Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Matthias De Koning

Belgique

Dernières critiques

Image de Atelier

Sceneweb

vendredi 05 octobre 2018

tg STAN et consorts mettent le théâtre en chantier

Par Vincent Bouquet

Dans leur nouvelle « polycoproduction », le collectif flamand et ses deux acolytes, de KOE et Maatschappij discordia, tentent de mettre sur pieds un atelier pour comédien. Aux confins du burlesque et de l’absurde, ce délire doux-dingue navigue souvent à vue....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Atelier

Artistikrezo

jeudi 04 octobre 2018

« Atelier » à la Bastille, rire de la construction théâtrale

Par Emilie Darlier-Bournat

Ils sont trois comédiens sur le plateau et invitent le public à une réflexion burlesque sur le processus de création des acteurs. Bousculant les préjugés, ils ne prétendent pas être en cogitation mais au contraire, ils démontrent qu’en matière de création, c’est comme en amour, il s’agit avant tout non pas d’intentions mais d’actes. Résultat …...

Lire l'article sur Artistikrezo

Image de Atelier

Les Soirées de Paris

mercredi 03 octobre 2018

Poésie dadaïste

Par IsabelleFauval

Dans un dispositif bifrontal à la jauge réduite, sur un petit bout de scène, les acteurs construisent à l’aide de cagettes en plastique et de longues planches en bois noir une deuxième scène tout en longueur et encore plus réduite, espace de leur atelier de création, lieu de toutes leurs inventions et expérimentations, plus rocambolesques les unes que les autres. Diverses et variées, elles ne souffrent d’aucun interdit......

Lire l'article sur Les Soirées de Paris

Image de L'Homme au crâne rasé

Froggy's delight

dimanche 08 juin 2014

Laisser tomber ses certitudes sur l'état amoureux

Par Laurent Coudol

Spectacle conçu et interprété par Natali Broods et Peter Van den Eede d'après l’œuvre éponyme de Johan Daisne. Dans "L'Homme au crâne rasé", un homme et une femme se retrouvent, par hasard, face-à-face, longtemps après une rupture, et évoquent quelques anecdotes du passé. Inspiré par le roman de l'auteur flamand Johan Daisne, Natali Broods et Peter Van den Eede, plutôt que de restituer le texte, vont avant tout chercher à en extraire l'esprit...

Lire l'article sur Froggy's delight

Image de L'Homme au crâne rasé

Un Fauteuil Pour l'Orchestre

samedi 07 juin 2014

Un hyper réalisme quasi cinématographique

Par Denis Sanglard

Un couple. Du moins se sont-ils aimés. Peut-être s’aiment ils encore. Sûrement, ils s‘aiment. Ils évoquent leur passé, évitent soigneusement le présent, envisagent l’avenir, ce qui les met de nouveau face à face. On parle. L’homme disserte, digresse. Une logorrhée verbale. On parle beaucoup. De tout. De rien. D’un frigo encastrable, d’un voyage en Grèce, de la chapelle Sixtine, de l’art Baroque, de l’art contemporain, d’autopsie… C’est bien ça...

Lire l'article sur Un Fauteuil Pour l'Orchestre

Image de L'Homme au crâne rasé

Arkult

vendredi 06 juin 2014

Amour, désir et mensonge à la Bastille

Par Hadrien Volle

« L’Homme au crâne rasé », c’est, d’abord, un roman du flamand Johan Daisne publié en 1948. Un film en sera tiré pour la télévision belge en 1965, l’œuvre a particulièrement marqué Peter Van den Eede : en 2013, la compagnie de Koe dont il est le fondateur prend les idées du romancier pour en créer un spectacle littéralement nouveau, à la fois proche et éloigné de l’histoire d’origine...

Lire l'article sur Arkult

Image de L'Homme au crâne rasé

Les Trois Coups

vendredi 06 juin 2014

Le couple selon De Koe

Par Fabrice Chêne

La compagnie De Koe est de retour au Théâtre de la Bastille pour une nouvelle création douce-amère : une variation sur l’amour et sur le désir qui mêle humour et noirceur. Ceux qui connaissent déjà Peter Van den Eede n’auront pas de mal à associer le titre de la pièce et le crâne plus que dégarni du comédien, cofondateur de la compagnie De Koe… Mais l’« homme au crâne rasé », c’est avant tout le héros d’un roman de Johan Daisne (un Néerlandais)...

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de Sauve qui peut, pas mal comme titre

Les Trois Coups

dimanche 03 février 2008

L’abjecte sociabilité des exterminateurs

Par Diane Launay

Dans « Sauve qui peut, pas mal comme titre », la compagnie belge Tg STAN compose, à partir des « Dramuscules » de Thomas Bernhard, l’image d’une société qui emballe l’horreur et la violence dans les chiffons des stylistes à la mode...

Lire l'article sur Les Trois Coups