Photo de Jean-Luc Lagarce

Jean-Luc Lagarce

France – 1957 - 1995

Suivre aussi Jean-Luc Lagarce sur :

Ajoutez un lien vers twitter, linkedin, instagram

Ebauche d'un portrait

Portrait littéraire, théâtral (et humoristique !) d’une vie intime

Laurent Poitrenaux incarne Jean-Luc Lagarce qui raconte sa vie lors d'une conférence imaginaire. Une adaptation du Journal de Jean-Luc Lagarce par François Berreur.

Version intégrale d'une captation d'une mise en espace à Théâtre Ouvert en 2007.

Plus d'infos sur le spectacle

L'enregistrement réalisé par France Culture.

Le plus simple me semblait qu’on l’écoute lui-même

« On me demande souvent de parler de Jean-Luc, le plus simple me semblait qu’on l’écoute lui-même nous raconter pendant une heure et demie ce que fut sa vie. Au travers de cette relation très particulière de l’auteur avec son Journal, se dessine le portrait d’un homme qui consacre sa vie au théâtre et se projette dans l’éternité d’une œuvre, apostrophant au-delà de sa disparition le lecteur. C’est le feuilleton avec Théâtre Ouvert, ses espoirs, ses déceptions, ses rebondissements, comme une relation maritale de quinze années... C’est le feuilleton de sa maladie, sept années de doute, de lutte et de courage. C’est le feuilleton de ses mises en scène, ses "succès" traversés par des échecs désespérants. C’est surtout le feuilleton de son écriture et de son incapacité à écrire, de ses interrogations permanentes.

Les mots de Jean-Luc Lagarce sont une part de notre histoire, celle de la fin du XXième siècle, une vie théâtrale qui défile mais aussi une interrogation sur cette barbarie du monde, sur la nécessité de l’artiste et sa difficulté d’être.

Durant toute sa vie de théâtre Jean-Luc Lagarce tient ses petits cahiers (ils commencent à la création du Théâtre de la Roulotte en 1977), on y retrouve ses doutes, ses lectures, les films et les spectacles qu’il voit et son interrogation permanente sur le déroulement de sa vie, son questionnement sur ses amours et le sens de son œuvre. Mais ce n’est pas théorie, c’est au quotidien l’homme Lagarce qui raconte, comme souvent nous l’avons connu dans ces repas d’après spectacle qu’il affectionnait, où son humour dévastateur et son sens de la formule faisait taire les conversations de tables entières. »

François Berreur


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Voir un exemple Je m'abonne