Pas de photographie de cet auteur ajoutez la photo

Claire Rengade

France – Né(e) en 1971

Suivre aussi Claire Rengade sur :

Ajoutez un lien vers twitter, facebook, linkedin, instagram

Présentation

Auteur, metteur en scène et comédienne, Claire Rengade dirige la compagnie lyonnaise Théâtre Craie depuis 1996 avec laquelle elle a d'abord mis en scène des textes de Philippe Minyana (Chambres), Annie Zadek, (le cuisinier de warburton), William Pellier (La vie de marchandise), Nicolas Bouvier (Poissonscorpion) et Patrick Kerman (The great disaster).
Elle co- traduit et monte trois spectacles à partir de textes alors inédits de Rodrigo Garcia (Notes de cuisines actes 1, 2 et 3).

Depuis 2001 elle met en scène les textes qu’elle écrit.

Claire Rengade écrit en "allant au monde pour parler de lui", des textes qui mettent en jeu sa propre expérience infusée de voyages divers, en s'attachant à un théâtre du "réel sans réalisme". Brassant des thèmes faussement disparates qui titille "la curiosité de la première fois" tels que les inondations de la Drôme (fragments maritimes pour Patrick Kerman, 2001), la guerre de 1870 (Rezonville mélody 1870, 2001), les jeux vidéos à l'orée de la guerre en Irak (Nous c'est juste des jeux, 2003), la remise en culture d'un étang piscicole en Lorraine, (c'est pas arrosé avec l'eau du ciel, 2004 ), les mines de fer de Moselle (Si on est trois par contre il faut être d'accord, 2005) la culture caprine et l'idée de mondialisation (Assez de poésie le troupeau, 2005), les modifications du paysage lors de l'implantation de la ligne TGV Est (Ma plus grande pièce c'est dehors, 2007) ou ce que trament les sons des anciennes usines textiles de Vienne (le fil qui sort du métier, 2008).

Omnubilée par la parole, Claire Rengade passe aussi au tamis le parler de l'acteur, dans une adresse non feinte, nécessaire à une représentation sans fard, à différentes étapes de sa conception du personnage : Par exemple, "pour une vivisection de la parole sur l'acteur lui-même, texte sans personnage et sans scène" (C'est comme Flash Gordon au début, 2003), ou "mon premier personnage est un théâtre à lui tout seul", texte de commande sur le diable (je me fais peur rien que de parler de moi, 2008), puis dernièrement "la représentation vivante est un mariage scène-salle" (ceux qui ne sont pas là levez-vous, 2008).

Claire Rengade écrit également pour le jeune public (A chaque étage on voit la mer, 2007) et a réalisé un album illustré pour les enfants, (Gabardine, illustration de Clotilde Rengade, 2005) Dans le cadre d'un compagnonnage de plusieurs années avec le compositeur Radoslaw Klukowski, celui-ci a mis en musique plusieurs de ses textes. Elle a également collaboré avec le vidéaste Seb Coupy pour une mise en documentaire de C'est pas arrosé avec l'eau du ciel.
Enfin une série de textes courts sera très prochainement mise en ondes par la RTBF à Bruxelles (Terre-Plein, portraits nez-dans-la-terre, 2006,).

Elle reçoit plusieurs aides à l’écriture et à la création de la DMDTS (2003, 2004, 2005 et 2006) et du Centre National du Livre (2004). Lauréate des Journées des Auteurs de Théâtre de Lyon en 2003.
Elle est sélectionnée au deuxième tour du Grand prix du théâtre en 2005 et 2009.
elle est invitée en résidence à La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avigon en 2004 et 2006, et aux rencontres internationales de la Sala Beckett à Barcelone en 2007.
En 2008 elle est sélectionnée par le comité de lecture international Jeune Public Labo 07 et le comité de lecture du théâtre de L'Ephémère au Mans.
Elle intervient en 2009 au festival 'Text'avril" du théâtre de la Tête Noire à Saran.

Claire Rengade - autoportrait
pour le catalogue de Color Gang /février 2006

je me démène avec une certaine obsession pour la parole
ça fait que je vires quand tu me parles parce que j'écoute comment
(on se tutoie) ça doit s'écrire
ça chatouille dans le corps et ça fait une petite mélodie dedans
si ça s'écrit
je sais pas si tu l'entends
si ça se marche en fait j'ai les guiboles qui m'emmêlent
(quand je parle aussi je parle avec mes jambes)
j'écris comme tu parles
tout fort
j'écris chez toi à cause des odeurs et des cliquetis des objets qui t'agitent
je t'écris et on en parle
(je t'écris c'est pas une lettre hein
c'est juste que c'est
à dire à toi )
en tous cas ça doit parler à toi ce que j'écris à dire
et on en est là
respire
là on est assis dans l'image faut que ça dégouline sur nous
(si tu sens rien recommence)
(recommence de toutes façons)
on est le cul collé dans l'image
mine de rien
regarde on va tout remplir avec de la parole
jusqu'en haut t'as les doigts dedans
c'est une matière
et juste après ça colle
et ainsi de suite

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Voir un exemple Je m'abonne