Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Photo de Harold Pinter

Harold Pinter

Royaume Uni – 1930 - 2008

Suivre aussi Harold Pinter sur :

Ajoutez un lien vers twitter, facebook, linkedin, instagram

écouter en streaming

Théâtre : "Magma", "Trahisons", "Les Grands"...

Au sommaire de La Dispute Théâtre : "Magma", chorégraphié par Marie-Agnès Gillot, Andrès Marín et Christian Rizzo, "Trahisons", un texte de Harold Pinter mis en scène par Michel Fau, "Les Grands", mis en scène par Fanny de Chaillé et le coup de coeur d'Anna Sigalevitch...

lun. 10 février 2020

Théâtre : "Angels in America", "Contes et légendes", "Le système Ribadier", "Une Histoire d’Amour"…

Que faut-il aller voir parmi "Angels in America" de T.Kushner/A.Desplechin, "Contes et légendes" de J.Pommerat, "L’Opposition. Mitterrand vs Rocard" de G.Naudy/E.Civanyan, "Le système Ribadier" par L Chollat, "Trahisons" de Pinter/M.Fau, "Une Histoire d’Amour" d'A.Michalik, "La Mouche" de G.Langelaan/C.Hecq ?

dim. 09 février 2020

Mécanique et lois du vaudeville et du rire

Michel Fau met en scène "Trahisons" de Harold Pinter, vaudeville à la chronologie inversée, avec Roschdy Zem qui signe son retour au théâtre après près de 20 ans d'absence des planches. Jos Houben reprend son solo "L'Art du rire" après un tour du monde.

dim. 09 février 2020

Pinter et le venin du mensonge

Harold Pinter et l’impossible vérité, avec Ludovic Lagarde, invité de la Grande table pour sa mise en scène de "La Collection" de Harold Pinter.

ven. 08 mars 2019

Harold Pinter (1930-2008)

La lecture des pièces de Pinter est une expérience sensorielle. Elle nous fait ressentir ce fluide malsain qui lie entre eux les êtres, et qui est fait de pouvoir : Celui qu’on subit, celui qu’on fait peser sur l’autre. En mettant simplement en présence des personnages sans histoire propre, Pinter déploie, avec la puissance que n’aura jamais la démonstration théorique, une pensée philosophique. Le totalitarisme est pour lui partout, y compris et surtout dans nos sociétés dites démocratiques, et c’est ce qu’il a asséné une fois encore lors de la réception de son prix Nobel de littérature, en 2005. Pinter lui même n’était pas dénué d’ambigüité. Ne jouait-il pas de son pouvoir, lui aussi ? N’était-il pas colérique ? Prêt à faire le coup de poing ? Dans ce numéro d’Une vie, Une Oeuvre qui lui est consacré, nous tâcherons d’en apprendre plus l’homme tout autant que sur sa pensée. Nous donnerons aussi à entendre l’écriture « pinteresque » et apprendrons à écouter ses silences.

dim. 23 janvier 2011