Photo de Clément Bresson

Clément Bresson

France

Dernières critiques

Image de Bérénice

Le Nombril du Vicomte

vendredi 12 avril 2019

Bérénice … le mot de la fin !

Par Olivier Dubos

Lorsque Racine écrit Bérénice en 1670, il se pourrait bien qu’il ait dans l’idée de rappeler à son bon souverain toute la grandeur du choix (certes téléguidé par sa mère, Anne d’A…...

Lire l'article sur Le Nombril du Vicomte

Image de Bérénice

Les carnets d'Eimelle

samedi 02 mars 2019

Quand Racine rencontre Duras...

Par Eimelle Laure

Si le texte de Racine est bien connu (et l'on découvre au fil de la pièce que l'on a bon nombre d'alexandrins en tête, beaucoup de répliques "cultes" chez Racine!), je ne connaissais pas du tout le court-métrage de Marguerite Duras qui vient s'intercaler régulièrement entre les scènes et élargit le champ de la réflexion .

Lire l'article sur Les carnets d'Eimelle

Image de Fracassés

La Nouvelle Claque

dimanche 06 janvier 2019

Fracassés - Un ami, disparu. Trois autres encore là

Par Benedicte Six

Un ami, disparu. Trois autres encore là : ils ont vieilli. Ted surtout qui a une vie bien rangée, une femme aimante mais un peu castratrice et un métier de comptable qu’il ne supporte déjà plus. Son vieux copain Danny, lui, est resté jeune dans sa tête, désengagé, impotent à devenir ce qu’il désire pourtant par-dessus tout : faire de la musique.

Lire l'article sur La Nouvelle Claque

Image de Fracassés

Arts in the city

mardi 18 décembre 2018

À Londres, trois jeunes gens d’aujourd’hui...

Par Hélène C.

Quelle brillante adaptation de la pièce « Wasted », de la poétesse britannique Kate Tempest, par l'acteur et comédien Gabriel Dufay… Forte d'un trio d'acteurs cohérents, sincères, passionnés et justes, la pièce interpelle autant qu'elle touche au plus profond de l'être. On a beau se retrouver de l'autre côté de la Manche, dans la capitale anglaise, aux côtés de jeunes adultes, encore un peu junkies comme des adolescents paumés, leur message réson...

Lire l'article sur Arts in the city

Image de Fracassés

Télérama.fr

lundi 10 décembre 2018

Avec “Fracassés”, la rappeuse Kate Tempest décloisonne le théâtre

Par Emmanuelle Bouchez

Gabriel Dufay adapte brillamment une pièce de la poétesse anglaise. Entre théâtre, cinéma, danse et musique urbaine. ...

Lire l'article sur Télérama.fr

Image de Fracassés

Les Inrocks

mardi 04 décembre 2018

Les illusions perdues

Par Hervé Pons

Gabriel Dufay s’empare de l’œuvre poétique brûlante de la tempétueuse rappeuse poétesse Kate Tempest et met en scène le premier week-end du reste des vies de Ted, Danny et Charlotte…...

Lire l'article sur Les Inrocks

Image de Fracassés

Critiques théâtres Paris

mardi 16 octobre 2018

Fracassés par la vie

Par Philippe Chavernac

Fracassés par la vie, à la recherche de leurs existences, de leurs vérités, Kate Tempest nous propose un texte saccadé, fragmenté, parfois déroutant, mais toujours empreint de réalisme...

Lire l'article sur Critiques théâtres Paris

Image de Fracassés

Sceneweb

samedi 13 octobre 2018

Fracassés : attention, fragile !

Par Vincent Bouquet

Malgré l’engagement sincère des comédiens, la mise en scène malhabile de Gabriel Dufay ne parvient pas à transcender la pièce de Kate Tempest....

Lire l'article sur Sceneweb

Image de Fracassés

Vu(es) de Montreuil

vendredi 12 octobre 2018

L’addiction est représentée ici dans sa réalité

Par Daniel Chaize

Les dialogues de Kate Tempest sont d’une magnifique poésie bien que d’une cruelle et crue réalité. Par ailleurs toujours rappeuse, les propos de l’auteur ont une rythmique claquante parfaitement utilisée par Gabriel Dufay. Les mots et la musique suffisent pour nous plonger pleinement dans ces années de galère et d’amour. Un décor très sobre aux jeux de lumières très maîtrisée et à quelque projections vidéos sans lourdeur ni pléonasme place les tr...

Lire l'article sur Vu(es) de Montreuil

Image de Fracassés

Profession Spectacle

mercredi 19 septembre 2018

"Fracassés" : on ne part pas

Par Frédéric Dieu

Dans une langue âpre, crue, nerveuse, qui parfois rappelle celle des livres d’Hubert Selby (on pense notamment à Last exit to Brooklyn : le Londres de la dramaturge n’est guère moins cruel que le New York de Selby), Kate Tempest met en scène trois jeunes Londoniens, très portés sur l’alcool, la cocaïne et les amphétamines, qui peinent à trouver dans leur vie – professionnelle, amicale, amoureuse – sens, espérance et consistance....

Lire l'article sur Profession Spectacle