Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Goury

France

Dernières critiques

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

Critiques théâtres Paris

samedi 24 février 2018

Le jeu de l'amour bien balisé...

Par Philippe Chavernac

C’est du théâtre d’une autre époque, bien fait, propre dirons-nous. C’est la pièce que je choisirais si ma cousine de province, pardon de région, venait passer un week-end à Paris. Propre et sans surprise, de bons acteurs, belle distribution, vous prenez quelques têtes connues, mais pas trop, il faut pouvoir les payer raisonnablement…...

Lire l'article sur Critiques théâtres Paris

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

Nonfiction.fr

lundi 29 janvier 2018

Un théâtre de comédiens

Par Régis Bardon

Un théâtre de comédiens, très apprécié du public de la Porte Saint-Martin. Un public qui méritait un peu plus d'audace et de créativité....

Lire l'article sur Nonfiction.fr

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

Hello Théâtre

samedi 27 janvier 2018

Le jeu de l'amour et du hasard : un délice signé Catherine Hiegel

Par Charlotte Henry

Avec le jeu de l'amour et du hasard, Catherine Hiegel signe une mise en scène plutôt classique mais non sans humour, avec une touche de modernité parfaitement dosée....

Lire l'article sur Hello Théâtre

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

Les Inrocks

vendredi 26 janvier 2018

Une impeccable distribution du "Jeu de l'amour et du hasard"

Par Fabienne Arvers

Ce que femme veut… elle l’obtient. On ne remerciera jamais assez Marivaux de nous livrer les ficelles admirables avec lesquelles le beau sexe entortille et ligote au besoin les velléités masculines au jeu de la séduction, cet échange de procédés par lesquels on se découvre, se plaît ou se déçoit, pour les mettre sur un pied d’égalité et décider, à loisir, de la tournure à lui donner....

Lire l'article sur Les Inrocks

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

lesechos.fr

mercredi 24 janvier 2018

Marivaux fait mouche à la Porte Saint-Martin

Par Philippe Chevilley

Catherine Hiegel met en scène avec un classicisme bien tempéré « Le Jeu de l'amour et du hasard » au théâtre de la Porte Saint-Martin, en soignant comme à l'accoutumée sa distribution. Le trio magique formé par Clotilde Hesme, Vincent Dedienne et Laure Calamy fait des ravages....

Lire l'article sur lesechos.fr

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

Le Figaro

dimanche 21 janvier 2018

Marivaux, la grâce, le rire et la cruauté

Par Armelle Héliot

Catherine Hiegel met en scène Le Jeu de l'amour et du hasard en s'appuyant sur des interprètes vifs, déliés, profonds. Parfait!...

Lire l'article sur Le Figaro

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

Quatrième Mur

dimanche 21 janvier 2018

Jeu de l'Amour et du Hasard : Classique et efficace

Par Pauline

Avec un casting aussi séduisant que celui-ci, pas étonnant que le Jeu de l'Amour et du Hasard mis en scène par Catherine Hiegel fasse carton. Scénographie superbe, jeu léché, c'est presque trop propre pour faire battre les cœurs à tout rompre !...

Lire l'article sur Quatrième Mur

Image de Le Jeu de l'amour et du hasard

France Inter

lundi 08 janvier 2018

Laure Calamy et Vincent Dedienne

Par Nagui

Laure Calamy et Vincent Dedienne sont les invités de La Bande Originale pour nous présenter "Le jeu de l'amour et du hasard" de Marivaux qu'ils joueront au Théâtre de la Porte Saint-Martin...

Lire l'article sur France Inter

Image de Criminel

A Nous Paris

dimanche 07 janvier 2018

"Criminel" questionne l’intime et la justice

Par Myriem Hajoui

Observateur percutant de notre époque, auréolé du Prix Beaumarchais du meilleur auteur de théâtre pour Chute d’une nation en 2012, Yann Reuzeau continue de tracer un sillon singulier en questionnant l’intime et la justice. Et confirme l’étendue...

Lire l'article sur A Nous Paris

Image de Criminel

La critiquerie

mardi 21 novembre 2017

Criminel, le cirque de l'intimité brûle à La Manufacture des Abbesses

Par Aurelie Brunet

L’affaire Jacqueline Sauvage a inspiré l’auteur de la pièce « Criminel », Yann Reuzeau. Dans ce thriller psychologique, c’est Boris qui tue son père violent. La nuit du parricide, sa chère sœur Camille frôle la mort. C’est là tout le noeud inexplicable de la narration. Incarcéré pendant quinze ans, Boris devenu résilient est de retour, provoquant des réactions en chaîne gorgées d’émotion et de violence.

Lire l'article sur La critiquerie