Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Jean-Luc Lagarce

Jean-Luc Lagarce

France – 1957 - 1995

Suivre aussi Jean-Luc Lagarce sur :

Ajoutez un lien vers twitter, linkedin, instagram

Baccalauréat 2021

Le texte Juste la fin du monde est au programme national d'œuvres pour l'enseignement de français pour l'année scolaire 2020-2021 (Classe de première de la voie générale et technologique). Voir le bulletin officiel

Juste la fin du monde

Un ensemble de contenus est disponible dans les pages du texte

Par ailleurs deux autres textes au programme vous sont présentés par Jean-Luc Lagarce :

Le Malade imaginaire de Molière

On se coucherait pour toujours, on dirait qu'on est malade.
On serait comme un enfant perdu, un vieil enfant redevenu petit.
Plus jamais on ne sortirait. Que nous importe le Monde! On resterait dans le lit, au chaud, dans la douceur des draps, on ne serait plus obligé à rien, on pourrait se soustraire à ses devoirs, rien ne nous obligera, on aura tous les droits. On se ferait câliner, on pourrait pleurer sur soi-même à nouveau, on ne sera plus jamais responsable, on sera plus enfant que ses propres enfants, on pourrait même s'en débarrasser, les mettre au couvent ou les vendre pour essais anatomique à la Faculté des Sciences - on pourra jouer à des jeux imbéciles, être peu à peu comme un bébé idiot, être l'enfant désespéré de sa propre épouse, être le cadet perdu d'un grand frère sérieux, avoir des exigences, faire des caprices.
On ne sera plus qu'un corps peu à peu. Ce sera bien. Un corps un peu lourd au milieu du Monde, au milieu de la maison, un corps échoué là, à ne plus vouloir bouger vraiment, à attendre.

L'Ile des esclaves de Marivaux

C'est une utopie, un rêve, juste une fable, un jeu de rôles, le Monde comme un Théâtre, une représentation imaginaire de la réalité.
Passer de l'autre côté du miroir, jouer avec son double, vivre la vie à l'envers, être exactement le contraire de ce qu'on fût.
On fait naufrage, on est mort ou on faillit l'être, nous avons quitté notre Univers, nous sommes désormais dans l'autre Monde, celui-là que nous ne connaissons pas, ce monde qu'on nous a promis ou dont on nous a menacé, l'au-delà peut-être, le paradis ou l'enfer, le contraire exactement de notre vie antérieure.
Cet endroit d'après la Mort, cet endroit joyeux des principes simplistes: "les premiers seront les derniers" et inversement. Nous sommes sur le théâtre Juste se retourner, et devenir l'Autre.
Nous sommes sur une île, nous avons coupé les ponts, rompus les amarres, brûlés nos vaisseaux, nous sommes seuls, entre nous, les êtres humains, plus rien ne nous rattache à la réalité, transportés et modifiés par un voyage immobile et définitif.
Nous sommes dans le monde à l'envers, le monde double et inversé du nôtre. Est-ce que nous sommes, toujours la même histoire, des vivants qui nous croyons morts ou des morts qui doutons de notre vie? Est-ce que nous sommes dans le faux ou la réalité et pour combien de temps ?


imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je suis abonné(e) Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.