Photo de Julie Rossello-Rochet

Julie Rossello-Rochet

France – Né(e) en 1987

Suivre aussi Julie Rossello-Rochet sur :

Ajoutez un lien vers twitter

Présentation

FORMATION / RECHERCHE

Après avoir pratiqué théâtre et chant dans l’enfance et intégré une classe à PAC littéraire option art dramatique au lycée Saint Exupéry de Lyon, suivi des études de droit et d'espagnol à Lyon et Madrid, obtenu une licence en lettres modernes effectuée à Lyon et Montréal, Julie Rossello Rochet est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, département «écriture dramatique ». Elle obtient ensuite un master 2 à l'ENS de Lyon puis poursuit en doctorat à l'ENS de Lyon, à l'Université de Montréal (bourse Palse) puis à l'Université Lyon II sous la direction de Bérénice Hamidi-Kim.

Elle suit différents séminaires, en particulier ceux de Michel Pierssens et Geneviève Fraisse qui portent sur la littérature française du dix-neuvième siècle (Université de Montréal) et "politique du savoir et philosophie des sexes" (Paris Diderot).

Son travail porte sur les oeuvres politiques pour la scène d'autrices dramatiques françaises du XIXème siècle alors citoyennes "passives". Son article "Retour sur l'élaboration d'un repertoire de pièces d'autrices dramatiques françaises notoires du XIXe siècle: dessin d'une généalogie d'ancêtres de même corporation" (Horizons théâtre n°10-11, Presses universitaires de Bordeaux, 2018, p. 221-239) partage la première étape de ses recherches.

DRAMATURGIE / INTERVENTIONS / ENSEIGNEMENTS

Après ses trois années à l'ENSATT, elle a été dramaturge au sein de la compagnie MuFuThe (Suisse romande) dirigée par Mathieu Bertholet, 1913 (Comédie de Genève) ; Berthollet ; Derborence, d’après les romans éponymes de C.F. Ramuz (Derborence ; Vidy-Lausanne 2012-2014).

Elle intervient ponctuellement comme dramaturge dans différentes écoles nationales supérieures d'art ou universités ( ENSATT, Haute École de Théâtre de Suisse Romande – (l’HETSR - la Manufacture) à Lausanne (ouvrage collectif, dir. Antoine Vialle : ARS MEMORIA, je suis vu je ne me vois pas : penser une histoire par son espace, GENÈVE : éditions A. Type, 2013), pour l’ENSATT à l’Académie de Théâtre de Shanghaï pour le programme de « classe franco-chinoise de création artistique préparatoire à des Études de Master au sein d'établissements d'enseignement supérieur en France », (Région Rhône-Alpes), Université de Grenoble).

En Chine elle a donné plusieurs conférences sur le théâtre antique grec, appuyées sur les textes des tragiques et les travaux de J.P. Vernant (Université de Nanjing ; Lycée français de Shanghaï ; STA ; Université Normale de Shanghaï, invitée par Ivan Ruviditch).

Elle encadre ponctuellement des ateliers d'écriture (Atelier théâtre amateur du TNP (2012) ; Maison George Sand (avril 2013) ; Centre Pénitentiaire de Valence ; Maison d'arrêt de Villefranche (2015, 2018, 2019) ; Théâtre du Poche, Réseau Canopé (2016) établissements scolaires professionnalisants(2017)).

MISES EN ESPACE / COLLABORATIONS ARTISTIQUES

En 2013, son projet BÂTIMENT-SUSPENSION, réincarnation d’un poète en immeuble volant, d’après des poèmes d’André Benedetto reçoit le label Printemps des poètes et donne lieu à une mise en espace à Théâtre Ouvert (Paris), dans une installation de Lucie Gautrain, une musique live de Quentin Sirjacq et Nelly Pulicani et J.P. Albizzati, en jeu.

Elle a aussi collaboré à plusieurs spectacles avec Guillaume Fulconis (Cie Ring Théâtre), avec les scénographes Amandine Livet et Lucie Gautrain, avec la comédienne Nelly Pulicani (Memento Occitan, A. Benedetto) et le créateur sonore Quentin Dumay (Password ; Une mèche dans l’œil et trois cheveux plus loin, Théâtre de l’Elysée, Lyon).

