theatre-contemporain.net

Photo de Magali Mougel

Magali Mougel

France – Né(e) en 1982

Dernières critiques

Image de Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce

Magmaa

lundi 06 mars 2017

Drôles d’oiseaux au plateau avec Hélène Soulié

Par Sylvain Quissol

Le fond de l’air respire la révolte et le fumigène. Pour la mise en scène de la pièce Nous sommes les oiseaux…...

Lire l'article sur Magmaa

Image de Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce

regarts.org

vendredi 24 février 2017

Hommage à une jeunesse qui refuse la soumission à l’injustice

Par Bruno Fougniès

"Une ébullition traverse le plateau vide, seulement limité par un immense panneau mobile. Cela commence par des petits bouillonnements de révolte, un glacis d’injustice et d’horreur qui fait frôler la mort puis une fièvre d’indignation, de cris, de démesures qui finit par tout emporter telle une explosion de vie, de vitalité et de sensualité."...

Lire l'article sur regarts.org

Image de Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce

Hollybuz

mercredi 22 février 2017

Ravages.

Par Pierre François

Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » contient la promesse d’une belle pièce....

Lire l'article sur Hollybuz

Image de Anticorps

Un soir ou un autre

samedi 28 janvier 2017

"Dissociée" - Elle est là, sans vouloir, sans pouvoir y être.

Par Guy Degeorges

Ce soir le personnage féminin, de retour dans une maison de son passé, est en fuite, dissocié, lesté par des secrets douloureux qui ne seront pas révélés. Ses lèvres semblent suivre une voix off, comme pour se faire l'écho d'une intériorité à vif qui ne peut s'incarner ici ni communiquer avec les autres.

Lire l'article sur Un soir ou un autre

Image de Anticorps

Blog Mediapart

mardi 15 novembre 2016

Magali Mougel, éclairage nuit

Par Jean-Pierre Thibaudat

Le festival « Mettre en scène » fête ses vingt ans. Deux décades riches en fidélités et fortes en découvertes comme cette année, celle du scénographe-metteur en scène Simon Gauchet et celle de l’auteure Magali Mougel.

Lire l'article sur Blog Mediapart

Image de Coeur d'acier

Théâtre du blog

vendredi 11 mars 2016

Le nom d’une radio mise en place par la C.G.T.

Par Elyane Gérôme

Cœur d’acier de Magali Mougel, mise en scène de Baptiste Guiton Baptiste Guiton a passé commande d'un texte à cette auteure qui apprécie les contraintes de l'exercice. Cœur d’Acier? Le nom d’une radio mise en place par la C.G.T., lors des conflits qui ont bouleversé la sidérurgie lorraine. L’action se situe à Florange, dont les hauts-fourneaux ont été abandonnés par Arcelor Mittal en 2012. Dans le projet initial de Magali Mougel, le personnage...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de Erwin Motor, dévotion

Blog de Geneviève Charras

jeudi 25 février 2016

Ma petite entreprise...connait pas la crise

Par Geneviève Charras

Delphine Crubézy s'attaque avec bravoure et acharnement à un texte où la reprise et la répétition ne sont pas la source du comique mais du tragique et du pathétique !...

Lire l'article sur Blog de Geneviève Charras

Image de Erwin Motor, dévotion

Dernières Nouvelles d'Alsace

vendredi 13 novembre 2015

Chez Erwin Motor, il arrive que le travail tue

Par Claudine Studer Carrot

Les Scènes d’automne exposent la création régionale jusqu’au 28 novembre. À La Filature, à Mulhouse, la Cie Actémobazar a créé Erwin motor, dévotion à l'issue d'une résidence de création....

Lire l'article sur Dernières Nouvelles d'Alsace

Image de Erwin Motor, dévotion

Théâtre(s)

dimanche 01 novembre 2015

Théâtre(s)

Par Caroline Chatelet

S'emparant de ce superbe texte de Magali Mougel, détournement poétique et politique des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos et de Quartett d'Heiner Müller, Delphine Crubézy nous immerge dans une usine en pleine déliquescence dont on ne sait avec certitude si elle n'a pas déjà été délocalisée en Pologne....

Lire l'article sur Théâtre(s)

Image de Léda, le sourire en bannière

Nouvelles Répliques

mercredi 14 mai 2014

Le témoignage de Léda entre douleur et colère

Par Delphine Leroy

Léda aime son travail et est une employée modèle. Mais Léda ne rentre pas dans du 34 ; elle fait un bon 42. Son patron va de ce fait la remercier du jour au lendemain avec beaucoup de tact (oh doux parfum de l’ironie…) prétextant que désormais elle « ne correspond plus aux exigences du marché ». Choquée et humiliée, elle ne va tout d’abord pas oser se rebeller contre cette décision injuste et discriminatoire...

Lire l'article sur Nouvelles Répliques