Photo de Daniel Benoin

Daniel Benoin

France – Né(e) en 1947

Dernières critiques

Image de L'Absence de guerre

A l'intérieur de la maison en verre

lundi 14 janvier 2019

Une mise en scène magistrale pour questionner la politique

Par Claire Montanari

Des fulgurances. Des éclats de réel. Des mots qui viennent expliquer ce que l’on perçoit aujourd’hui des tensions qui traversent notre société et questionnent notre démocratie. Les phrases d’un texte publié en 1993 par un dramaturge anglais, David Hare, qui retrace une campagne électorale désastreuse du parti travailliste. On suit toutes les étapes de la campagne dans les coulisses, du point de vue du candidat et de son équipe....

Lire l'article sur A l'intérieur de la maison en verre

Image de L'Absence de guerre

Sceneweb

vendredi 11 janvier 2019

L’Absence de guerre ou le politique sans qualités

Par Anaïs Heluin

En s’emparant de L’Absence de guerre de David Hare, Aurélie Van Den Daele dit l’effondrement des démocraties. Sans trouver la forme ni la force nécessaires au lanceur d’alerte....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de L'Absence de guerre

Le Petit rhapsode

mercredi 09 janvier 2019

Tu quoique mi fili...

Par Richard Magaldi-Trichet

Dés le début, le titre de la pièce L'absence de guerre nous apparaît comme une antiphrase évidente : cette campagne électorale, dans le Royaume-Uni des années quatre-vingt-dix, qui oppose les éternels ennemis Travaillistes et Conservateurs, a tout d'une campagne militaire menée tambour battant.

Lire l'article sur Le Petit rhapsode

Image de Misery

Syma News :

mercredi 14 novembre 2018

Misery

Par Florence Yérémian

"Misery" de Stephen King est transposé au Théâtre Hébertot (Paris17e). Dans un face-à-face anxiogène, la comédienne Myriam Boyer va séquestrer un pauvre écrivain (Francis Lombrail) pour le contraindre à changer la fin de son livre... Quand l'addiction à une saga se transforme en folie !...

Lire l'article sur Syma News :

Image de Festen

L'Alchimie du Verbe

dimanche 24 juin 2018

Du hors-champ érigé en processus

Par Louise Rulh

La force de cette proposition crée aussi sa faiblesse : là où l’alliage théâtre-cinéma permet une augmentation de sens et des effets spectaculaires qui appuient sur la notion de divertissement du projet, cette alliance provoque aussi une perte en force de frappe de chaque média, et provoque par moment la frustration d’un spectateur qui n’est ni devant un film ni devant une pièce mais devant une performance qui s’auto justifie......

Lire l'article sur L'Alchimie du Verbe

Image de Festen

Wanderer

lundi 18 juin 2018

Hell's dinner

Par Thierry Jallet

Something is rotten in the state of Denmark… Lorsqu’on observe les panneaux noirs qui dissimulent la scène aux spectateurs en train de s’installer, on pense à la célèbre citation d’Hamlet. Cette ténébreuse et imposante palissade érigée face à la salle prend en effet l’apparence d’un terrible avertissement....

Lire l'article sur Wanderer

Image de Festen

Critiques théâtres Paris

lundi 18 décembre 2017

Le mariage du théâtre et de la vidéo

Par Philippe Chavernac

Festen à l'Odéon, est une très belle pièce. En portant sur la scène ce film culte, Cyril Teste mélange écriture filmique et temps théâtral et c’est réussi, original et très adroit. Ce n’est pas comme on le voit souvent une adjonction qui en fait n’apporte rien. Il y a une vraie réflexion sur la théâtralité, sur les moyens spécifiquement scéniques......

Lire l'article sur Critiques théâtres Paris

Image de Festen

mlascene

samedi 02 décembre 2017

L’œil démultiplié

Par Marie-Laure Barbaud

Festen, c’est d’abord un film. Danois. En 1998, Thomas Vinterberg le réalise à partir d’un scénario de Morgens Rukov. L’histoire d’un aveu fracassant lâché dans une famille de la haute bourgeoisie figée dans ses dénis. Un fils profite de la fête des soixante ans de son père pour déballer devant les convives les abus incestueux que le père lui a imposés ainsi qu’à sa sœur. Filmé selon des règles du Dogme, caméra à l’épaule......

Lire l'article sur mlascene

Image de Festen

PublikArt

jeudi 30 novembre 2017

"Festen" orchestrée d'une main de maître entre théâtre et cinéma

Par Amaury Jacquet

En 1995, Thomas Vinterberg et Lars von Trier proclamaient le manifeste du Dogme95. En réaction à ce qu’ils considéraient comme une utilisation abusive d’effets spéciaux dans les productions américaines et anglo-saxonnes, ils décidaient d’imposer la force des images en prise directe avec le réel, en même temps qu’une certaine sobriété formelle. En pratique, cela signifiait : tournage caméra au poing,

Lire l'article sur PublikArt

Image de Festen

Le Nombril du Vicomte

mercredi 29 novembre 2017

Festen … lente et amère digestion

Par O. Dubos

Après le succès de Nobody, Cyril Teste retrouve les principes du « dogme » de Thomas Vinterberg et de plus près encore puisqu’il s’attaque directement à la mise en…...

Lire l'article sur Le Nombril du Vicomte