Ne plus afficher cette publicité - Je m'abonne - Je suis abonné(e)
Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Denis Lejeune

France

Dernières critiques

Image de Toute nue

Toutelaculture

dimanche 08 mars 2020

Toute Nue, variation Feydeau Norén, un Feydeau à la puissance 2

Par David Rofé-Sarfati

En intriquant les écritures de Feydeau et de Lars Norén, Émilie Anna Maillet, invente un jeu de massacre acerbe et spectaculaire. Le public est fasciné …...

Lire l'article sur Toutelaculture

Image de Toute nue

Sceneweb

dimanche 01 mars 2020

Les mécaniques politiques d’Emilie Anna Maillet

Par Caroline Châtelet

Avec Toute nue, Émilie Anna Maillet de la compagnie Ex voto à la lune signe une variation enlevée sur Feydeau et Norén....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Toute nue

Le journal d'Armelle Heliot

vendredi 28 février 2020

Emilie Anna Maillet, en toute intelligence

Par Armelle Héliot

Dans « Toute nue », elle marie Feydeau et Norén. Rien d’incongru, mais un grand morceau de théâtre interprété à la perfection par un groupe de comédiens audacieux. Il y a des soirs où, en quelques minutes, une toute petite poignée de minutes, on est submergé par le sentiment d’une évidence : on est devant du grand théâtre,…...

Lire l'article sur Le journal d'Armelle Heliot

Image de Toute nue

L'Humanité

lundi 24 février 2020

De la femme objet à la femme humaine

Par Gérald Rossi

Dans Toute nue, Émilie Anna Maillet réalise un mélange subtil entre Georges Feydeau et Lars Norén, à un siècle de distance, entre humour et acidité....

Lire l'article sur L'Humanité

Image de Toute nue

L'Oeil d'Olivier

samedi 18 janvier 2020

Le corps nu de la femme, une arme massive contre le sexisme

Par Olivier Frégaville-Gratian d'Amore

A la comédie de Saint-Etienne, Émilie Anna Maillet met Feydeau sans dessus dessous. En faisant se rencontrer, de manière tout à fait improbable, les écrits de Feydeau et de Norén, mâtinés de Despentes, Emilie Anna Maillet crée un objet théâtral fort déconcertant mais terriblement percutant. Remontant le fil de l’histoire, elle questionne la place de la femme dans nos sociétés, son peu d’évolution à travers le temps....

Lire l'article sur L'Oeil d'Olivier

Image de Margot

L'Alchimie du Verbe

mardi 30 janvier 2018

Du sang, du sang et du sang...

Par Louise Rulh

Ainsi, la représentation du texte ancien est modernisée, actualisée, tant dans les moyens techniques que dans la lecture qui en est faite. Les scènes de sang et de violence sont légions, entrecoupées de scènes plus ou moins provocantes et/ou sexuelles, le tout dans un cadre où la musique est omniprésente, faisant monter la tension, et où la scène pleine de néons est souvent plongée dans une fumée dense. Rien d’incroyablement original donc......

Lire l'article sur L'Alchimie du Verbe

Image de Margot

L.D.S Magazine

mercredi 10 janvier 2018

Le massacre de la Saint-Barthélémy ou comment la violence se déploie-t-elle?

Par Anne Contet

aurent Brethome a construit Margot comme un dyptique. Deux pièces qui débutent chacune par une fête : la première par le mariage de Marguerite De Valois et de Henri IV en 1572 et la deuxième par l’accession au trône d’Henri III.

Lire l'article sur L.D.S Magazine

Image de Margot

Sceneweb

vendredi 17 novembre 2017

Le Margot à cœur et à sang de Laurent Brethome

Par Stéphane Capron

Laurent Brethome s’attaque à un monument oublié du répertoire, Massacre à Paris, la pièce de Christopher Marlowe rarement montée. Patrice Chéreau l’avait mise en scène en 1972 au TNP de Villeurbanne bien avant son film Margot. Laurent Brethome s’empare de ce texte avec gourmandise....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Un Pied dans le crime

Ouest-France.fr

lundi 18 juillet 2016

Une comédie déjantée, taillée pour le Jardin

Par Patrick Guyomard

C'est vrai que ça démarre tambour battant. Ça crie, ça percute durant les trois actes d'une comédie délicieusement déjantée. On se fend la poire en découvrant François Jaulin, picoré aux guiboles, par un dindon en laisse. Il joue Monsieur Gatinais, qui débarque en Vendée chez son ami Gaudiband, interprété par un Pierre-Benoist Varoclier impeccablement dingue....

Lire l'article sur Ouest-France.fr

Image de Little Joe. 1ère partie New York 68

Scenweb

samedi 14 mars 2015

Pierre Maillet revisite Morissey et Warhol avec cynisme et bonne humeur

Par Stéphane Capron

La trilogie underground du cinéaste américain (Flesh, Trash et Heat) Paul Morrissey trouve une nouvelle jeunesse grâce l'adaptation joyeusement foutraque de Pierre Maillet. On est bien loin du côté expérimental souvent rébarbatif des films. Le metteur en scène parvient à ressusciter l'esprit sexy de la Factory de Warhol grâce à trois très beaux comédiens qui reprennent les rôles interprétés à l'écran par Joe Dallesandro....

Lire l'article sur Scenweb