (2012)).

Le théâtre lui fait également les yeux doux et les prestations de la comédienne sont remarquées, notamment dans Atrocement vôtre (2006), une pièce dans laquelle elle retrouvait son complice et metteur en scène Daniel Colas et Les monologues du vagin d’Eve Ensler (2007). Nicole Calfan est par ailleurs l’auteure de dix romans, dont le dernier en date, La Liseuse d’icônes, est paru en mai 2011, et a été promue au grade d’Officier des Arts et des Lettres. Depuis plusieurs années, elle apporte aussi son soutien à Amnesty International.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.