Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Jean-Luc Beaujault

France

Dernières critiques

Image de Saison sèche

Culturopoing

vendredi 11 janvier 2019

“Saison Sèche” - A l’assaut du château faible !

Par Xavier Prieur

Dans une mise en scène oppressante et fascinante, Phia Ménard dynamite le patriarcat, les assignations de genre et livre l’une des meilleures pièces du festival d’Avignon. Attention, ça mouille en pleine saison sèche !...

Lire l'article sur Culturopoing

Image de Saison sèche

Sceneweb

dimanche 22 juillet 2018

Phia Ménard éparpille le patriarcat façon puzzle

Par Vincent Bouquet

Dans une scénographie visuellement renversante, Saison sèche orchestre un rituel pour détruire la maison patriarcale. Bien décidée à en finir avec l’oppression masculine, Phia Ménard fait montre d’une puissance vengeresse, qui n’échappe pas aux stéréotypes....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Saison sèche

Le Monde.fr

vendredi 20 juillet 2018

Phia Ménard noie le patriarcat dans la boue et les clichés

Par Rosita Boisseau

Sa pièce féministe « Saison sèche », à la scénographie saisissante, réduit la masculinité à une imagerie simpliste....

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de Saison sèche

France Culture

vendredi 20 juillet 2018

Le geste masculin par excellence, par Phia Ménard

Par Camille Renard

"C'est le geste le plus représentatif du pouvoir des hommes." La chorégraphe et danseuse Phia Ménard montre et analyse un geste de son spectacle "Saison sèche" présenté au Festival d'Avignon....

Lire l'article sur France Culture

Image de Saison sèche

La Croix

jeudi 19 juillet 2018

La chorégraphe Phia Ménard démolit le patriarcat

Par Marie-Valentine Chaudon

Dans une performance spectaculaire, sept danseuses survoltées dynamitent une métaphore du modèle patriarcal. Féroce, volontiers caricaturale, Saison sèche est une pièce coup-de-poing où résonnent l’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo qui a suivi....

Lire l'article sur La Croix

Image de Saison sèche

L'insensé

jeudi 19 juillet 2018

La chatte à Mémé. Saison sèche.

Par Chloé Larmet

Avec Saison sèche, la chorégraphe Phia Ménard reprend son travail là où Belle d’hier, en 2015, l’avait laissé : la lessive faite, les costumes congelés fondus, les princesses s’attaquent désormais aux attributs du patriarcat. Leur stratégie : un rituel de possession et la force de leurs corps, qu’ils soient nus ou travestis.

Lire l'article sur L'insensé

Image de Saison sèche

Le Point

jeudi 19 juillet 2018

Phia Ménard, d'une peau d'homme à celle d'artiste transgenre féministe

Par AFP

De tous les artistes traitant de la question du genre au Festival d'Avignon, la Française Phia Ménard semble la mieux placée: il y a dix ans......

Lire l'article sur Le Point

Image de Saison sèche

Libération.fr

jeudi 19 juillet 2018

Phia Ménard, l'€™exorciste

Par Ève Beauvallet

Dans le percutant «Saison sèche», l’artiste transgenre dénonce avec force les normes et projections du patriarcat, usant d’un flot d’images ensorcelées....

Lire l'article sur Libération.fr

Image de Saison sèche

Inferno

jeudi 19 juillet 2018

« Saison sèche », Le théâtre organique de Phia Ménard

Par Yves Kafka

Avant que ne s’ouvre le rideau dévoilant l’architecture des trois murs lisses d’un cube blanc au plafond bas éclairé de néons aveuglants où sept corps de femmes couchées sur le dos et genoux relevés écartés exhibent leur sexe qui peine à se dissimuler sous une courte chemise, Phia Ménard descendue de la salle, micro en main, lâche droit dans les yeux du public avec une lenteur calculée un « Je te claque la chatte », dont la connotation sexuelle très marquée du côté d’une provocation assumée ne peut passer inaperçue.

Lire l'article sur Inferno

Image de Saison sèche

Carnet d'Art

jeudi 19 juillet 2018

Quand les murs tombent, la Terre tremble.

Par Kristina D'Agostin

Un choc. Une évidence totale. Un spectacle de la scène contemporaine qui bouscule. Une proposition qui fait naitre un sentiment de révolution, ici et maintenant. Les pièces de Phia Ménard commencent généralement sur des rythmes assez lents qui laissent le temps aux spectateurs d’évacuer tout ce qui peut parasiter l’attention et pour être disposé à l’écoute de ce qui va lui être proposé sur le plateau....

Lire l'article sur Carnet d'Art