Photo de Maud Le Pladec

Maud Le Pladec

France

Voir aussi : Centre Chorégraphique National d’Orléans

Suivre aussi Maud Le Pladec sur :

Ajoutez un lien vers twitter, linkedin

Présentation

Après avoir suivi la formation Ex.e.r.ce au CCN de Montpellier, Maud Le Pladec est interprète pour plusieurs chorégraphes comme Georges Appaix, Emmanuelle Vo-Dinh, Loïc Touzé, Mathilde Monnier, Herman Diephuis, Mette Ingvartsen ou encore Boris Charmatz.

En 2010, elle crée sa première pièce Professor, pièce chorégraphique pour trois interprètes sur la musique de Fausto Romitelli. En 2011, elle créé Poetry deuxième volet d’un diptyque autour de Fausto Romitelli. En 2012, elle initie To bang on a can, projet de recherche et de création déclinant trois pièces et divers chantiers artistiques sur quatre ans (2012–2015). Ominous Funk et Demo, autour et à partir de l’œuvre musicale des compositeurs David Lang et Julia Wolfe, seront le point de départ de ce chantier au long cours. En 2013, Maud Le Pladec est lauréate du programme Hors les Murs de l’Institut français et effectue dans ce cadre une recherche à New York sur le courant de la musique post-minimaliste américaine. De cette recherche naissent la création DEMOCRACY, pièce pour cinq danseurs et quatre batteries (Ensemble TaCtuS) et CONCRETE (2015), projet d’envergure conçu pour cinq danseurs et neuf musiciens de l’Ensemble Ictus.

En 2015, Maud Le Pladec est invitée par l’Opéra de Lille à collaborer à la création de l’Opéra Xerse (Cavalli / Lully, mise en scène Guy Cassiers, direction musicale Emmanuelle Haïm et le Concert d’Astrée). Cette même année, elle initie un nouveau cycle de créations autour de la parole donnée aux femmes en co-créant Hunted avec la performeuse new-yorkaise Okwui Okpokwasili.

En 2016, elle travaille à l’Opéra National de Paris sur Eliogabalo (Francesco Cavalli) avec le metteur en scène Thomas Jolly et sous la direction musicale de Leonardo Garcia Alarcon. Parallèlement, Maud Le Pladec est artiste associée à La Briqueterie — CDCN du Val-de-Marne et continue à danser dans les pièces de Boris Charmatz (Levée des conflits, Enfant, Manger, 10000 gestes).

Ses œuvres ont été récompensées par plusieurs prix et distinctions : Prix de la révélation chorégraphique du Syndicat de la critique française en 2009, Prix Jardin d’Europe en 2010, Chevalier de l’ordre des arts et des lettres en 2015.

Depuis janvier 2017, elle succède à Josef Nadj et dirige le Centre chorégraphique national d'Orléans. Cette même année, elle créé Moto-Cross (Les Subsistances / Biennale du Val-de-Marne), Je n’ai jamais eu envie de disparaître avec l’auteur Pierre Ducrozet dans le cadre de Concordan(s)e ou encore Borderline en collaboration avec le metteur en scène Guy Cassiers, présenté au Festival d'Avignon. En juillet 2018, Montpellier danse accueille la création de son nouveau spectacle, Twenty-seven Perspectives, une pièce pour onze interprètes.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.