En 2014, elle cofonde avec Lucie Rébéré la compagnie LA MAISON avec qui elle collabore depuis de nombreuses années (VALSE, con algunas naranjas y un poco de agua (2008) ; DUO (2012) ; DU SANG SUR LES ROSES, le procès de Penthésilée Von Kleist ou du problème des lignes (2013), finaliste Paris Jeunes Talents ; Espace 44 scène découverte ; festival « Péril Jeune », Confluences, Paris ; festival Cité Muses ENS-Lyon ; CROSS ou la fureur de vivre, commande du CDN de Valence (2015-2016)) ; Atomic man, chant d'amour (2018) et SARRAZINE (2019).

Julie Rossello-Rochet est membre du collectif artistique de la Comédie de Valence, CDN Drôme-Ardèche (2017-2020), elle collabore au NTH8 pour la saison 2017/2018, avec la compagnie ARIADNE (Villeurbanne) et artiste associée au Théâtre de Villefranche (2018-2021).

JOURNALISME / COMITES DE LECTURE / REVUES

Elle a participé par une quinzaine de grands entretiens et articles critiques au magazine MOUVEMENT, arts et politique, fondée par Jean-Marc Adolphe. Elle est membre du jury du Prix du Roman des Étudiants France Culture - Télérama, (1ère session, 2014). Elle collabore à la revue Le Bruit du Monde, dédiée aux textes dramatiques contemporains, fondée par Pauline Peyrade, au sein de son comité de lecture. Elle écrit ponctuellement des articles sur des oeuvres ou des artistes (Guy Poirat, Lenny Rébéré, Biennale d'Art contemporain de Venise 2017, etc.)

ECRITURE / PRIX / MISES EN SCENE / EN ONDE

Elle a écrit une quinzaine de textes pour humain(e)s et marionnettes, parmi eux :

o ZONE, variation des Bacchantes, traduite en chinois et jouée au Pavillon Rhône-Alpes de l’Exposition universelle et à l’Académie de Théâtre de Shanghaï pour l’ENSATT (2010) dans une mise en scène de Guillaume Fulconis avec Jérémy Lopez (Comédie Française), Come Thieulin, Damien Robert, Yasmina Remil (TNP), scénographie Amandine Livet.

o DUO, lorsqu’un oiseau se pose sur une toile blanche, sélectionnée par plusieurs comités de lecture (aide à la création du CNT, novembre 2012 ; France Culture ; bureau des lecteurs de la Comédie Française ; Théâtre actuel public de Strasbourg (TAPS) ; Mousson d’été), enregistrée à Théâtre Ouvert pour France Culture, réal. Alexandre Plank avec Dominique Reymond, Geoffrey Carey et Gabriel Dufay ; elle a été mise en espace par Lucie Rébéré au Centre National de Danse de Pantin (avec Alice Pehlivanyan, Stanislas Roquette, Stanislas Siwiorek), par Michel Dydim à la Mousson d’été 2013 puis aux rencontres d’été à la Chartreuse Villeneuve Lez Avignon, Festival d’Avignon 68ème édition (avec Anne Alvaro, Marcel Bozonnet), par Sasha Todorov au TAPS (avec Caroline Menon-Bertheux, Matthias Hejnar) ; elle est publiée à Montpellier aux Éditions l’Entretemps, collection "ligne de corps", consacrée à la danse contemporaine, avec le soutien du CNL (2014), et préfacée par Enzo Cormann. Elle est mise en scène par Fabrice Gorgerat au Théâtre Poche/GVE avec les danseurs et comédiens Tamara Bacci et Armand Deladoye, en nov. 2015. Spectacle en sélection restreintre des Rencontres du Théâtre Suisse 2016.

o Monologue du prestataire au service de l’État, pour GLISSEMENT(S), création collective et prélude théâtral au spectacle PASS de la chorégraphe Lenah Strohmaier de la LIS : SANGA dance company, (Tempelhof, Berlin ; Biennale de la danse, ENSATT, Lyon, 2011).

