theatre-contemporain.net

Photo de Mohamed Rouabhi

Mohamed Rouabhi

France – Né(e) en 1965

Voir aussi : Cie Les Acharnés

Suivre aussi Mohamed Rouabhi sur :

Ajoutez un lien vers twitter, linkedin, instagram

Présentation

Comédien, metteur en scène, auteur dramatique, librettiste, scénariste. Né à Paris d’un père algérien qui combattit dans l’Armée Française pendant la Seconde Guerre Mondiale au sein des Bataillons Indigènes et d’une mère qui rejoignit les rangs du FLN pendant la Guerre d’Algérie, il fut marqué par leurs récits de captivité. Il quitta l'école à l’âge de 15 ans et exerça de nombreux métiers avant d'être admis à la Rue Blanche (ENSATT) en 1985 où il travailla avec Marcel Bozonnet, Stuart Seide et Brigitte Jaques.
Il jouera ensuite dès l’âge de vingt ans dans une quarantaine de spectacles montés entre autres par : Arnaud Des Pallières, Marcel Bozonnet, Anne Torrès, Catherine Boskowitz, Claire Lasne, Jean-Paul Wenzel, Gilberte Tsaï, Georges Lavaudant, Stéphane Braunschweig, François Berreur, Patrick Pineau, des textes pour la plupart d'auteurs contemporains : Eugène Durif, Arlette Namiand, Joël Jouanneau, Jean-Christophe Bailly, Michel Deutsch, Jean-Paul Wenzel, Howard Barker, Rodrigo Garcia ou Mahmoud Darwich dont il monte également pour la première fois en France un long poème en 1997.
Il mène parallèlement à son métier d'acteur un travail d'écriture qui le conduira avec la collaboration de Claire Lasne à créer en 1991 la compagnie « Les Acharnés » qui produira Les Acharnés, Les Fragments de Kaposi, Ma petite Vie de Rien du Tout, Jeremy Fisher, Les nouveaux Bâtisseurs. Gilberte Tsaï monte au Festival d'Automne De Plein Fouet, Jean-Paul Wenzel Moi, le Cheval & Nuit des Temps, Nadine Varoutsikos El Menfi et il mettra lui-même en scène Malcolm X, Requiem opus 61 et Soigne ton droit. Il écrit et met en scène Providence café au Théâtre du Rond-Point, en mars 2003, année où il reçoit le Prix SACD Nouveau Talent Théâtre. Puis ce sera Moins qu’Un Chien, d’après l’autobiographie de Charles Mingus au Festival Banlieues Bleues 2004, Le Tigre Bleu de l’Euphrate un monologue de Laurent Gaudé au Théâtre National de Luxembourg et enfin les Analectes de Nabeshima, de Jocho Yamamoto, trois création avec l’acteur suisse Carlo Brandt.
Il produira au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis de 2007 à 2008 les deux premiers volets d’un spectacle monstre, Vive la France qui rassemblent une quarantaine d’artistes et techniciens. Toujours au TGP, il monte pour la première au théâtre un texte inédit du slameur Hocine Ben, « Les Cinq Bancs ». « La Belle de Cadiz », un monologue écrit pour la comédienne Claire Nebout, est créée au Festival d’Avignon 2011 en juillet 2011 au « Chien qui Fume », reprise au CDN d’Aubervilliers en janvier 2013.
Il est invité en octobre 2011 à Los Angeles par un groupe de chercheurs et d’historiens de l’University of Southern California (USA) pour parler de « Requiem opus 61 », qui demeure à ce jour la seule pièce de théâtre en langue française qui traite des crimes perpétrés par la police française les 17 et 18 octobre 1961 à Paris.
Depuis une dizaine d’années, son répertoire a été l’objet d’une vingtaine de créations par des troupes amateurs, tant en France qu’à l’étranger dans des versions traduites.
En 2007, sa pièce Jeremy Fisher devient un livret et est créée à l’Opéra de Lyon sous la direction de Michel Dieuaide, sur une musique d’Isabelle Aboulker et interprété par le Quatuor Debussy, puis reprise en tournée pendant un an. La version portugaise de l’opéra verra le jour au Festival de Belem en janvier 2011.
Il écrivit de 1991 à 1992 pour la revue Lumières de la Ville animé par Roland Castro et Jean-Paul Dollé ainsi que pour 8 numéros de la revue Vacarme.
Par ailleurs, il anime de nombreux ateliers d'écriture en milieu carcéral et scolaire, en France et à l’étranger. Il s’installa à Ramallah (Palestine occupée) de 1998 à 2001 à l’invitation du Ministère des Affaires Sociales palestinien. Il anima une dizaine d’ateliers d’écriture et de jeu à destination d’un public d’enfants et d’adolescents. Il travailla pendant 10 mois dans un foyer de jeunes criminels à Ramallah et un orphelinat pour jeunes filles délinquantes à Bethléem. Rassemblant les deux groupes au bout d’un an de négociations, il écrivit et mis en scène deux spectacles en arabe, anglais et hébreu.
A la radio, il enregistre depuis 1986 plus de deux cents dramatiques pour France-Culture. Cinq de ses textes sont réalisés ainsi qu'un feuilleton adapté d'un roman de Léo Malet, La Vie est dégueulasse, qui obtint de nombreuses récompenses. Il prête sa voix à de nombreux documentaires et on le retrouve au générique des versions françaises de Miral de Julian Shnabel ou du long métrage oscarisé d’Oliver Assayas, Carlos.

En 2014 et 2015, en compagnie du chorégraphe Hervé Sika, il met en scène à Bagnolet et à la Maison des Métallos à Paris « All Power To The people ! », à partir de textes d’activistes noirs.
En même temps, il reprend son travail à destination des mineurs incarcérés, garçons et filles, à Nantes, jusqu’à ce jour.

En 2016, il achève l’écriture de deux nouvelles pièces : « Alan », qu’il créera au Théâtre des Ilets (CDN de Montluçon) en février 2018, et « Jamais seul » mise en scène par Patrick Pineau à la MC93 à Bobigny, en novembre 2017, puis en tournée. C’est d’ailleurs sous la direction de ce dernier qu’il vient de jouer « L’art de la Comédie » d’Eduardo de Filippo que le metteur en scène francilien a monté à la Scène Nationale de Sénart en 2016/17.
Leur collaboration se poursuivra en mars 2018 avec un stage AFDAS à Toulouse, un monologue inédit interprété par Patrick Pineau, « MOI, JEAN-NOËL MOULIN, PRESIDENT SANS FIN » et enfin une commande d’écriture du CNSAD pour la sortie de la promotion 2019.

Ses principaux ouvrages sont édités chez Actes Sud-Papiers.

Masquer la bannière