theatre-contemporain.net

Photo de Koffi Kwahulé

Koffi Kwahulé

Côte d'Ivoire

Suivre aussi Koffi Kwahulé sur :

Ajoutez un lien vers twitter, facebook, linkedin, instagram

Présentation

Né en 1956 en Côte d'Ivoire, Koffi Kwahulé est à la fois auteur, essayiste, comédien et metteur en scène. Il a commencé sa formation à l'institut National des arts d'Abidjan, l'a poursuivi à l'école Nationale Supérieure des arts et des techniques du Théâtre de Paris (rue Blanche). Il a obtenu un Doctorat d'Études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle Paris III.

Il est l’auteur d’une trentaine de pièces, publiées aux éditions Lansman, Actes-Sud, Acoria et Théâtrales, traduites en une vingtaine de langues, et créées en Europe, en Afrique, en Amérique latine, aux USA, au Canada, au Japon et en Australie. Depuis janvier 2016, il est auteur associé au CDN de Montluçon dirigé par Carole Thibaut. Koffi Kwahulé est Chevalier des Arts et des Lettres.

Dès ses premiers textes apparaît une écriture forte, qui dynamite l'usage habituel de la langue : écriture charnelle, conçue dans la violence immédiate que peut avoir l'oralité dans sa dynamique de parole abrupte ; écriture musicale, obsédante, brûlante et saccadée comme un rythme enfiévré de jazz.

Traduites en plusieurs langues, ses pièces sont créées en Europe, en Afrique, en Amérique latine, en Amérique du Nord et au Japon. Les prix se succèdent, de Cette vieille magie noire (1993) aux textes plus récents : Jaz (1998), Big Shoot (2000) et L'odeur des arbres (2014). Ses oeuvres ont fait l’objet de maintes mises en scène dont les plus récentes sont notamment : Nema par Katarzyna Deszcz, (Teatre Nowy de Zabrze, avril 2018, trad. polonaise de Jan Nowak) ; Fidelio (Beethoven-Beckett-Kwahulé), par Tilman Knabe, (Theater Trier, septembre 2015) ; Brasserie (Bira Fabrikasi), par Kemal Aydogan (Moda Sahnesi d’Istanbul, mars 2015) ; P’tite-Souillure (Nestyda), par Tomase Stanka (H2O de Prague, mars 2015, trad. tchèque de Michal Laznovsky) ; L’Odeur des arbres par Isabelle Pousseur (Théâtre Océan-Nord de Bruxelles, février 2015) ; Misterioso-119, par Cédric Dorier (Théâtre Vidy-Lausanne, mars 2014) et par Laurence Renn Penel (Théâtre de la Tempête de Paris, mai 2014) ; La Mélancolie des barbares, par Sébastion Bournac (Scène Nationale d’Albi et Théâtre National de Toulouse, 2013) ; Blue-S-cat, par Inagaki Kazutoshi (Shinkoenji Atractors Theatre de Tokyo, 2014) et par Jacquelyn Landgraf (The Invisible Dog Art Center, Brooklyn, 2012) et par Kzutoshi Inagaki (Kissa Sadaiki de Tokyo, 2014) ; Brasserie, par Christophe Merle (Théâtre de Cahors, 2012) ;  Le jour où Ti’zac enjamba la peur, par Luc Rosello (Jardin de l’État de Saint-Denis de la Réunion, 2011) ; Les Recluses, par Denis Mpunga - Théâtre Varia-Bruxelles (Bujumbura et tournée internationale, 2009) ; Jaz, par Daniela Giordano (Teatro Palladium, Rome, 2007) ; Big Shoot, par Michèle Guigon avec Denis Lavant (LMP, 2008 et Vidy-Lausanne, 2009) et par Kristian Frédric (Théâtre Denise-Pelletier, Montréal, 2005) et par la Compagnie Kobal’t (L’Orangerie, Genève, 2012) ; Bintou, par David Mendizabal (Harlem School of The Arts, New York, 2010), et par Boris Schoemann (Teatro del Estado de Xalapa, Mexique, 2011) ; La Dame du café d’en face, créée par Johan Heldenberg (Zuidpool Theater d’Anvers, 2004).

Il est également nouvelliste et romancier (Babyface, Ed. Gallimard, 2006, Grand Prix Ahmadou Kourouma, Monsieur Ki, Ed Gallimard et Nouvel an chinois, Ed. Zulma, 2015).

Grand Prix de Littérature Dramatique 2017 (Artcena) et Prix Bernard-Marie Koltès 2018 (TNS) avec L'Odeur des arbres (éditions Théâtrales). Il a reçu pour l'ensemble de son oeuvre le Prix Edouard Glissant (2013), le Prix Mokanda (2015) et le Prix d’Excellence de Côte d’Ivoire (2015).

Masquer la bannière