theatre-contemporain.net

Photo de Jan Lauwers

Jan Lauwers

Belgique – Né(e) en 1957

Présentation

Né à Anvers en 1957, plasticien de formation, Jan Lauwers est un artiste qui s'exerce à toutes les disciplines.

Les vingt dernières années, il s'est surtout fait connaître par l'oeuvre théâtrale pionnière forgée avecson ensemble, la Needcompany, fondée à Bruxelles en 1986.

Jan Lauwers a étudié à l'Académie des Beaux-Arts de Gand. Fin 1979, il s'entoure d'un certain nombre de personnes au sein de l'Epigonenensemble. En 1981, cette troupe est transformée en un collectif, Epigonentheater zlv (zlv = "zonder leiding van" sous la direction de personne). L'impact de Jan Lauwers au sein du collectif s'accroît et mène, en 1985, à la dissolution de l'Epigonentheater zlv et à la création de Needcompany (1986) dont les premières créations sont Need to Know (1987) et ça va (1989).

La formation de plasticien de Jan Lauwers est déterminante dans son rapport au théâtre, d'où naît un langage théâtral, novateur à plus d'un titre, et qui examine le théâtre et sa signification. L'une de ses caractéristiques principales est le jeu transparent, "pensant", des comédiens, ainsi que le paradoxe entre jeu et non-jeu. Cette écriture spécifique se retrouve également dans les pièces de répertoire (toutes de Shakespeare) qu'il a mises en scène, Julius Caesar (1990), Antoine et Cléopâtre (1992), Needcompany's Macbeth (1996), Needcompany's King Lear (2000) et Ein Sturm (2001, au Deutsches Schauspielhaus Hamburg).

Après la mise en scène d'Invictos (1991), du monologue SCHADE/Schade (1992) et de l'opéra Orfeo (1993), il entame en 1994 la réalisation d'un vaste projet, The Snakesong Trilogy : Snakesong/Le Voyeur (1994), Snakesong/Le Pouvoir (1995) et Snakesong/Le Désir (1996). En 1998, il met en scène la version adaptée de l'ensemble de la trilogie Snakesong.

En 1997, Jan Lauwers crée Caligula d'après Camus, le premier volet du diptyque No beauty for me there, where human life is rare, dont le second volet, Morning Song, créé en 1999, reçoit l'Obie Award à New York.

À la demande de William Forsythe, Jan Lauwers conçoit en mai 2000, le spectacle DeaDDogsDon´tDance/DjamesDjoyceDeaD. En 1999, Jan Lauwers lance Needlapb, des rencontres pendant lesquelles le public découvre différents projets à l'état embryonnaire, des expériences se frayant en tâtonnant un chemin vers la scène. Depuis, une dizaine de Needlapbs ont eu lieu, entre autres à Bruxelles, Gand, Paris, Toulouse, Hambourg et Avignon.

Depuis, Jan Lauwers a créé Images of Affection en 2002, No Comment en 2003 et La chambre d'Isabella au Festival d'Avignon en 2004.

Jan Lauwers a également signé un certain nombre de projets cinéma et vidéo, dont From Alexandria, Mangia, Sampled Images et C-Song 01, qui a été sélectionné pour le Festival international du Court-métrage de Hambourg. Au cours de l'été 2001, il a réalisé son premier long-métrage, Goldfish Game, sélectionné en 2002 pour le International Human Rights Film And Video Festival de Buenos Aires et au Festival du Film de Gand ainsi que pour le Solothurn Film Festival en Suisse en 2003.

Les oeuvres plastiques de Jan Lauwers ont rarement été montrées. Il a participé à l'exposition Grimbergen 2002 et à l'exposition DARK, au musée Boijmans van Beuningen, à Rotterdam (2006). Début 2007, ses oeuvres d'arts plastiques sont exposées pour la première fois au BOZAR à Bruxelles.

Jan Lauwers se révèle également en tant qu'auteur. Les éditions Actes Sud-Papiers ont publié deux textes de théâtre : La chambre d'Isabella et Le Bazar du Homard. Un livre de textes en néerlandais est en cours de préparation.

bannière publicitaire du bas de page
Masquer la bannière