theatre-contemporain.net

Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Gabriel Garran

France

Présentation

Né à Paris dans les années 30, Gabriel Garran est issu d'une famille d'immigrés juifs polonais. La guerre éclate Gabriel Garran alors jeune adolescent voit sa famille se disloquer, ses souvenirs s'entacher. Commence dès lors une biographie de l'horreur, son père est interné à Pithiviers, avant de prendre le convoi de la mort vers Auschwitz. Tout s'arrête, une vie souterraine prend naissance sous une fausse identité, il doit arrêter ses études et vivre de petits boulots pour survivre avec sa famille. Apprenti dans une usine de chaussures, puis berger dans les alpages, il revient à Paris après de longs mois d'absence, il dit de cette époque : "j'avais devant moi le curable et l'incurable selon l'expression d'Adamov qui allait tant compter pour moi."

Les Frères Karamazov de Dostoïevski, fut le choc de sa dix-huitième année, et sa première rencontre avec le théâtre. Sa passion pour le cinéma prédomine son adolescence"à l'époque j'étais un glouton optique, et j'écumais cinq ciné-clubs à la fois, le théâtre a d'abord été pour moi l'école du spectateur, avec le TNP, les petits théâtres de la rive gauche, le théâtre des nations".
Son entrée au théâtre se fait par le biais de l'animation. Jeune animateur il rejoint le groupe Espoir où il dirige les répétitions, mais ne se dit pas encore metteur en scène. Puis, Gabriel Garran s'inscrit à l'école du Vieux Colombier de Tania Balachova où très vite il met en espace des lectures spectacles. L'horizon se dessine un peu plus au fil de ses rencontres.

Gabriel Garran franchit le pas, il vend son appartement, et fonde sa première compagnie Théâtre contemporain, et s'installe quelques mois au Théâtre du Tertre, avec : On ne meurt pas à Corinthe de Robert Merle et Vassa Geleznova de Maxime Gorki.

Plus tard, il rencontre Maurice Pialat, Jacques Rozier, et l'assiste sur son film Adieu Philippine, puis apparaît dans sa vie, Jack Ralite.
Gabriel Garran rédige un projet d'implantation d'un « théâtre populaire aux portes de Paris » sans trouver le moindre soutien. De fil en aiguille, Aubervilliers, devient un lieu de prédilection, grâce au groupe Firmin-Gemier, et le déterminisme de deux hommes : Gabriel Garran et Jack Ralite.

En 1965, Gabriel Garran fonde à Aubervilliers le Théâtre de la Commune, premier théâtre permanent créé en banlieue et de radicalité contemporaine. En 1975, le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers est promu Centre Dramatique National.

En 1985, Gabriel Garran fonde le Théâtre international de langue française. Au départ, le TILF est un théâtre sans domicile qui se produit dans divers lieux (Centre Georges-Pompidou, Théâtre National de Chaillot, MC 93, Théâtre de la Tempête, Bouffes du Nord) et dans le cadre de festivals nationaux et internationaux. En 1993, le TILF s'installe sur le Parc de la Villette au Pavillon de Charolais, ancienne buvette du marché aux bestiaux aménagée en un théâtre de 160 places. La mission du TILF est de créer un répertoire reflétant la diversité des trajectoires de la langue française à travers le monde. Une centaine de compagnies pourront alors s'y produire. Il y révèlera nombre d'auteurs africains, maghrébins et québécois. La programmation s'articule autour de trois axes : des créations d'auteurs contemporains, des accueils et des Parloirs (cycles thématiques).

1958 - 1959

Compagnie « Théâtre Contemporain » au Théâtre du Tertre, Paris
(Robert Merle, Armand Lanoux, Maxime Gorki, Adamov)

1960 - 1964

Implantation à Aubervilliers
La tragédie optimiste de Vsevolod Vichnievski
L'étoile devient rouge de Sean O'Casey
Charles XII d'August Strindberg
Coriolan de William Shakespeare

1965

Fondation du Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, premier Théâtre permanent en banlieue parisienne.

1966 - 1984

35 mises en scène de Gabriel Garran au Théâtre de la Commune d'Aubervilliers dont les créations suivantes :
Andorra de Max Frisch
Mort d'un commis voyageur d'Arthur Miller
L'instruction de Peter Weiss
Le marchand de glace est passé d'Eugene O'Neill
Les visions de Simone Machard de Bertolt Brecht
Off limits d'Arthur Adamov
Auguste, Auguste, Auguste de Pavel Kohout
Liola de Luigi Pirandello
Le rire du fou de Gabriel Garran
Le météore de Friedrich Dürrenmatt
Platonov d'Anton Tchekhov
A cinquante ans elle découvrait la mer de Denise Chalem

1975

Le théâtre de la commune d'Aubervilliers devient Centre Dramatique National.

1985 - 1992

Gabriel Garran fonde le Théâtre International de Langue Française, Paris.

Il crée entre autres les pièces suivantes :
Je soussigné Cardiaque de Sony Labou Tansi (Congo)
L'homme gris de Marie Laberge (Québec)
Le bal de N'Dinga de Tchicaya U'Tamsi (Congo)
Le silence des neiges de Claude Delarue (Suisse)
Aurélia Steiner de Marguerite Duras (France)
Fragments d'une lettre d'adieu lue par des géologues de Normand Chaurette (Québec)

1990

Gabriel Garran reçoit le prix « Plaisir du Théâtre ».

1993 à ce jour

Le théâtre International de Langue Française s'installe au Pavillon du Charolais du Parc de la Villette qui devient son lieu d'ancrage, d'accueil et de production artistique.

Gabriel Garran met en scène entre autres :
Les filles du 5-10-15 cents d'Abla Farhoud (Liban-Québec)
Cahier d'un retour au pays natal d'Aimé Césaire (Martinique)
Bintou de Koffi Kwahulé (Côte d'Ivoire)
Jour de silence à Tanger de Tahar Ben Jelloun (Maroc)
Barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras (France)
Le ventriloque de Larry Tremblay (Québec)
Prodige de Nancy Huston (Québec)
Trente ans à peine de Jean-Claude Carrière (Suisse)
L'Homme-Poubelle de Matéi Visniec


A travers 2344 représentations, Gabriel Garran y accueille également une multitude d'auteurs et d'acteurs des pays et communautés, et locuteurs de langue française à travers le monde.

Créations avec sa Compagnie Le Parloir contemporain :
Les enfants des héros de Lyonel Trouillot
L'arbre de Jonas de Eugène Durif
Conversations après un enterrement de Yasmina Reza

Gary-Jouvet, à partir de Tulipe de Romain Gary et la correspondance de Louis Jouvet

"Je serai abracadabrante jusqu'au bout" d'après le journal de Mireille Havet, adaptation Gabriel Garran et Margot Abascal

Masquer la bannière