Photo de Mitch Hooper

Mitch Hooper

France

Suivre aussi Mitch Hooper sur :

Ajoutez un lien vers twitter, instagram

Dernières critiques

Image de Ashes to ashes / L'Amant

Webtheatre.fr

dimanche 13 novembre 2016

« théâtre de l'intime »

Par Gilles Costaz

Poursuivant un cycle d'un « théâtre de l'intime » inauguré avec Peggy Pickit voit la face de Dieu de Schimmelpfennig, Mitch Hooper offre un double regard sur Pinter, avec une pièce de ses débuts, ''L’Amant'', et l’une de ses toutes dernières œuvres, Ashes to Ashes – les deux spectacles n’étant pas donnés dans un diptyque continu mais au cours de deux séances qui se succèdent....

Lire l'article sur Webtheatre.fr

Image de Peggy Pickit voit la face de Dieu

WebThéâtre

vendredi 17 juin 2016

La comédie de la bonne conscience

Par Gilles Costaz

Peggy Pickit voit la face de Dieu de Roland Schimmelpfennig La comédie de la bonne conscience A l'heure où le théâtre subventionné délaisse le grand...

Lire l'article sur WebThéâtre

Image de Peggy Pickit voit la face de Dieu

theâtrauteurs

vendredi 10 juin 2016

Une bombe à fragmentation !

Par Simone Alexandre

Retrouvailles de deux couples après 6 ans d'absence ... Jadis, leurs aspirations étaient identiques puis ils ont pris des routes différentes.

Lire l'article sur theâtrauteurs

Image de Chute d'une nation

Les Trois Coups

mercredi 16 septembre 2015

De la politique spectacle au spectacle de la politique

Par Anne Cassou-Noguès

Pendant neuf heures, chaque week-end, Yann Reuzeau, auteur et metteur en scène, et la compagnie Sylsyl s'interrogent sur...

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de Chute d'une nation

Le Monde.fr

vendredi 11 septembre 2015

une campagne présidentielle

Par Brigitte Salino

Tous au Théâtre du Soleil : c’est là que se joue, à l’invitation d’Ariane Mnouchkine, Chute d’une nation, de Yann Reuzeau. Créé il y a quelques années à la Manufacture des Abbesses, ce feuilleton théâtral, dont la facture s’inspire de séries comme « Lost » ou « Les Soprano », met en scène une campagne présidentielle. Les accords et les compromissions, les attaques directes et les coups bas, la guerre des ego et des programmes, les amours incestueuses de la presse et de la politique :

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de Chute d'une nation

A nous paris

jeudi 10 septembre 2015

Les zones grises du pouvoir et de la morale

Par Myriem Hajoui

On avait ardemment soutenu ce spectacle en 2010 mais aujourd’hui, il y a encore plus à applaudir : Chute d’une nation est à nouveau à l’affiche… chez la bouillonnante Ariane Mnouchkine !...

Lire l'article sur A nous paris

Image de Only Connect

Webthea.com

mardi 23 avril 2013

L’amour – et la solitude - au temps d’internet

Par Gilles Costaz

Mitch Hooper saisit des malaises plus profonds, qui tiennent de l’irresponsabilité, de la difficulté à être adulte, d’un désarroi face à une société qui célèbre l’amour et génère l’individualisme. C’est donc passionnant....

Lire l'article sur Webthea.com

Image de Only Connect

Premiere.fr

mercredi 10 avril 2013

C'est toujours mieux que par écran interposé...

Par Dimitri Denorme

Toutes les critiques du spectacle Only connect, par Pariscope et la presse spécialisée. A lire aussi : avis des spectateurs, vidéos et interviews des comédiens....

Lire l'article sur Premiere.fr

Image de Only Connect

Psychologie.com

vendredi 05 avril 2013

"Only Connect" : six personnages en quête d’amour

Par Cécile Guéret

"(...)la pièce tourne aussi autour du thème de la connexion, des technologies qui nous isolent en même temps qu’elles nous relient. Un spectacle à la fois drôle, émouvant, pertinent et percutant, porté par d’excellents acteurs (...)"...

Lire l'article sur Psychologie.com

Image de Only Connect

Reg'Arts

samedi 30 mars 2013

une écriture brillante et ciselée

Par Nicole Bourbon

" (...) Mitch Hooper, d'une écriture brillante et ciselée qui suscite souvent le rire par des répliques incisives, nous promène dans l'univers de six personnages qui courent désespérément après l'amour dans une ronde « qui ne tourne pas rond » comme il la définit lui-même. (...) "...

Lire l'article sur Reg'Arts