o QG commandé et mis en scène par Guillaume Fulconis, et joué dans une scénographie d'Amandine Livet, joué au TNP (salle Maria Casarès), et au festival Théâtre en mai, CDN de Dijon (Bourse "Jeune Pousse", remise par Michel Vinaver) et enregistré à Brangues, par Jacques Taroni et Blandine Masson pour France Culture.

o Ombre du soir, d'après La Vénus à la fourrure de Leopold von Sacher-Masoch, écrit pour la 9ème édition du festival A.T.C. en février 2012 (Théâtre Universitaire de Nancy).

o ELEONORA, dreams about Billie Holiday’s lies and lives, traduite en anglais par Max McGuinness (Bourse de traduction Beaumarchais–SACD pour le festival Interplay Europe 2014 – Festival of Young Playwrights), elle est présentée dans la revue SACD Entractes n°72.

o CAGE, pièce pour poupées aux articulations très perfectionnées ou marionnettes de pluie, (2010), mise en espace par Éloi Recoing avec les élèves comédiens de l’ENSATT (promotion 72). Elle a traduit Le Petit Retable de Federico Garcia Lorca pour Éloi Recoing ("Again Festival", festival de marionnettes au Théâtre aux Mains Nues, Paris.) Elle écrit CARTOUCHE un impromptu sur les suicides en série à France Telecom pour Emilie Valantin, mis en scène au Teil.

o DIA DE MUERTOS, pour Émilie Valantin et son Castelet des Scriptophages (2012) avec des textes inédits de François Bégaudeau, Jeanne Benameur, Lancelot Hamelin, Thierry Illouz, Marie Nimier, Franck Pavloff, Alan Payon (CDN de Valence ; 7ème biennale internationale des arts de la marionnette, Maison des Métallos, Paris).

o Le Procès de Penthésilée Von Kleist pour DU SANG SUR LES ROSES, (2013), mes. Lucie Rébéré, Espace 34 (Lyon), festival "Péril jeune", Confluences (Paris), Théâtre Kantor (ENS-Lyon), finaliste Paris jeune talent.

o S.M.S, journal amoureux (2015), publié dans le Cahier de Salle rédigé par Guillaume Poix de DUO, théâtre du Poche (Genève), le texte est lu par Leo Farber dirigée par Dominique Laidet le 15 septembre 2017 à Rivoiranche pour les 20 ans du Pot au noir.

o CROSS, ou la fureur de vivre (2015), mes. Lucie Rébéré, Controverse du CDN de Valence, La Fabrique, avec Pierre Cuq, Louka Petit-Taborelli, la voix de Valentine Vittoz, dans une scénographie d'Amandine Livet. Le texte est lauréat des Journées des Auteurs de Lyon, 2016, publié aux éditions théâtrales. Texte sélectionné par le Comité de lecture lycéens/collégiens "Ecritures En-jeux pour les écritures théâtrales contemporaines" au Théâtre des Célestins, un atelier dirigé par Christian Taponard.

o PART-DIEU, chant de gare (2017), mes. Julie Guichard pour le festival EN ACTE(S), Théâtre de l'Elysée, Lyon avec Nelly Pulicani, Benoit Martin, Ewen Crovella, Maxime Mansion. Lauréat du prix de la fondation Johnny Aubert Tournier - Maisons Mainou 2017, lauréat de la fondation J.M. Bajen, "Nouvel Auteur 2018", 1er tour puis les félicitations spéciales et les compliments du jury, selectionné par le Comité de lecture du TAPS Strasbourg pour son festival 2020.

o ATOMIC MAN, chant d'amour (2017), mise en scène de Lucie Rébéré (mai 2018) Festival Ambivalence(s), comédie de Valence.

o SARRAZINE (2018), mise en scène de Lucie Rébéré (mars 2019) comédie itinérante, comédie de Valence.

o PETITE ILIADE EN UN SOUFFLE (2018), mise en scène de Julie Guichard (mars 2019) Théâtre National Populaire.

o BATRACIEN.NE.S (2019), mise en lecture de Florent Barret-Boisbertrand (mai 2019), festival "Regards croisés", Théâtre Saint-Marie-d'en-Bas,Grenoble.

Le 15 juin 2013, elle a participé parmi 72 autrices à « L’habitude de la liberté », un marathon de lectures à l’initiative de Carole Thibault, (Confluences, Paris).

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.