Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Laïs Foulc

France

Dernières critiques

Image de Les Bonnes

Revue Etudes

mardi 12 novembre 2019

Jeux de miroirs

Par Yvon Le Scanff

La metteuse en scène avait prévenu : « je ne pense pas en termes de mouvement, plutôt en termes d’espace et de concept ». Du reste, ce qu’elle se refuse à nommer « mise en scène » au profit du terme plus intellectuel de « projet », est bien une conception, d’aucuns diraient un exercice de style. C’est en tout cas une représentation qui sollicite une esthétique baroque : jeux de miroirs, illusions, métamorphoses et travestissements......

Lire l'article sur Revue Etudes

Image de Les Bonnes

Le Monde.fr

samedi 09 novembre 2019

Robyn Orlin dédouble « Les Bonnes » de Jean Genet

Par Rosita Boisseau

Le parti pris de Robyn Orlin, exacerbé par le travestissement des personnages, enclenche à fond la pédale du jeu de rôles et du déguisement au cœur de l’œuvre de Genet...

Lire l'article sur Le Monde.fr

Image de Les Bonnes

Libération

jeudi 07 novembre 2019

«Les Bonnes», madame promène son culte

Par Anne Diatkine

La Sud-Africaine Robyn Orlin adapte, avec un casting entièrement masculin, la pièce de Genet sur le cloisonnement social....

Lire l'article sur Libération

Image de Les Bonnes

Sceneweb

jeudi 07 novembre 2019

Les Bonnes déconnent au Festival d’automne

Par Christophe Candoni

La metteuse en scène et chorégraphe Robyn Orlin tourne excessivement en dérision Les Bonnes de Jean Genet dont elle présente au Festival d’automne une version extravagante entre théâtre et cinéma....

Lire l'article sur Sceneweb

Les Bonnes
Image de Les Bonnes

Un Fauteuil pour l'Orchestre

jeudi 07 novembre 2019

Un regard aigu sur les questions de société, racisme, domination, genre.

Par Denis Sanglard

Les bonnes de Jean Genet et Robyn Orlin cela semble aller de soi. Pour sa première mise en scène, la chorégraphe et performeuse sud-africaine, vivant désormais en Europe, ne perd rien de sa rage, de sa niaque et surtout de son impertinence, de son regard aigu sur les questions de société, racisme, domination, genre....

Lire l'article sur Un Fauteuil pour l'Orchestre

Image de Les Bonnes

lesechos.fr

jeudi 07 novembre 2019

« Les Bonnes » et les mauvaises manières

Par Vincent Bouquet

Pour sa première mise en scène d'une oeuvre théâtrale, la chorégraphe Robyn Orlin réserve un sort hasardeux à la pièce de Jean Genet. Prise en étau entre le film de Christopher Miles et le jeu affecté d'un trio de comédiens masculins, elle croule sous un registre curieusement parodique....

Lire l'article sur lesechos.fr

Image de Les Bonnes

Toutelaculture

mercredi 06 novembre 2019

Robyn Orlin fait danser "Les bonnes" au Festival d'Automne

Par Amelie Blaustein Niddam

Au Théâtre de la Bastille, dans le cadre du Festival d’Automne, la chorégraphe sud-africaine, aujourd’hui européenne, s’attaque au chef d’oeuvre de Jean Genet, dans un …...

Lire l'article sur Toutelaculture

Image de Désobéir

l'insense

samedi 06 juillet 2019

Désobéir… titre prétentieux

Par Yannick Butel

Julie Berès, qui dirige la compagnie Les Cambrioleurs, propose Désobéir. Spectacle programmé par la Manufacture. Si la presse est unanime sur le sujet abordé (famille, religion, l’avenir) parce qu’au plateau quatre jeunes femmes issues de l’immigration font le spectacle ; on peut douter que cette forme, qui ravit les spectateurs, soit en définitive au bon endroit.

Lire l'article sur l'insense

Image de Désobéir

Les carnets d'Eimelle

vendredi 01 février 2019

Un jour, il leur a fallu dire Non.

Par Eimelle Laure

Elles parlent de religion, de croyances, de racisme, de toutes les violences faites aux femmes ( y compris aux comédiennes à qui l'on refuse un rôle pour une couleur de peau ou un physique différent...

Lire l'article sur Les carnets d'Eimelle

Image de Saison sèche

Culturopoing

vendredi 11 janvier 2019

“Saison Sèche” - A l’assaut du château faible !

Par Xavier Prieur

Dans une mise en scène oppressante et fascinante, Phia Ménard dynamite le patriarcat, les assignations de genre et livre l’une des meilleures pièces du festival d’Avignon. Attention, ça mouille en pleine saison sèche !...

Lire l'article sur Culturopoing