Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Francis Leplay

France

Dernières critiques

Image de Le Prix des boîtes

Les Trois Coups

vendredi 05 avril 2013

Mise en boîte

Par Juliette Rabat

Jorge Lavelli adapte à l’Athénée-Théâtre Louis-Jouvet « le Prix des boîtes », première pièce du journaliste Frédéric Pommier. Un texte à la fois émouvant et grinçant sur la solitude, la vieillesse et leur lot de sordide....

Lire l'article sur Les Trois Coups

Image de Le Prix des boîtes

www.liberation.fr

jeudi 04 avril 2013

«Le Prix des boîtes», vieillir de conserve

Par Gilles Renault

Des deux sœurs qui périclitent au milieu de chats invisibles, on sait juste qu’il y a la Grande et la Petite. Elles portent à peu près la même robe écrue, mais leurs pathologies diffèrent : l’une sombre inexorablement dans la maladie d’Alzheimer, tandis que l’autre, avec un sens de l’humour pour le moins grinçant, se présente comme une «vieillarde, ascendant cancer». Tendre et rêche à la fois, leur relation constitue le point d’ancrage du Prix...

Lire l'article sur www.liberation.fr

Image de Le Prix des boîtes

Journal La Terrasse.fr

samedi 30 mars 2013

Réaliste et grinçant.

Par Agnès Santi

Jorge Lavelli met en scène une pièce de bonne tenue sur le naufrage de la vieillesse, lorsque la maladie d’Alzheimer vous condamne à une tragique perte de repères. Réaliste et grinçant....

Lire l'article sur Journal La Terrasse.fr

Image de Le Prix des boîtes

fous de theatre

mercredi 27 mars 2013

Bouleversantes Catherine Hiegel et Francine Bergé...

Par Thomas Baudeau

Coup d'essai du journaliste culture de France Inter, Frédéric Pommier, en tant qu'auteur dramatique. On ne parlera pas de coup de maître, mais son "Prix des Boîtes" qui nous est proposé à l'Athénée jusqu'au 13 avril seulement se révèle une intense et fort jolie partition sur la fin de vie (inspirée de personnages réels), simple et vraie, magistralement interprétée par Catherine Hiegel et Francine Bergé. A voir absolument....

Lire l'article sur fous de theatre

Image de Le Prix des boîtes

froggydelight.com

mardi 26 mars 2013

Dans "Le prix des boîtes", il y a la Grande et puis la Petite

Par Cécile B.B.

Dans "Le prix des boîtes", il y a la Grande et puis la Petite, deux sœurs, deux vieilles filles, sans mari, sans enfants, mais pas sans tendresse, ni chamailleries, ni une certaine férocité, au milieu de leurs bibelots et de leurs chats et qui ont juste le droit d'attendre que ça leur arrive. Quoi, ça ? Et bien ça, quoi enfin! La boîte, la grande boîte finale....

Lire l'article sur froggydelight.com

Image de Le Prix des boîtes

regarts.org

lundi 25 mars 2013

Le prix des boîtes

Par Bruno Fougnies

Frédéric Pommier a construit une histoire pleine de ce rire violent, mordant et lucide qui ressemble tellement à la vie. À partir d'un sujet effrayant, il fait une pièce vive, lumineuse, sans concession. Il est rare de trouver cette alchimie, cet équilibre de talents dans un spectacle. Il faut aller le savourer entre éclats de rire et frissons d'horreur devant ce qui nous attend....

Lire l'article sur regarts.org

Image de Le Bourgeois gentilhomme

l'insensé

mercredi 09 janvier 2013

Jourdain, au prétexte d'une tête de Turc

Par yannick butel

Avec Le Bourgeois gentilhomme mis en scène par Denis Podalydès, Le théâtre de la Criée et celui du Gymnase (associés pour l'occasion alors que l'on inaugure les festivités de Marseille capitale culturelle européenne) auront proposé un peu plus qu'un divertissement. Peut-être un instant poétique et certainement un intervalle critique o๠l'art d'hier et d'aujourd'hui exige toutes les libertés....

Lire l'article sur l'insensé

Image de Le Bourgeois gentilhomme

Bigorre.org

mardi 09 octobre 2012

Un Bourgeois Gentilhomme qui ouvre en grande pompe la saison du Parvis

Par Stéphane Boularand

Le Bourgeois Gentilhomme de Molière à tellement été étudié au collège et au lycée qu’on en a presque oublié le plaisir qu’il pouvait nous offrir. Alors quand Denis Podalydès s’empare de cette pièce écrite par un Molière au sommet de son art, c’est pour lui redonner sa forme originale de comédie ballet sur la musique de Jean-Baptiste Lully. Un retour aux sources donc, mais plus dans l’esprit d’une douce folie que dans la forme...

Lire l'article sur Bigorre.org