Photo de Dario Fo

Dario Fo

Italie – 1926 - 2016

Suivre aussi Dario Fo sur :

Ajoutez un lien vers twitter, facebook, linkedin, instagram

Présentation

Dario Fo naît en en 1926 à San Giano, village de Lombardie au bord du lac Majeur, dans une famille prolétaire de tradition démocratique et antifasciste. Il découvre très jeune le théâtre populaire et la tradition orale, par l'intermédiaire de son grand-père, "fabulatore" connu. Doué en dessin et en peinture - talent qui lui permettra de dessiner lui-même les affiches de ses spectacles - il commence par étudier l'art et l'architecture à Milan.

En 1952, il écrit pour la radio ses premiers monologues comiques, intitulés Poer nano, "Pauvre nain". Il découvre le Piccolo Teatro de Giorgio Strehler, fait ses débuts d'acteur et monte des revues de satire sociale et politique.

En 1954, il épouse Franca Rame, fille d'une grande famille de comédiens populaires, qui devient son inséparable partenaire. Ensemble ils reprennent à leur façon des farces traditionnelles et écrivent de grandes comédies où ils fustigent les institutions et les classes dirigeantes tout en déployant une fantaisie débridée. En 1968, ils fondent l'association "Nuova Scena" avec l'aide du PCI, « au services des forces révolutionnaires » et s'éloignent des circuits traditionnels du théâtre. A cause de conflits idéologiques, l'association est cependant vite dissoute.

En 1970, Dario Fo rompt avec le parti communiste et crée, avec ses camarades, un autre collectif théâtral : "La Comune". Ces années sont celles des grands succès : Mystère Bouffe, en 1969, épopée des opprimés inspirée de la culture médiévale, apporte à Dario Fo une renommée mondiale ; Mort accidentelle d'un anarchiste, en 1970, et Faut pas payer, en 1974, sont écrites en liaison, l'une avec la demande de révision du procès de l'anarchiste Guiseppe Pinelli défenestré à Milan, l'autre avec la campagne d'autoréduction des factures en période d'inflation.

L'anti-conformisme de Dario Fo, ainsi que son engagement politique et social l'entraînent dans d'innombrables procès et controverses en Italie, avec l'Etat, la police, la télévision, le pape : son émission Canzonissima est censurée ; selon le pape, Mistero buffo offense " les sentiments religieux des Italiens". En collaboration avec Franca Rame, il écrit une série de monologues inspirés par la lutte des Italiennes pour le droit au divorce et la légalisation de l'avortement. Il invente, dans la veine de Mystère Bouffe, des histoires désopilantes et graves, comme Histoire du tigre. En 1980, on lui interdit d'entrer aux Etats-Unis, où il devait donner une représentation exceptionnelle, à cause de son affiliation au "Soccorso Rosso", une organisation de soutien aux détenus.

Il est souvent appelé à l'étranger pour donner des spectacles et faire des mises en scènes d'œuvres lyriques ou théâtrales, comme en 1991 Le Médecin volant et Le Médecin malgré lui de Molière à la Comédie Française.

Artiste hors normes, il reçoit en 1997 le Prix Nobel de Littérature pour avoir « dans la tradition des bateleurs médiévaux, fustigé le pouvoir et restauré la dignité des humiliés. »

Ces dernières années, Fo a écrit des comédies Il diavolo con le zinne (1997) et des monologues construits sur le modèle du mystère bouffe : Lu santo jullare Francesco (1999) et Il tiempo degli uomini liberi (2004).

L’arrivée du deuxième gouvernement Berlusconi lui a inspiré L’Anomalo Bicefalo, écrit avec Franca Rame.

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.