theatre-contemporain.net

Photo de Gaëtan Faucer

Gaëtan Faucer

Belgique – Né(e) en 1975

Suivre aussi Gaëtan Faucer sur :

Ajoutez un lien vers instagram

Dernières critiques

Image de L'Héritage

ecrivainsbelges.be

dimanche 15 octobre 2017

Il y a quelque chose de diabolique...

Par Philippe Leuckx

Il y a quelque chose de diabolique dans cette histoire de frères prêts à tout pour gober l’héritage de parents détestés. Faucer met en place les ingrédients de sa pièce avec un brin de machiavélisme, huilant le tout – décor, dialogue, intrigue – avec une réelle facilité. Les deux personnages de Pierre (écrivain raté) et de Jacques (qu’il n’a plus vu depuis cinq ans) sont équivoques et duplices à souhait, manoeuvrant en sourdine comme des diables....

Lire l'article sur ecrivainsbelges.be

Image de Palindrome

Areaw

samedi 24 décembre 2016

Est-ce une figure de style?

Par Joseph Bodson

Une pièce toute en finesse et subtilités…Jugez en plutôt: Palindrome, est-ce une figure de style? Presque, mais pas tout à fait. Une sorte de virelangue, un exercice de virtuosité verbale, qui fait songer – mais ce n’est pas tout à fait ça – au scrabble. Ou à un billet de tombola: grattez, prenez de la peine, vous n’avez rien gagné. Oui, c’est un peu ça......

Lire l'article sur Areaw

Image de Notre Saint-Valentin

http://revue-texture.fr/lectures-de-philippe-leuckx-2015.html

lundi 09 février 2015

Notes critiques , Lectures

Par Philippe Leuckx

Cette sixième pièce publiée de l’auteur de « OFF » et de « Sous le pont », classique s’il en est à l’approche de la Fête des Amoureux, retourne la situation stéréotypée comme un gant.La cruauté, le délire, les atours, les réflexes sexy sont au cœur et au corps de ce « seule en scène » où les objets, l’absence-présence de l’autre protagoniste, amoureux convoqué, étonnent et densifient l’atmosphère glauque jusqu’à la poisse finale ......

Lire l'article sur http://revue-texture.fr/lectures-de-philippe-leuckx-2015.html

Image de Notre Saint-Valentin

Areaw

mardi 11 mars 2014

Comme sur la couverture, cela pétille d’humour,

Par Joseph Bodson

Comme sur la couverture, cela pétille d’humour, léger, léger, sans trop appuyer…Une jeune femme pétrie d’admiration pour son chéri, dont elle admire toutes les sottises (sa machine à café, au bureau, est la seule qui fonctionne, si bien que les secrétaires doivent se servir chez lui…), et d’une naïveté à toute épreuve, prête à croire tous les mensonges, à admettre toutes les excuses. Ajoutez à ce cocktail quelques secrétaires légèrement exotique...

Lire l'article sur Areaw