Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Julie Cazalas

France

Dernières critiques

Image de Et l'amour creusa mon ventre

Théâtrorama

mercredi 21 novembre 2018

La passion amoureuse ou le trio de la vie ordinaire

Par Margaux Palluet

Le thème de la pièce est traité avec une grande sincérité. Julien Köberich jongle avec les mots qui touchent pour nous faire rentrer dans son histoire, même si elle a déjà traversée les siècles. La passion, les illusions, l’inaccessible, tout y est....

Lire l'article sur Théâtrorama

Image de Et l'amour creusa mon ventre

Le carnet d'un amateur de théâtre.

samedi 10 novembre 2018

Et l'amour... et la vie qui continue

Par Hubert Tassin

C'est une grande fraicheur qui définit le mieux le spectacle donné du jeudi au dimanche à la Manufacture des Abbesses. D'abord le texte de ce « Et l'Amour creusa mon ventre ». Julien Köberich propose une spontanéité des dialogues qui permet de faire passer avec une légèreté certaine un propos théâtral qui...

Lire l'article sur Le carnet d'un amateur de théâtre.

Image de Et l'amour creusa mon ventre

Le carnet d'un amateur de théâtre.

samedi 10 novembre 2018

Et l'amour... et la vie qui continue

Par Hubert Tassin

C'est une grande fraicheur qui définit le mieux le spectacle donné du jeudi au dimanche à la Manufacture des Abbesses. D'abord le texte de ce « Et l'Amour creusa mon ventre ». Julien Köberich propose une spontanéité des dialogues qui permet de faire passer avec une légèreté certaine un propos théâtral qui...

Lire l'article sur Le carnet d'un amateur de théâtre.

Image de Et l'amour creusa mon ventre

Parallèles Potentiels

jeudi 25 octobre 2018

L’amour creuse leur ventre théâtral

Par Christophe Riedel

« Et l’amour creusa mon ventre. Une pièce de théâtre. Aux dialogues drôles et finement ciselés par un amoureux du verbe....

Lire l'article sur Parallèles Potentiels

Image de Et l'amour creusa mon ventre

Destination-live

jeudi 25 octobre 2018

"Et l'Amour creusa mon ventre", Cupidon est passé par là

Par Nathalie Cussonat

Au hasard des rayons d’un magasin de vêtements, Tom rencontre Adèle. Elle le conseille ,ils ne se reverront plus. Mais Cupidon est passé par là, cette rencontre va changer la vie de Tom et l’image d’Adèle ne le quittera plus jamais....

Lire l'article sur Destination-live

Image de Macbeth

Le Monde.fr

vendredi 25 juillet 2014

« Macbeth », de nuit et en forêt

Par Sandrine Blanchard

A l’occasion du festival Chalon dans la rue, le théâtre de l’Unité réalise une « mise en forêt » de la tragédie shakespearienne. Un pari réussi....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de Macbeth

Les Inrocks

mercredi 23 juillet 2014

Sur la piste de Macbeth dans la forêt de Givry

Par Fabienne Arvers

Ouverture du festival Chalon dans la rue, sous la forme d'un jeu de piste forestier et nocturne avec "Macbeth", revu et corrigé par le théâtre de l'Unité....

Lire l'article sur Les Inrocks

Image de Macbeth

Théâtre du blog

lundi 03 juin 2013

Macbeth en forêt

Par Philippe du Vignal

Macbeth en forêt, d'après William Shakespeare, traduction de Jacques Livchine, par le Théâtre de l'Unité, mise en scène d'Hervée de Lafond et Jacques Livchine. Cela se passe à Audincourt où le Théâtre de l'Unité est basé, pour le Festival Nature dans le Pays de Montbéliard, imaginé par Yannick Marzin, le directeur de la Scène Nationale. Il est 22 heures; c'est la nuit noire dans la forêt à la périphérie d'Audincourt ; miracle, il ne pleut...

Lire l'article sur Théâtre du blog

Image de Macbeth

www.liberation.fr

lundi 03 juin 2013

«Macbeth» envoie du bois

Par É.La.

La compagnie montbéliardaise de l’Unité présente en forêt sa version «Blair Witch» de la pièce de Shakespeare. Une curiosité comico-dramatique....

Lire l'article sur www.liberation.fr

Image de Macbeth

Rue89 Balagan

vendredi 31 mai 2013

« Macbeth » de Shakespeare : la nuit, une forêt, chaussures boueuses et tabouret

Par Jean-Pierre Thibaudat

En redescendant le chemin obscur, vous avez les jambes lourdes, les chaussures montantes boueuses, le pantalon maculé, le corps engourdi d’humidité. Seul le feulement des pas trouble à peine le silence de la forêt. Alors, comme dans un rêve éveillé, les cris dans le noir d’hommes que l’on assassine, les hordes de torches électriques affolées, les cercles de feu, les bombes incendiaires, tout vous revient en vrac. Toutes les scènes de cette nuit p...

Lire l'article sur Rue89 Balagan