Photo de Manuel Garcie-Kilian

Manuel Garcie-Kilian

France

Suivre aussi Manuel Garcie-Kilian sur :

Dernières critiques

Image de Hybris

Atelier des Initiatives

dimanche 04 mars 2018

Hybris : aimer sans posséder…

Par Emilie Chazot

En me rendant au Théâtre Universitaire pour assister à Hybris, j’ai découvert un lieu particulièrement convivial. Je suis arrivée toute légère et souriante. Je suis repartie pleine de réflexion sur l’amour et ses dommages collatéraux....

Lire l'article sur Atelier des Initiatives

Image de Hybris

Des mots sur l'éphémère mouvement

lundi 12 février 2018

Et Hybris se déploya

Par Adrien Meignan

Je suis allé voir la première représentation du spectacle Hybris avec beaucoup d’impatience et de curiosité. Je ne pouvais imaginer à quel point voir ce spectacle allait me procurer tant de plaisir…...

Lire l'article sur Des mots sur l'éphémère mouvement

Image de Hybris

Chien de lisard

jeudi 08 février 2018

Hybris: la cruauté sied aux belles âmes

Par Daniel Morvan

Hybris, du grec ancien démesure: c'est le titre du spectacle écrit et joué par ce couple d'acteurs, Vanille Fiaux et Manuel Garcie-......

Lire l'article sur Chien de lisard

Image de Hybris

Atelier des Initiatives

jeudi 08 février 2018

Hybris, amour, démesure et rock’n roll

Par Julie K.

Vanille Fiaux et Manuel Garcie-Kilian interprète Hybris, une pièce écrite à deux corps, deux têtes, où se joue une rupture sans cesse réinventée, parfois douloureuse, acerbe ou douce....

Lire l'article sur Atelier des Initiatives

Image de Hybris

Fragil

mardi 06 février 2018

Hybris : l’amour en maux

Par Agnès Foissac

Sur scène, deux comédiens, un homme, une femme racontent chacun et ensemble une histoire d’amour, toutes les histoires d’amour, de celles qui finissent mal. Ils sont pêle-mêle Lui et Elle, différents personnages à différents moments de différentes histoires.

Lire l'article sur Fragil

Image de Baal

Mlascene

mardi 16 mai 2017

L'Apprentissage du monde par l'effroi

Par Marie-Laure Barbaud

Fable cruelle et noire, Baal de Bertolt Brecht, hanta le dramaturge allemand jusqu’à sa mort au point de ne cesser de remanier cette pièce de jeunesse. Baal, le personnage principal, est un poète anarchiste, jouisseur, un Villion maudit, asocial qui piétine les valeurs bourgeoises avec volupté et violence. Comme la divinité mythologique païenne dont il porte le nom, il attend soumission de ceux qui le croisent et qui l’aiment, femmes aux genoux...

Lire l'article sur Mlascene

Image de Baal

Orélien Péréol

mardi 09 mai 2017

Baal (le maudit)

Par Orélien Péréol

Baal comme un opéra, esthétique de la rupture......

Lire l'article sur Orélien Péréol

Image de Baal

Crayonné au théâtre.

lundi 08 mai 2017

Crayonné au théâtre.

Par Christian Drapron

Poète voleur de feu? Baal de Bertolt Brecht. De part et d’autre de la scène, tantôt délimitant l’aire d’un salon bourgeois , tantôt ouvrant sur un comptoir de bouge, tantôt promontoire surplombant les toits, deux hauts panneaux mobiles découpent l’espace de leurs ombres nettes et mouvantes....

Lire l'article sur Crayonné au théâtre.

Image de Baal

lejdd.fr

samedi 06 mai 2017

Baal : vie et mort d’un poète

Par Annie Chénieux

Qui est ce Baal, héros d’une pièce de jeunesse de Brecht? Pour l’auteur, "il a le sérieux de la bête…" Et la pièce, mystérieuse comme son personnage, est l’histoire de sa vie, celle d’un personnage inspiré de Villon, de Rimbaud, poète sulfureux, mauvais garçon, provocateur, comme une incarnation du mal. Avant d’écrire pour le théâtre, Brecht avait écrit de nombreux, et magnifiques poèmes,...

Lire l'article sur lejdd.fr

Image de Baal

Un fauteuil pour l'orchestre.com

vendredi 28 avril 2017

Brecht est décidément dans l’air du temps…

Par Corinne François-Denève

On remonte son Arturo Ui comme pour avertir de quelque chose. De quoi donc ? On se le demande. Ce Brecht-là est toutefois d’une autre trempe. Lorsque le dramaturge bavarois écrit Baal, en 1918, à vingt ans, il n’est pas encore ce petit fonctionnaire théâtral et binoclard qui revendique un théâtre didactique et distancié. Il se rêve poète, connaît par cœur son Rimbaud, son Kleist, son Goethe, son August...

Lire l'article sur Un fauteuil pour l'orchestre.com