theatre-contemporain.net

Photo de Daniel Keene

Daniel Keene

Australie – Né(e) en 1955

Suivre aussi Daniel Keene sur :

Ajoutez un lien vers twitter, facebook, linkedin, instagram

Présentation

Né le 21 décembre 1955 à Melbourne (Australie), il écrit pour le théâtre, le cinéma et la radio depuis 1979. Il a par ailleurs travaillé au théâtre comme acteur et metteur en scène. Cofondateur et rédacteur de la revue Masthead (arts, culture et politique), il a également traduit l'œuvre poétique de Giuseppe Ungaretti.

Ses pièces, jouées en Australie, mais aussi à New York, Pékin, Varsovie ou Berlin comprennent notamment : half & half (2002), The Falling Man (2000), the ninth moon (1999), The Architect's Walk (1998), Terminus (1996), Beneath Heaven (1995), Because You Are Mine (1994), All Souls (1993), Low (1991), Silent Partner (1989), The Hour Before My Brother Dies (1985), Cho Cho San (1984).

Il a remporté le Louis Esson Prize for Drama (Victoria Premier’s Literary Awards) en 1989 pour Silent Partner et en 1998 pour every minute every hour every day (un ensemble de cinq pièces courtes). Ainsi que le Play Award (New South Wales Premier’s Literary Awards) en 2000 pour scissors, paper, rock et en 2003 pour half & half.

De 1997 à 2002, Daniel Keene a travaillé en étroite collaboration avec le metteur en scène Ariette Taylor. Ensemble ils ont fondé le Keene/Taylor Theatre Project qui a créé trois de ses pièces longues (Beneath Heaven, the ninth moon – dans le cadre du Festival International de Melbourne – et half & half) et une trentaine de ses pièces courtes, dont six ont été reprises au Festival de Sydney 2000. Après une longue traversée du désert dans son propre pays, deux de ses textes (Citizens & Soldiers) seront créés au prestigieux Opera House de Sydney en mai 2008 sous le titre générique de The Serpent’s Teeth.

En France, on le découvre en 1995, par une lecture de Une heure avant la mort de mon frère au Théâtre du Vieux-Colombier. Suivront, à partir de 1999, de nombreuses créations françaises de ses textes : Silence Complice (Théâtre National de Toulouse, 1999, m. en sc. Jacques Nichet) ; avis aux intéressés (Le Rio, Grenoble, 2001, m. en sc. Stéphane Müh) ; Low (Théâtre de Poche, Bruxelles, 2001, m. en sc. Mouss) ; la pluie (Théâtre de La Commune, 2001, manipulation et jeu Alexandre Haslé) ; terre natale (La Halle aux grains, scène nationale de Blois, 2002, m. en sc. Laurent Gutmann) ; Toutes-Âmes (Théâtre Varia, Bruxelles, 2002, m. en sc. Marcel Delval) ; Terminus (Théâtre National de Toulouse, 2002, m. en sc. Laurent Laffargue) ; La Marche de l'architecte (Festival d'Avignon 2002, m. en sc. Renaud Cojo) ; moitié-moitié (L’Hippodrome, scène nationale de Douai, 2003, m. en sc. Laurent Hatat) ; Quatuors (4 pièces courtes, Théâtre de la Place, Liège, 2003, m. en sc. Mathias Simons) ; ce qui demeure (7 pièces courtes, Maison des métallos, Paris, 2004, m. en sc. Maurice Bénichou) ; Puisque tu es des miens (Théâtre de l’Opprimé, Paris, 2004, m. en sc. Carole Thibaut) ; Objet perdu (3 pièces courtes, Théâtre de la Commune, Aubervilliers, 2006, m. en sc. Didier Bezace) ; Enfants au plus noir de la nuit (4 pièces courtes, Théâtre de l'Utopie, La Rochelle, 2007, m. en sc. Patrick Collet); Cinq Hommes, mise en scène Robert Bouvier (2006) ; Un Verre de crépuscule (3 pièces courtes), mise en scène Sébastien Bournac (2009) ; Ciseaux, papier, caillou, mise en scène Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma (2010) ; Dreamers, mise en scène Sébastien Bournac (2011)…

Depuis plusieurs années, Daniel Keene écrit également des textes à la demande de compagnies et metteurs en scène français : la terre, leur demeure, pour la Compagnie Roland Fichet dans le cadre de « Naissances/Le chaos du nouveau » (création au Théâtre Grütli, Genève, 2001, m. en sc. Gilles Laubert) ; les paroles, pour le projet « Un noir, une blanche » (Théâtre de Nîmes, 2002, m. en sc. Michel Dezoteux) ; Cinq Hommes, pour la Compagnie Stéphane Müh (Aide à l'écriture de la DMDTS – Théâtre du Rond-Point, Paris, 2003, m. en sc. S. Müh) ; Le Chemin des possibles et En ces temps incertains, pour la Compagnie de la Cité (dans le cadre de Où va le monde ?, un travail mené par le metteur en scène Michel André avec des comédiens non professionnels de Marseille – 2003/2004 au Théâtre du Merlan) ; Paradise (codes inconnus 1), spectacle conçu en collaboration avec le metteur en scène Laurent Laffargue (La Coursive, scène nationale de La Rochelle, 2004) ; Le Veilleur de nuit, pour la compagnie Les Docks (Passerelles de Montreuil-sur-Mer, 2005, m. en sc. Jacques Descorde) ; Le Souffle de K pour le marionnettiste Alexandre Haslé (Channel, scène nationale de Calais, 2005) ; L’Apprenti, une pièce pour adolescents dont la Compagnie de l’Autobus (Paris) lui a passé commande (Aide à l'écriture de la DMDTS) ; Ali et la visiteuse (La Fédération théâtre) ; Dreamers (Compagnie Tabula Rasa)…

Daniel Keene a été plusieurs fois accueilli en France comme auteur en résidence : en septembre/octobre 2004, au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, à l’invitation de Didier Bezace ; en mai 2005, à Bordeaux, à l’invitation de l’IDDAC ; en février 2007, à La Rochelle, à l’invitation du Centre Intermondes et du Théâtre de l'Utopie.

En juin 2009, L’Apprenti, son premier texte Jeune public, se voit décerner le prix Théâtre en pages, décerné par le Théâtre national de Toulouse et le Conseil général de la Haute-Garonne.

En mai 2010, il est l’invité d’honneur du 6ème Salon du théâtre et de l’édition théâtrale (Foire Saint-Germain).

Silence complice, Terminus, avis aux intéressés, le récit et Quelque part au milieu de la nuit ont été diffusées sur France Culture.

Sept de ses pièces sont désormais traduites en allemand. L’une d’elles, half & half, a été créée en décembre 2005 au Studio du Staatstheater de Mayence. Silent Partner a été traduite en japonais et créée à Tokyo en mars 2003. En avril 2007, ciseaux, papier, caillou est créée en portugais à l'Almada Teatro de Lisbonne.

Son œuvre, publiée pour l'essentiel aux éditions Théâtrales, est traduite et représentée en France et sur l'ensemble des territoires francophones par Séverine Magois.