Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Louis Calaferte

Louis Calaferte

France – 1928 - 1994

Présentation

Ecrivain français, Louis Calaferte est né à Turin, le 14 juillet 1928. Sa famille vit à Lyon dans des conditions difficiles.
A treize ans et demi, après l'obtention d'un certificat d'études primaires, il entre comme garçon de courses dans une entreprise textile, puis comme manoeuvre dans une usine de piles électriques.
Il commence néanmoins à lire beaucoup et entreprend la rédaction de nombreuses pièces de théâtre, volant du papier dans les bureaux et se dissimulant pour pouvoir écrire.
Il quitte ensuite l'usine et entre comme apprenti-dessinateur dans un cabinet de dessins sur soieries. Il n'a plus qu'un seul désir : écrire pour le théâtre et jouer la comédie.
A la Libération, il constitue une troupe théâtrale, qui répète chaque soir, mais ne jouera jamais, et, en janvier 1947, décide de partir pour Paris tenter sa chance. Il n'y connaît personne, et ne dispose d'aucune ressource. C'est alors l'apprentissage de la misère et d'une effrayante solitude.
Il s'inscrit au cours d'art dramatique du théâtre du Vieux-Colombier duquel il sera bientôt exclu, faute de pouvoir payer ses cours. Dans ce même théâtre, il figure un garde dans une mise en scène de Britannicus.
Il continue à écrire - pièces et nouvelles - et soumet enfin le manuscrit de son premier livre, Requiem des Innocents, à Joseph Kessel qui, intéressé, en fait aussitôt terminer la dactylographie, l'aide à en retravailler la construction et le présente lui-même aux éditions Julliard.
Publié en 1952, l'ouvrage connaît un rapide succès.
Fuyant la vie mondaine et parisienne des milieux littéraires qui s'ouvre brusquement à lui, Louis Calaferte quitte Paris, et retourne vivre à Lyon.
Paraît l'année suivante, Partage des vivants, auquel la presse fait un accueil enthousiaste. Bataille au prix Fémina, mais malgré treize tours de scrutin, le prix ne lui est pas attribué. A la proclamation des résultats, à l'unanimité, les journalistes lui décernent, pour la première et dernière fois, le prix « homina ».
En 1956, Louis Calaferte s'installe à Mornant, village des Monts du Lyonnais, où il demeurera jusqu'en 1969. Dans cette retraite, il entreprend l'écriture de Septentrion, qui lui demandera cinq années de travail. Parallèlement pour assurer son existence, il mène jusqu'en 1974, une activité de producteur-animateur à la radio lyonnaise,ensuite à l'O.R.T.F, puis à F.R.3 Publié en 1963, l'ouvrage est immédiatement censuré et interdit de vente - il ne reparaîtra que vingt-et-un ans plus tard, à l'instigation de Gérard Bourgadier, alors directeur des éditions Denoël où, depuis 1968, Louis Calaferte était publié.
Par ailleurs, à la même époque, il commence, avec passion, à peindre et fabriquer des « objets poétiques », se partageant désormais entre peinture et littérature.
En 1972, Jean-Pierre Miquel met en scène Chez les Titch, au Théâtre du Petit-Odéon, avec les Comédiens-Français. Création qui sera suivie de plusieurs autres, à Paris, et au Centre Dramatique National de Reims.
A leur tour, quelques années plus tard, Victor Viala, metteur en scène, et Sylvie Fabre, comédienne, travaillent ensemble sur le théâtre de Louis Calaferte. Opéra Bleu, donné en décembre 1993, sera l'ultime création faite du vivant de l'auteur.
En 1985, Louis Calaferte quitte Lyon pour Blaisy-Bas, village de Bourgogne, où il passera les dernières années de sa vie.
Son oeuvre comprend une centaine de titres : récits, poèmes, essais, carnets et pièces de théâtre.
Il reçoit, en 1978, le prix Ibsen pour sa pièce Les Miettes, en 1984, le Grand Prix de la Ville de Paris pour l'ensemble de son oeuvre dramatique, et en 1992, le Grand Prix National des Lettres.
Louis Calaferte est mort le 2 mai 1994, à Dijon.

Eléments bibliographiques et mises en scène :

Théâtre

Le Roi Victor
Editions l’Avant-Scène Théâtre, 2004
Mise en scène de Gildas Bourdet, Théâtre de L'Ouest Parisien, 2004

Deux volumes du Théâtre complet rassemble l'essentiel des pièces de Calaferte, aux éditions Hesse

Romans

Requiem des innocents, Julliard, 1952
Partage des vivants, Julliard, 1953
Septentrion, (1963), Denoël, 1984
Satori, Denoël, 1968
Rosa mystica, Denoël, 1968
Hinterland, Denoël, 1971
La vie parallèle, Denoël 1974
Épisodes de la vie des mantes religieuses, Denoël, 1976
Ébauche d'un autoportrait, Denoël, 1983
L'Incarnation, Denoël, 1987
Memento Mori, L'Arpenteur-Gallimard, 1988
La Mécanique des Femmes, L'Arpenteur-Gallimard, 1992
C'est la guerre, L'Arpenteur-Gallimard, 1993

S'ajoutent à ceci 14 recueils de poésie, 2 essais, 5 volumes de Carnets, et un d'entretiens.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.