theatre-contemporain.net

Photo de Didier-Georges Gabily

Didier-Georges Gabily

France – 1955 - 1996

Voir aussi : Groupe Tchan'G

Présentation

Didier-Georges Gabily naît à Saumur le 26 août 1955. Enfance et adolescence à Tours. Abandonne ses études secondaires en 1971. Divers métiers, diverses expériences et dérives. S'intéresse par hasard au théâtre.

1974 : Tours. Rencontre André Cellier, directeur du centre dramatique, qui lui confie une partie du travail avec les acteurs.

1978 : Paris. Il aime faire travailler les acteurs et met en scène Tambours dans la nuit de Brecht, au Dix-Huit Théâtre. Il sort très endetté d'un travail qu'il a, dit-il, peu aimé… Par ailleurs, ses pièces commencent à intéresser Théâtre Ouvert. L'une d'elles, L'emploi du temps, est mise en scène par le Théâtre de l'Est Lyonnais. Ce qu'il voit de la mise en scène (il sort au bout de dix minutes) est pour lui une véritable déception : il ne reconnaît pas le texte qu'il a écrit. Première grande coupure, motrice, fondamentale. Années d'errance.

1982 : Le Mans. Rencontre le Théâtre du Radeau et François Tanguy. Cellier, nommé au Centre Dramatique du Maine, lui propose de s'y intégrer. Il acceptera ses commandes d'écriture (Scarron, 1983, Le Jeu de la commune, 1986), et exprimera le souhait de travailler essentiellement sur un atelier. Il repartira quelques mois plus tard, en désaccord artistique et ne trouvant pas sa place dans ce type d'institution. Les années qui suivent, il organise régulièrement des rencontres avec des acteurs sur des périodes de quatre ou cinq mois. Le Groupe T'chan'G! naîtra de ces rencontres régulières.

1986 : monte L'Echange (seconde version) dans le garage souterrain du Centre dramatique du Maine prêté par Cellier. Le public est composé d'un cercle restreint d'amis (dont Bernard Dort, qui avait très tôt reconnu en lui "un des artisans les plus aigus et les plus exigeants de notre temps"). C'est le premier travail, dit-il, dont il est fier, avec des acteurs qu'il aime.
Si ce n'est par l'intermédiaire des acteurs de L'Echange, qui, entrés dans les écoles du TNS et de Chaillot, continueront à fréquenter l'atelier qu'il dirige, il n'entretient presque plus aucun contact avec le théâtre.

1988 : publie son premier roman, Physiologie d'un accouplement.
Entre pièces de commande (Evénements, 1988), scénarios et petits métiers, il continue l'écriture de romans et la formation d'acteurs. Il organise régulièrement des stages tous les étés. Le groupe d'acteurs s'étoffe de gens qui lui sont présentés par les acteurs de L'Echange. Ceux-ci lui proposent de monter Scarron. Il refuse, tout en leur promettant d'écrire un texte pour eux, un texte "qui soit à leur bouche et qui, en même temps, pose des questions dramaturgiques fortes." Dans ce but, il leur demande de travailler avec lui encore deux ans sans organiser de représentation publique.

1989 : le Groupe T'chan'G! est créé. Gabily dirige l'atelier de formation pendant que le premier groupe d'acteurs s'engage avec lui dans des travaux au long cours, traversant les mythes (Travaux Orestiens, 1989 ; "Phèdre(s) et Hippolyte(s)", 1990-1991). Dans le même temps il termine l'écriture d' Ossia, variations à la mémoire d'Ossip et Nadejda Mandelstam, commande d'André Cellier et Hélène Roussel, qu'il mettra en scène en 1990 au Théâtre de Poche Montparnasse et l'année suivante au Théâtre National de Strasbourg.

1990 : parution de Couvre-feux, récit.

1991 : termine l'écriture de Violences pour les acteurs du groupe. La pièce est créée au Théâtre de la Cité Internationale en septembre.

1992 : écrit pour Anne Torrès une pièce sur le mythe de Dom Juan : Chimère et autres bestioles. Son deuxième roman, L'Au-delà, est édité.

1992-1993 : le Groupe T'chan'G! dans son entier (une trentaine d'acteurs) est accueilli au Théâtre de la Bastille et au Festival d'Avignon pour deux créations : Des Cercueils de zinc, d'après le recueil de témoignages sur la guerre d'Afghanistan de Svetlana Alexievitch, et Enfonçures, oratorio-matériau sur la guerre du Golfe.

1993 (puis 1995) : le Théâtre National de Bretagne lui propose de faire travailler les élèves de l'école. L'occasion pour lui de poursuivre l'atelier : "Qu'est-ce qu'une écriture? Comment se fabrique un texte? Qu'est-ce que la poétique?" sont pour lui des questions essentielles. Il s'agit de "tenter de faire accéder les acteurs à la poétique du texte avant même de les faire accéder au sens". Ils travaillent sur l'alexandrin, la langue de Garnier, de Müller, d'Eschyle… Ce travail sur Les Juives de Robert Garnier sera présenté à La Passerelle, Scène Nationale de Saint-Brieuc.

1994 : écrit TDM3 (commande de Christian Colin).

1994-1995 : n'ayant pas les moyens de monter les cinq Phèdre(s) et Hippolyte(s) (Euripide, Sénèque, Garnier, Racine, Ritsos), il se trouve contraint d'écrire, pendant la période de création, ce qu'il appellera "Gibiers du Temps" : "un texte générique sur ce que nous sommes, comment nous sommes dans le monde, à travers le mythe de Phèdre".

1995 : écrit Contention, un baisser de rideau, commande de Dominique Pitoiset.

1996 : les répétitions du diptyque Dom Juan / Chimère sont interrompues par sa mort le 20 août.

source : Association D.-G. Gabily