Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Julien Avril

Julien Avril

France

Dernières critiques

Image de 21 rue des Sources

Artistikrezo

lundi 11 novembre 2019

21 rue des Sources au Rond-Point, la grâce de la mémoire

Par Emilie Darlier-Bournat

Avec cette pièce qu’il met lui-même en scène, l’auteur Philippe Minyana concentre toutes les perles de son écriture théâtrale, creusant des sillons en les parsemant de fantaisie. Il enrubanne les fantômes du passé à la présence sans âge des lieux et il visite la mémoire comme on retourne dans une maison avec l’espièglerie d’un enfant …...

Lire l'article sur Artistikrezo

Image de 21 rue des Sources

Froggydelight.com

dimanche 10 novembre 2019

Ils sont nostalgiques ces fantômes

Par Philippe Person

Ils sont nostalgiques ces fantômes qui se promènent dans la maison située 21 rue des Sources. Habillés de blanc et le visage farineux, ils arpentent des lieux qu'eux seuls voient puisque la scène se résume à un carré dans lequel il n'y a qu'un piano et un pianiste en frac noir....

Lire l'article sur Froggydelight.com

Image de 21 rue des Sources

Sceneweb

samedi 09 novembre 2019

Les joyeux fantômes de Philippe Minyana

Par Stéphane Capron

Dans 21, rue des sources, l’auteur Philippe Minyana nous plonge dans les souvenirs de sa maison d’enfance dans le Doubs. Avec nostalgie, magie et simplicité....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de 21 rue des Sources

WebThéâtre

vendredi 08 novembre 2019

Mémoire d’outre-tombe

Par Corinne Denailles

21 rue des sources, c'est l'adresse de la maison du grand-père de Philippe Minyana, le lieu souverain de son enfance en Franche-Comté. Comme le...

Lire l'article sur WebThéâtre

Image de 21 rue des Sources

Un Fauteuil pour l'Orchestre

vendredi 08 novembre 2019

Nos maisons sont toujours hantées.

Par Denis Sanglard

Mémoires vives que peuplent des fantômes, ceux-là même qui vécurent là, entre ces murs. Philippe Minyana le sait bien qui n’a de cesse, de textes en textes, d’observer nos vies minuscules, d’en faire l’inventaire, entomologiste des âmes parfois mortes si délicatement, si poétiquement épinglées....

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'Orchestre

Image de 21 rue des Sources

hottello

jeudi 07 novembre 2019

A tous les fantômes du monde.

Par Véronique Hotte

lus la vie avance et plus nous sommes entourés de fantômes, de morts-vivants, qui se trouvent en peine dans l’espace de l’entre-deux-morts, comme l’écrit Akira Mizubayashi dans le roman Âme brisée (2019), dédié A tous les fantômes du monde....

Lire l'article sur hottello

Image de 21 rue des Sources

Les Inrocks

lundi 04 novembre 2019

“21 rue des sources” : une joyeuse ghost party au théâtre

Par Hervé Pons

Tout l'univers de l'auteur et metteur en scène Philippe Minyana est cristallisé dans cette pièce bouleversante et joyeuse sur les fantômes de nos vies....

Lire l'article sur Les Inrocks

Image de La République des abeilles

M de Montmartre

samedi 03 août 2019

Une douce maison de miel

Par Emmanuelle Dauboin

Le programme du festival d’Avignon qualifie La République des abeilles de théâtre jeune public. Il était légitime d’espérer une immersion amusante dans le monde des butineuses dorées. Raté ! On n’a pas le temps de rigoler dans cette république des abeilles. Dans une ruche joliment recréée, le fonctionnement de la collectivité est expliqué dans les détails. L’inspiration de cette pièce est La Vie des abeilles de Maurice Maeterlinck....

Lire l'article sur M de Montmartre

Image de La République des abeilles

L'echo des planches

jeudi 18 juillet 2019

Entretien avec Céline Schaeffer

Par Raphaël Baptiste

« Quand le texte raconte la naissance de la reine, le vol nuptial, le massacre des mâles, on est dans Shakespeare, on est chez les tragiques grecs et en même temps tout est vrai. »...

Lire l'article sur L'echo des planches

Image de La République des abeilles

I/O Gazette

jeudi 18 juillet 2019

Le frelon asiatique ne rentrera pas ici

Par Pierre Lesquelen

Belle ironie que le titre le plus politisé des spectacles avignonnais soit attribué à ce documentaire onirique, vaguement écologiste certes, mais imprégné avant tout par les lubies théâtrales du symbolisme. Grande complice de Valère Novarina, Céline Schaeffer s’empare d’une langue bien moins énergique et d’une œuvre encore plus antithéâtrale que les drames statiques de l’auteur......

Lire l'article sur I/O Gazette